Râler auprès de Démons protecteurs

Deux formes humaines faites entièrement d’énergies noires étaient assises sur de simples chaises au beau milieu d’un salon à peine matérialisé. La peau d’un noir profond, les yeux, les mains, tout le corps entier n’était que d’une seule couleur, et les membres délimités par un trait fin doré scintillant. Leur attention se portait sur un objet qu’ils tenaient chacun dans leurs mains, l’oreille se contracta en m’entendant arriver comme une bombe prête à exploser. Et il y avait de quoi ! J’étais très remontée contre la Lumière. 

– Ils m’emmerdent avec leurs conneries !! j’en peux plus de leurs idéologies à la con ! La Lumière me fait chier, grave ! Elle m’em.mer.deuuh avec ses conneries !! Putain de bordel de MERDE ! y me font CHIER ! J’en peux plus !!

Les deux compères ricanèrent en chœur en ayant une gestuelle d’approbation. 

– “Comme nous, Camille ! On est 2 Démons, ôooo comme on te comprend !”

– Nan mais J’te jure, ils me font chier, putain de bordel de merde ! J’en ai ras-le-cul ! (ils rirent à nouveau et me regardèrent d’un air compatissant) C’est toujours pareil avec eux, rien de concret ! Que du blabla, que des phrases à la con qui servent à rien ! Totalement déconnecté de ma réalité ! Qu’est-ce qu’ils croient putain, que ça fonctionne leur approche ?! ça se saurait, putain !!

Ils validèrent à nouveau avec des mouvements de tête verticaux. 
– “Et c’est exactement pour ça qu’on s’est dissociés de notre part lumineuse pour devenir Démons”, dit celui assis en face de moi. 

– eeuh… hein ? 

– “Avant, lui et moi, tous les deux, on avait en nous une part lumineuse et une part d’ombre. On n’a pas supporté la part lumineuse. L’approche de la Lumière nous insupportait, on n’arrivait jamais à rien avec, alors on a décidé de s’en séparer. On s’est dissocié d’elle pour vivre exclusivement dans l’ombre et évoluer en tant que Démons. Les parts deviennent alors des êtres à part entière, totalement indépendantes l’une de l’autre. C’est le cas de ton frère sur Terre par exemple (il m’envoya une image mentale pour que je sache duquel il parlait), sauf que lui, contrairement à nous, incarne une part lumineuse qui a été dissociée de sa part sombre. Et dans sa vie actuelle, il se retrouve confronté à une part sombre elle aussi dissociée de sa part lumineuse. C’est drôle la vie, tu ne trouves pas ? Vous vous retrouvez confrontés à ce que vous êtes au-delà. Il a été séparé de sa part sombre mais ne l’a pas encore accepté, alors sur Terre, il se retrouve confronté à ce type de cas. Il doit maintenant apprendre à s’en détacher complètement. Il doit vivre en tant que part lumineuse parce que c’est ce qu’il est maintenant. Il n’y aura pas de retour en arrière. Il est uniquement rattaché à la Lumière et doit l’accepter.” 

– hm. Je comprends. Il travaille sur le détachement, et ne s’épanouira que lorsqu’il aura compris qu’il doit accepter de ne pas pouvoir continuer d’évoluer ensemble. Le travail qu’il fait sur Terre sera effectué énergétiquement en parallèle. 

– “Hm. Exactement.”

– Donc vous, vous êtes deux Demons. 

– “Et on est bien ainsi. On est en paix avec ce qu’on est, Camille. Être Demon nous convient parfaitement.” 

– Je vois. … ‘y me font chier j’te jure. Tu sais pas, l’autre là, à 4h du mat, elle est venue me faire chier avec ses conneries, putainnng… Qu’elle se casse, bordel ! J’ai besoin de dormir moi la nuit en tant qu’humaine !

Ils replongèrent sur leur gadget, concentrés tout en rigolant à chacune de mes envolées d’insultes. Non seulement ils toléraient ma présence, mais mieux encore, ils m’accueillaient comme j’étais, sans jugement. 

– Nan attends que je te raconte ! Tout ça pour me parler peinture, est-ce que j’ai une gueule moi, à 4h du mat à entendre ce genre de phrases à la noix ? Elle m’a dit que je devais accepter de vouloir être heureuse, mais elle ne savait pas si j’étais prête à faire ce choix, que je devais peindre, que tout avait été fait pour que mes énergies se diffusent à travers mes toiles pour s’éparpiller comme des étincelles lumineuses auprès des gens et que la Lumière se diffuse à travers ce canal. Qu’à chaque toile, des poussières s’envoleraient sur un sillon et toucheraient les gens sur le passage, que les entités pousseraient les flux comme des particules dans l’air. Elle m’a dit aussi que j’avais aimé voir une de mes toiles exposée, et que finalement, je pouvais bien reprendre les pinceaux.  J’ai dit que j’avais déjà essayé, que ça ne marchait pas, j’ai dit que peindre me rendait malheureuse, mais ils ne veulent rien entendre ! Jai vraiment essayé, mais je te jure, ça ne marche pas ! c’est pas pour moi ! Ils en ont rien à foutre de mes galères ! Tout ce que la Lumière voit, ce sont ses objectifs à elle ! Les miens, elle s’en tape !


Le Demon releva la tête et sourit tendrement en se levant de son siège. Il entama une activité indescriptible sans pour autant rompre le fil de notre conversation. Il rebondit sur mes mots avec calme et sérénité :

– “Peut-être n’as-tu pas assez essayé.” 

Bouche en canard, sourcils froncés, ma tête boudeuse le fixa comme un enfant de 4 ans. 

Les deux-là avaient clairement l’habitude de me gérer. Ils émettaient beaucoup de bienveillance à mon égard. Les énergies d’ombre faisaient l’effet d’une douceur incroyable malgré leur nature démoniaque et le fait qu’ils ne faisaient rien de particulier en soi. 

Leur simple présence diffusait des ondes dans toute la pièce. C’était reposant énergétiquement pour moi, et surtout pour ma part sombre qui venait y trouver refuge, loin des frasques insupportables de la Lumière. Il vit mon air et argumenta comme un véritable ami le ferait.

– “Bah quoi ? Tu trouves que c’est faux ce que je te dis ? Peut-être aurais-tu dû persévérer davantage. Je ne dis pas comme elle, je te dis simplement que tu as peut-être abandonné trop vite.” 

– Tsk. RRRooohhhhh Bah vas-y làaa…  Tu me dis ça à 7h du mat, l’autre là, à 4h avec son approche de merde, putain fais chier ! Vous me crevez avec vos conneries ! J’étais malheureuse, alors si vous voulez que je peigne, donnez-moi au moins des astuces au lieu de me sortir vos phrases vaseuses. Ch’sais pas moi, donnez des conseils au moins… Vous croyez qu’être humain, c’est facile ? Déjà si vous me laissiez dormir la nuit, hein !? Mais non, au lieu de ça, vous me sortez vos phrases à la con, comme ça !… Qu’elle se casse celle-là, j’en ai rien à cirer qu’elle soit un ange, qu’elle dégage ! Elle pourrait s’appeler dieu, ce serait pareil ! Elle aurait pu se renseigner sur mes galères humaines, mais non ! Ah ils ont décidé que pour la Lumière… ah pour la Lumière… mais ouiiii, toujours comme la Lumière veut !  Et sinon, ils croient que je vais au front avec des phrases à la con ?! Hein ? Ils croient que ce genre d’approche fonctionne pour résoudre des problèmes ?! Elle est où leur approche lumineuse au front ? Elles sont où leurs belles paroles, là quand faut agir, quand faut du concret ?… Attends un peu le prochain combat, va ! Je vais ressortir ça à un peuple en détresse, “Il faut choisir en soi d’être heureux, mais je ne sais pas si vous êtes prêts, peut-être plus tard. Allez salut !” Et puis je vais laisser les deux peuples s’entretuer pour voir comme ils accueillent le bonheur intérieur face à la situation merdique.  Ouiiii….  Attendez un peu de voir le massacre que ça va faire. Je ne vous donne pas deux combats pour réaliser votre connerie. On va voir comment vous allez réagir quand vous allez voir les têtes en pleurs supplier la Lumière. Le prochain peuple qui me demande de l’aide, je te garantis que je l’invite délicatement à trouver sa lumière intérieure, puis je regarde de loin. Tu vois, je vais appliquer leur méthode ! Je prendrai le commandant de chaque camp, puis je les mettrai face à face et je leur dirai “vous devez vouloir être en paix ensemble. Vous devez choisir de vouloir la paix. Mais je ne sais pas si vous êtes prêts, à vous de choisir.” Et là, on va voir ce que ça va donner ! J’ai hâte ! On va voir en combien de temps la Lumière maintient son approche merdique. 2 combats, je te dis ! Au troisième ils vont craquer parce que les pertes seront trop lourdes !


Les deux à coté ne s’arrêtèrent pas de pouffer, surtout avec la dernière envolée en claquant la porte du salon “putain de bordel de merde, fais chier, faut que je me lève pour aller bosser, ça fait 4 fois que la montre elle vibre, je vais être en retard au bureau avec ces conneries !”


Je rouvris les yeux dans mon lit d’une humeur exécrable, mais en moi, quelque chose était en paix. A leurs côtés, je me sentais dans un environnement familier et chaleureux, un peu comme à la maison finalement… 

Travailler avec la Lumière, on ne se rendait pas compte, mais c’était un véritable bordel sans nom. Surtout pour les personnes ne fonctionnant pas du tout sur le même système. Ils m’en faisaient toujours voir des vertes et des pas mûres. Il ne fallait pas croire que la Lumière était irréprochable, loin de là… 

4 Comments

  1. Charline

    Salut Camille,

    Moi aussi j’ai envie de râler contre la Lumière pour son insistance pour que je prenne enfin plaisir de vivre. Je résiste pourtant. Surtout avec mon lien tordu avec les énergies sexuelles où je me sens complètement anormale à cause de l’histoire de mon âme au fil des expériences sur le sujet.

    Pour ne rien arranger, j’ai l’impression que mes missions en ce moment ne sont pas aussi géniales que d’habitude : fermer un portail dimensionnel fait d’énergies noires qui crée des troubles dans une dimension, et une fichue leçon de morale sur l’histoire chaotique entre une cheffe elfe de guerre et une humaine du même statut se faisant la guerre depuis des plombes, deux peuples qui se retrouvent en exil (peut-être l’un à cause de l’autre) et moi qui doit régler la situation en aillant failli me noyer, des risques à chaque pas sur le chemin, et en plus, sans savoir si j’ai réussi à résoudre le conflit ?

    En quoi ça me concerne d’abord ? Je ne suis pas d’humeur en ce moment ! Je me sens… affreusement seule.

    En plus de ça, éviter les viols importuns dans mes rêves et autres dimensions pour dépasser cette peur ancrée. Je lâche tout ces temps-ci… ça ne mettait jamais autant arrivé sur la durée, comme un mois sur deux : janvier, good, février, épuisement physique, mars, pause, avril lâcher prise où ma volonté d’humaine ne semble plus compter du tout dans l’équation…

    J’arrive encore à faire fonctionner tout ce qui est vital et ma raison est boostée à bloc, l’intuition moyen par rapport à d’habitude et mes relations sociales me paraissent plus fades. Même si les animaux me soutiennent beaucoup (panthère noire, puma, abeilles, chouettes, entre autres), ainsi que les esprits des plantes et des arbres qui arrivent à me faire du bien et m’adoucir, je suis complètement désemparée. Tout semble plus réel en même temps, comme si je commençais vraiment à Voir.

    Je veux juste me protéger, comprendre et avancer. Ce n’est pas si compliqué ! Et oui, la Lumière est intraitable sur pas mal de points… Comme dit dans le texte, être confronté à ce qu’on est vraiment au-delà est difficile, si c’était simple à accepter, on évoluerait plus vite et mieux, non ?

    Des bises étoilées.

    1. Rêves Lucides et Spiritualité

      Bonjour Charline,
      Moi perso, je trouve tes missions géniales.
      Tu vois, c’est le problème des gens qui pensent que tout est rose.
      Plus on est lucides, plus on réalise que notre rôle dépasse de loin ce à quoi on s’attendait, ce à quoi on pensait en lisant les livres et en regardant des films.

      Cela va prendre du temps mais tu vas trouver ta routine, et surtout peu à peu, tu comprendras pourquoi tu fais tout ça, pourquoi ce que tu fais, c’est toi qui choisit d’y aller et pas un autre.
      Ce n’est pas grave de tout arriver à faire comme on souhaiterait. On apprend pas en un jour.
      Petit à petit, tu accepteras ce que tu es. Cela n’est pas toujours facile, je te l’accorde, c’est même très dur.
      Mais tu n’es pas seule.
      Et qu’est-ce que ça fait du bien de râler, bordel !

      N’hésite pas à venir ici quand tu te sens seule, je suis là moi. Je ne bouge pas.

      Bises

  2. Charline

    Salut Camille,

    Je n’arrive pas à m’endormir tôt ces temps-ci et comme je réfléchis sur l’ensemble des expériences vécues et mémorisées (par moi) dans les autres dimensions, j’ai remarqué des récurrences magiques et dans la nature des missions que j’accepte.

    Je dirais que le plus difficile à accepter est le décalage entre la vie terrestre où je galère à trouver ma place malgré tous les projets que j’ai à cœur de réaliser, et le fait de côtoyer des chefs de clans, des chefs de guerre de l’autre côté comme si c’était ma routine habituelle. Tranquille la vie !

    En plus de ça, les missions ont des niveaux de difficultés et des niveaux d’implication différents (j’ai l’impression). Cela va du livre hypnotique (cas mineur d’objets à désamorcer ou détruire) ou encore guérison d’un être (comme le cas de la lapine à guérir dans un bois) à des changements d’énergies à effectuer à des niveaux planétaires et/ou dimensionnels concernant les équilibres environnementaux, de polarités, les portails dimensionnels, amener la paix entre des peuples (deux récurrences mémorisées), des actions magiques à mettre en place sur le “tissu de la réalité” (invocations, rituels plus complexes, construction même des écosystèmes des dimensions et des mondes (variations dans le système des cycles par exemple, changements de paysages nécessaires…), tisser ou enlever les liens entre les êtres selon des prérogatives précises (agir sur des êtres avec leur consentement dans un contexte d’accompagnement évolutif avec certaines tâches à accomplir). C’est tout mon répertoire résumé vite fait.

    Tout cela me dépasse en tant qu’humaine ! Et c’est vrai, je dois bien l’avouer, les deux missions citées plus haut étaient géniales, je les ai juste mal vécues à cause de mon état émotionnel et mental chaotique et sombre ces temps-ci. Ma volonté humaine n’a plus vraiment son mot à dire depuis quelque temps…

    C’est comme quand j’ai découvert que ma nature profonde avait agi pour créer le lien énergétique de relation amoureuse entre ma flamme jumelle et son âme sœur, et ce, que ce soit avant ou pendant mon incarnation actuelle. Bref. Cela m’a fait autant de bien que de mal, et bon, j’ai eu pas mal de confirmations sur cette expérience-là.

    Tu m’as déjà dit que c’était important de respecter la richesse de sa signature énergétique, qui est pour moi, angélique. Mais accepter l’ampleur de ses responsabilités est difficile du fait de ma situation terrestre chaotique pour l’instant. Je me sens vivre dans un antagonisme me poussant à trouver l’équilibre nécessaire à ma vie sur Terre, au moins que je m’y sente bien (être heureuse est une autre histoire…).

    C’est difficile aussi parce que je résiste, je le sens bien. Mais pourquoi je m’obstine autant à me battre contre moi-même ? L’humaine perd toujours face à l’ange, et l’ange ne veut que mon bien, même si ça doit me faire mal au passage, si c’est nécessaire de passer par là… Enfin, tu vois ! Tout ça est complexe et très simple à comprendre en même temps.

    J’aimerais tant te dire que tout va bien, t’inviter un jour au Portugal quand j’aurai réussi mon projet là-bas, partager nos aventures des autres dimensions dans un resto ou au coin du feu. Mais tout ça n’est pas encore possible. J’espère un jour…

    Je me souviens d’un de tes messages aussi, sur la foi. Mais en quoi ou qui j’ai besoin de croire pour avancer concrètement ? Des aspects de moi ? En un bonheur présent ou futur ?

    Un câlin, car j’en ai bien besoin. Et peut-être que toi aussi.

    Bonne soirée/nuit/journée. Qu’importe ! tant que le bon, l’agréable et le doux sont là.

    Merci d’être toujours là, ton message me touche beaucoup.

    Bises.

    1. Rêves Lucides et Spiritualité

      Bonjour Charline,

      Tu n’as pas besoin de t’accrocher à quelque chose de précis pour vivre un jour après l’autre.
      Parfois, on ne sait tout simplement pas comment survivre alors on fait simplement en sorte de mettre un pas devant l’autre.

      Selon moi, ce n’est pas parce qu’on a conscience de ce qu’on est qu’on est en phase avec ça. Cela prend du temps Charline, beaucoup de temps.

      Dis-toi simplement que tu as le droit d’être paumée et que c’est pas grave.
      Tu ne fais pas une course à la réussite.

      Après si tu veux un bonbon, tu peux choisir de t’en acheter quand tu veux pour te congratuler de tes petites étapes.

      Souvent le problème, c’est que rien n’est jamais assez. Jamais assez bien, jamais assez mérité, jamais assez fluide… quelle exigeance sans cesse. C’est fatiguant.

      Fais une liste de ce qui va, va mieux et/ou progresse. Tu réaliseras alors que tu fais ton chemin.
      Et en parallèle, mets une musique sympa, et chill. Comme tu le dis, on est humain. On peut aussi ne rien foutre et tripper sur de la musique !

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − 4 =

error: Content is protected !!