Faire le deuil d’une émotion

Aurevoir Souffrance

 

On pense que dire adieu à la souffrance, c’est dire adieu à nos mémoires. On pense que l’on va changer et oublier, ne plus être comme avant. Alors on refuse de changer, on refuse d’aller mieux si c’est pour oublier.

Le Deuil, ce n’est pas oublier. Le Deuil c’est ne plus nourrir la souffrance à laquelle on s’était attachée.

Faire son deuil, c’est nous laisser le temps de dire à la souffrance qu’elle nous a fait vivre de sacrés moments, qui nous ont marqués et qui nous ont fait grandir, bien souvent malgré nous pensons-nous. Faire son deuil, c’est apprendre à laisser partir ce qui nous peine en comprenant que nous ne pouvons pas changer le passé. Mais non pouvons changer ce que nous ressentons aujourd’hui, pour vivre mieux, pour aller de l’avant et ne plus rester sur ces choses qui nous accable.

Faire le deuil, c’est accepter que l’ancien parte et que le renouveau arrive. Un peu comme une terre qui a besoin d’être en jachère pour ré-accueillir l’année suivante les semences afin de s’épanouir à nouveau.

Cela ne veut pas dire que la terre oubliera ce qu’elle a vécu avant, mais elle n’aura plus de ressentiment en regardant toujours en arrière, maintenant, elle sera dans le présent, à vivre pleinement avec ces nouvelles graines.

Enregistrer

7 Comments

  1. FIORENTE Frédérique

    J’ai découvert après un deuil de plusieurs terribles années, que je pouvais faire mon travail de deuil en deux jours seulement, en un weekend, où je laissais libre cours à mes émotions, à mon imagination, en me permettant pendant deux jours entiers de dormir, me relaxer et faire des siestes tout autant que je le désirais. J’ai pratiqué après relaxation, le rêve lucide, me suis détendue, ce qui était très agréable pour moi et pour l’être cher, et me suis autorisée à imaginer tout ce qui pouvait me faire du bien. Au bout de deux jours, j’étais,selon mon souhait, renforcée et guérie de ce qui me faisait souffrir. Je sais que nos chers disparus ne souffrent plus, qu’ils rejoignent l’arbre des anges et cela me soulage. Je sais qu’ils prennent des forces dans le silence et qu’ils peuvent alors nous protéger, qu’ils souhaitent notre bonheur, que celui-ci revient !

  2. FIORENTE Frédérique

    Bonjour,
    Après avoir relu la différence entre “rêve lucide” (nocturne) et “rêve éveillé dirigé” (par un thérapeute), je m’aperçois que j’ai pratiqué le rêve éveillé “auto-dirigé” (je crée l’expression) ou rêve (éveillé) maîtrisé.

  3. FIORENTE Frédérique

    Bonjour,

    je crois que vous parlez de “faire le deuil de son deuil”. Il est possible de faire de même avec une émotion désagréable qu’un vivant nous a fait ressentir. “Le chemin le plus court pour aller d’un point à un autre, n’est pas la ligne droite, c’est le rêve” Proverbe malien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × deux =