Douter de soi

Ces derniers temps, je me suis remise sur le marché du travail. Je recommençais à postuler dans la branche désirée, mais mon rôle étant très spécifique, ce n’était pas évident. Les places étaient très prisées et peu d’offres sur le marché.

En suivant sur les réseaux sociaux un de mes anciens clients, je voyais les projets s’enchainer. Pour autant, je me demandais pourquoi je n’en faisais plus partie.
Plus le temps passaient, plus je me demandais si lors du dernier projet commun, j’avais merdé et que personne n’aurait osé me le dire. J’aurais été alors blacklisté.
Je passais et repassais en rafale toute la série des évènements.
Peut-être avais-je fauté. Peut-être avais-je fait preuve d’incompétences… Pourtant il ne m’avait pas semblé…

Le stress monta au fil des jours. Les interrogations aussi. Je ne comprenais vraiment pas.
Puis survint un rêve lucide qui m’éclaira sur le sujet.
La Responsable vint me voir. Elle prit un air contrit.

– “Camille, ce n’est pas qu’on ne t’apprécie pas. On a vraiment aimé travailler avec toi. On était tous contents de ton travail. Si on pouvait, on te ferait venir. Si on avait le budget, c’est toi qu’on appellerait pour prendre ces responsabilités. C’est juste que nos clients ne veulent pas mettre de l’argent dans ton poste qui est si spécifique. Le poste que tu occupes, peu de clients ont vraiment les moyens et la volonté de l’intégrer dans le budget global. Ils jugent qu’une équipe réduite doit tout faire à la fois afin de réduire les coûts. Il nous faudrait un projet nettement plus gros, et ce type de clients n’est pas commun du tout…Ils sont rares, ici, comme ailleurs. Ce n’est pas n’importe quel client qui a les capacités financières de t’intégrer…”


– … Je comprends…

– “Tu n’as rien fait de mal, d’accord ? On aime ta compagnie et on reconnait la qualité de ton travail.”

– Hm. Merci de me le dire. Je comprends.


Lorsque j’ouvris à nouveau les yeux au réveil, je souris les yeux perdus sur mon plafond.

Chez moi, les rêves lucides et les rencontres astrales se déclenchent aussi selon les facteurs de stress.
Quand une situation m’atteint de trop émotionnellement, je finis par obtenir des réponses sans le demander directement.
Mon mental bloquait simplement sur le pourquoi sans arriver à comprendre.
C’était comme si quelque chose m’échappait dans mon esprit.


Il y a nombre de fois, je demande à comprendre, et je n’obtiens jamais de réponses. Jamais.
Et il y a ces fois, quand les angoisses m’envahissent plusieurs jours et que le pourquoi ne me quitte plus, les réponses viennent d’elles-mêmes.
Cela arrive surtout pour les choses de la vie courante, sur ce que pensent les autres, sur les émotions, sur les agissements, les proches ou le travail.


Un jour, on m’a dit que j’étais complètement enfermée dans mon monde. Je n’ai jamais compris pourquoi on m’a dit ça.
Je passe mon temps à me remettre en question. Je doute aussi sur certaines choses. Et j’essaie de faire toujours mieux et plus productif sur bon nombres d’aspects de ma vie.

Dans l’astral, les découvertes au fil des expériences m’ont amené à changer mes croyances bien souvent. Surtout les 20 premières années. Maintenant, cela arrive moins souvent. Je ne suis plus surprise de l’improbable. Je regarde simplement jusqu’où ça va et je suis le fil, mais je n’ai pas nécessairement une croyance figée.
Je crois ce que je vois, ce que je vis.
Suis-je arrêtée dessus ? Non. Que mes énergies me montrent autre chose et me fassent voyager ailleurs. Je ne suis plus à ça près maintenant.


Se remettre en question, ce n’est pas tout oublier, c’est accepter de voir une autre réalité tout aussi plausible et praticable.

On avance selon nos conceptions et on les porte en nous. On doute, on se remet en question, et on essaie d’avancer comme ça.
Je n’ai jamais dit que j’étais parfaite, loin de là. Des imperfections, j’en ai plein. Mais j’apprends à vivre avec.
Si cela prend le pas dans ma vie, je vois si en les améliorant, ma qualité de vie s’améliore aussi.
Si cela ne m’apporte pas un attrait bénéfique, je laisse tomber.


Douter de soi est normal. Se remettre en question est essentiel si on veut accepter le changement et continuer d’évoluer.
On apprend de ses erreurs. Tout comme j’apprends de mes erreurs au travail même si cela ne fait pas plaisir à attendre.
Toutefois, il convient de ne pas oublier sa propre valeur.

N’oublions pas ce que nous faisons de bien.
Tout n’est peut-être pas parfait, mais ne laissons pas nos doutes nous envahir jusqu’à effacer notre propre confiance en nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

5 × un =

error: Content is protected !!