Baisser le niveau de douleurs

Quand on a mal, on aimerait pouvoir claquer dans ses doigts et hop ! faire disparaitre la douleur à sa guise.
La réalité est toute autre.

Il y a trois jours, peu avant de me réveiller, je vis un rayon de lumière tomber sur moi, puis un ange apparut. C’était Haniel. Il se laissa dissoudre en un flux constant d’énergies qu’il fit tourner autour de moi. C’était comme avoir des cerceaux en rotation permanente. C’était joli et attentionné.
Sauf que je n’avais rien demandé.

Je rouvris rapidement les yeux, surprise, et amusée.
J’ai beaucoup moins rigolé quand quelques heures plus tard, j’appris que j’étais Cas contact. Et vu la proximité passée la veille, je savais que j’étais foutue. J’allais finir par l’avoir ce fichu covid.

Les symptômes ont rapidement commencé, puis enfin, le test antigénique le confirma. J’étais positive au Covid.

A se demander si Haniel n’avait pas vu le coup venir…
Doliprane, berocca et HE de thym sont devenus mes meilleurs amis, avec Patate douce et soupe pour mon bidon qui souffre.

Je ne peux pas traiter toutes les douleurs en même temps, mais j’essaie de les soulager une après l’autre en fonction de mes capacités.
Quand j’entendais Patate douce dans mes oreilles, je savais que j’allais devoir faire un minimum dans la cuisine, mais dans le seul but d’apaiser mes crises et brûlures d’estomac et de colon.

Après, les courbatures,… bon et la gorge…

On ne peut pas gérer toute la douleur d’un coup.

Je dors beaucoup parce que c’est ce que j’aime faire quand je suis malade. D’autant plus que j’ai plus de chance de pouvoir recharger mes batteries énergétiques de l’autre côté qu’ici. Alors je fais en sorte de bien manger, et boire convenablement, entre chaque grande élancée de sommeil.

Il n’y a pas de recette miracle pour guérir. Je n’espérais pas passer ce virus sans jamais l’avoir…Plus le temps passait, plus cela allait être compliqué d’y échapper.
J’espère simplement pouvoir donner à mon corps la capacité et la force de combattre le virus à son entrée et faire en sorte qu’il ne s’installe pas.

Je pense que c’est pour ça que Haniel est avec moi.
En toute sincérité, je ne l’avais jamais appelé auparavant, celui-là. Alors j’avoue que le fait qu’il ramène sa fraise, va sûrement vachement me dépanner. Ils ont dû avoir le signal d’alarme là-haut avec la prise en charge automatique… C’est dingue… Comment qu’ils ont fait pour savoir quand intervenir ??

Comme quoi… quand ils veulent… ils peuvent. (quelle phrase à la con, mais tellement vraie….! Pas taper Haniel ! Pas taper, j’taime bien tu dépannes !)

Dans tous les cas, je ne peux pas être à la foire et au moulin en même temps. Mon estomac était un calvaire à calmer. Et au bon miracle, la patate douce a été une super aide cosmique tombée dans mes oreilles. Je n’en mange jamais, mais grâce à ça, la douleur a été divisée par 2 voire 3 selon les jours.

Je dors toujours aussi mal, mais ça s’améliore petit à petit. La gorge se réveille aujourd’hui avec une petite toux qui apparait, mais j’espère que le sirop et l’HE va m’aider à défoncer les germes. (oui bon et puis Haniel aussi)

Qui aime être malade ? Personne. Personne n’aime souffrir.

C’est dur de se sentir démuni. Aussi, il convient de se rappeler que c’est avec des petits pas qu’on traite la maladie.
On y va par un front après l’autre, et on essaie de continuer de s’apporter de l’énergie en se nourrissant.

Comment combattre si on ne se nourrit pas convenablement ?
Oui, je suis fatiguée, et je n’ai qu’une envie, finir cet article et retourner me coucher dans mon lit. Mais je veux aussi prendre le temps de nourrir mon corps, l’étirer les muscles et me laver.

Se sentir bien est un ensemble. Un front après l’autre. On n’est pas obligés de tout faire d’un coup, on peut étaler un peu et se rappeler que le corps n’est pas une machine. On n’appuie pas sur un bouton en espérant que le problème disparaisse.

On regarde ses besoins et on essaie petit à petit de lui apporter la force d’y arriver.

Hier j’avais besoin de chaleur. Aujourd’hui, j’avais besoin de bouger et marcher, même 5minutes. Je ne voulais pas aller dehors, mais je dois bien admettre que cela m’a fait du bien.

Je vous souhaite à tous de prendre soin de vous, que cela soit des petits besoins, ou des besoins plus …

Euh… ca fait trop bizarre de dire ça comme ça… on dirait que je vous souhaite d’aller bien et surtout de bien aller aux chiottes… !

Allez, sur cette note d’humour… A bientôt quand cela ira mieux.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 × 2 =

error: Content is protected !!