Une Reine Fée dépassée par les évènements

Bonjour à tous,

Oui oui, je sais cela fait longtemps que je n’ai pas écrit, j’ai une période un peu compliquée.
Parfois on a envie, et parfois non. Je reviens donc avec cette petite histoire de Fées. On pense souvent qu’ailleurs c’est mieux… euh… je ne sais pas, hein ! Partout il y a des problèmes, et si vous me lisez, vous avez dû comprendre que des problèmes, il y en a beaucoup et de toutes sortes, dans toutes les dimensions. Comme à mon habitude, je ne vends pas du bisounours astral. Chez moi, la nuit, ça râle, ça gueule, ça boude, ça se dispute sec, et ça combat.


Être à la tête d’un Clan n’est pas facile tous les jours. Il ne faut pas croire que parce qu’on est dans l’astral, tout est facile de l’autre côté. Bien au contraire. Tout le monde est assujetti aux lois universelles, dont la très rude Loi du plus fort et la hiérarchie qui en découle, que cela soit dans l’Ombre comme dans la Lumière.

Il y a plusieurs manières d’arriver à la tête d’un Clan, mais ce n’est pas parce qu’on y est, qu’on arrive à y rester, et encore moins qu’on arrive à garder l’Ordre au sein de son territoire. Cela ne s’improvise pas. C’est une lourde responsabilité qui se fait particulièrement sentir lorsqu’un danger survient.
Ce n’est pas quand tout va bien qu’il faut se réveiller. C’est quand tout part en sucette qu’on attend que la Direction prenne des vraies décisions avec des actions concrètes et immédiates. Malheureusement, lorsqu’une guerre survient, c’est à ce moment-là qu’on se rend réellement compte de la stabilité d’un Clan dans l’astral, ainsi que de la puissance des Alliances.

Il y a différents facteurs qui rentrent en compte lors d’une attaque, la raison de l’attaque et sa violence, l’organisation du Clan, ses relations inter-Clans, et sa capacité à recevoir de l’aide en cas d’urgence. Cela dépendra aussi des connexions angéliques qu’aura le Clan et de sa capacité à demander de l’aide auprès d’instances angéliques.

Croire que les Anges aident tous les Clans est un mythe. Ce n’est pas faute de le répéter, mais les Anges ne peuvent pas sauver tout le monde. Déjà parce qu’il n’y en a pas assez pour aider toute la populace qui existe dans les multi-univers, et qu’en plus, cela fait partie de l’évolution des forces. En plus, selon l’état de l’attaque, l’ancrage du monde concerné et la puissance de l’attaque, il faut arriver à en trouver un disponible et accessible à l’instant T. Par contre, toutes les prières sont réellement entendus, c’est juste le flux de réponse qui est obligé de s’adapter à différents facteurs et contraintes. Alors cela ne veut pas dire que les Anges n’aiment pas, ou ne veulent pas, mais qu’eux aussi sont soumis à certaines limitations selon leurs priorités, leurs actions possibles, la magie disponible et leurs lots de contrainte.

Lorsque je suis partie en mission cette nuit-là, je partais à l’autre bout d’une dimension féérique. Le territoire entier se faisait attaquer. Lorsque j’atteignis enfin la bâtisse de la Reine et sa Cour Royale, elle était en pleine crise de panique. Elle me vit arriver mais bondit à travers la fenêtre pour s’envoler en criant :

-“Je-je peux pas- je peux pas gérer ça… faut que je parte ! Faut que je m’en aille !”

Mon sang ne fit qu’un tour. Je la rattrapai in extremis par les pieds à travers l’encolure et la ramenai au sol comme un vulgaire sac à patates.

– Une Reine lâche ! Quoi ?? Tu vas abandonner ton peuple ?! J’crois pas non !! Une Reine qui fuit et laisse son peuple crever !

Elle se débattait pour s’échapper de mon emprise. Je la retournai et lui décollai une belle paire de claque en travers la figure. Un aller-retour sec fait juste pour la réveiller. Elle s’assit subitement déboussolée, le dos voûté.

– Fuir comme une lâche et laisser ton peuple crever, c’est être Reine, ça ?! Tu es Reine de quoi ?! Tu es une lâche ! Quand ça va mal, là tu te barres ?! Eh bah ! si je faisais comme toi…! Tu parles d’une Reine !
-“… mais que veux-tu que je fasse ?… je ne peux pas gérer l’attaque…”
– Dirige ton peuple. Il est paumé sous l’attaque. Ils sont tout paniqués. Occupe-toi de la gestion de ton peuple, je m’occupe de l’attaque, c’est pour ça que je viens. Mets-les en lieu sûr. Gère le rassemblement et place-les en sécurité.
– “Je ne peux pas… personne ne m’écoute…”
– Comment ça personne ne t’écoute ? Tu es leur Reine !

Elle releva ses yeux luisants prête à pleurer.

– “Personne ne fait ce que je leur dis… Je ne peux pas leur demander d’agir. Ils ne m’écoutent pas quand je leur dis quelque chose…”
– Tu es leur Reine, tu les soumets. Point barre. Tu ne leur demandes pas leur avis. Tu les commandes. C’est tout.
– “Ca ne marche pas… je n’arrive pas les soumettre…”
– Allons- Allons… bien sûr que si… regarde… (je pris son bras et longeai le méridien de la nuque jusqu’à sa main. En survolant son poignet, un point lumineux s’alluma entre le pouce et l’index.) Tu vois, ici c’est ta marque. Tu vois, elle est bien là, tu peux soumettre ton peuple avec ça. Je te l’active. Vois, il brille. Maintenant, tu t’occupes d’eux. Tu exiges. Avec ça, ils se plieront. Ok ?
– “mais euh… um….”
– Tu exiges. Tu crois que moi je fais comment avec mon peuple ? Diriger, c’est ça. Quand il faut maintenir le peuple, il faut que tout le monde rentre dans les rangs. Tu es en état de guerre. Ne leur laisse aucun choix. Sois Reine, bordel. Je te rappelle que mon dragon et moi acceptons aujourd’hui de nous soumettre à ton service en traitant cette attaque, mais nous n’avons absolument aucune obligation envers toi. Nous nous soumettons parce que nous acceptons d’être là pour toi. Nous ne ferons rien de plus pour toi. Nous ne gérerons que l’attaque, après ce n’est plus notre problème. Si tu ne rappelles pas à ton peuple qui est la Reine et pourquoi, tu le perdras. C’est aussi simple que ça.

Elle se remit debout et regarda sa main avec sa marque irradiante. Elle hocha timidement la tête en signe d’assentiment.
-“Ce que je dis, est ?” dit-elle encore confuse.
– Tu les fais tous plier. A genoux. Ne demande aucun consentement. Ordonne. C’est ça commander. C’est maintenant que ton peuple a besoin de toi. Tu apportes l’ordre au sein de tes rangs, moi c’est le combat au front. Chacun son rôle. Salut.

Mon pied décolla du sol, et une fusée s’envola au travers de la fenêtre direction le front situé plus loin à l’horizon. Je fonçai sur une ligne sombre gorgée de flux électrisant d’un noir mat. Le ciel était déjà bien gris foncé, toute la dimension était déjà assaillie par l’énergie sombre. Le soleil ici, n’était plus, ni la lumière du jour. Si tout le monde fuyait la ligne de guerre, il n’y avait qu’un point lumineux qui se dirigeait droit sur l’épicentre et qui ne ralentissait pas sa route. Moi, le nez au vent, soupirant face à l’inéluctable, mon quotidien dans l’astral, c’était ça, la guerre, le combat, la destruction de la cible.


Nombreux étaient ceux qui pensaient que dans l’astral, la puissance des Rois et Reines étaient alléchantes. Pour autant, nombreux étaient ceux qui oubliaient les dures responsabilités qui allaient de paires. Le plus dur n’est pas toujours de créer mais de conserver ce qu’on avait face à toutes les agressions extérieures… Cela valait aussi bien sur Terre que l’Astral.
On pouvait alors se demander s’il existait des dimensions où on pouvait être vraiment peinards. Oh oui, il en existe, et beaucoup ! Très loin des guerres, très loin du sombre, là où la dualité n’existe pas. Ce type d’éco-système existe bel et bien. Mais sérieusement… on se ferait pas un peu chier là-bas finalement ? … Bon allez, pas taper, je sors !!


Bon dimanche à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × cinq =

error: Content is protected !!