L’avertissement en cauchemars

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, j’aimerai revenir sur une belle capacité que nous avons tous, celle qui est de faire des cauchemars.
Si je dis belle, c’est parce qu’au-delà de faire vivre la peur et l’angoisse, les cauchemars peuvent aussi agir en tant qu’avertissement à l’encontre de quelqu’un.

Rappelons que nous ressentons tous énormément d’énergies en permanence mais dont la plupart sont instinctivement filtrées pour s’adapter à notre incarnation humaine. Par conséquent, même si notre corps perçoit beaucoup, peu d’informations concrètes remontent en réalité à notre conscience humaine. Nos énergies effectuent sans cesse un traitement de données et réagissent en fonction de tout ce qu’elles perçoivent. Certaines seront stockées, d’autres évacuées, et d’autres demanderont une implication de notre part pour les assimiler. Les rêves ne sont qu’une façon de communiquer entre ces flux qui ont besoin d’atteindre notre âme humaine.

Les cauchemars font parties intégrantes de ce système de traitement de données. Parfois ils servent à nous faire évacuer nos peurs et nos angoisses cristallisées, et parfois, à avertir sur les dangers qu’ils perçoivent d’une tierce personne.

Prenons un exemple, il y a quelques jours, j’ai fait la rencontre physique d’une personne rencontrée sur internet. Nous avons passé 2 heures ensemble, rien d’extraordinaire jusque là. La personne était cordiale, courtoise et la rencontre agréable.
C’est là que commence le fameux… “mais” !

“MAIS”, deux jours après, je passe une nuit cauchemardesque le concernant. Si dans ce rêve, il était un psychopathe complètement obsessionnel et que je me disais sans cesse combien il fallait que je m’en débarrasse, dans la réalité, il était évidemment tout autre.

Les énergies captent des informations qui nous dépassent. Je ne dis pas qu’il est en réalité un psychopathe, mais dans ses énergies, il peut exister une incompatibilité claire entre sa façon d’être et ce que je suis au-delà.

La réalité n’est pas que physique et matérielle, elle est aussi invisible et éthérée et nos énergies sont nettement plus complexes dans ce qu’elles intègrent de ce que nous croyons percevoir.

Dans mon cas, je ne fais que très peu de cauchemars en général, et quand j’en fais, ils sont ciblés sur des gens que j’ai croisés ou côtoyés et qui ont un ressenti à mon égard. J’ai donc appris avec les années à percevoir ce type d’approche comme un avertissement car une fois que j’agis en conséquence, je me sens comme soulagée et libérée d’un poids inconscient.

Il y a dans les cauchemars une essence à percevoir, une intention globale. Celle qui dit, je veux te faire ressurgir ta peur pour l’exprimer, ou celle qui dit “j’ai de mauvaises intentions envers ta personne” et qui sera mise en scène d’une manière à nous faire percuter plus ou moins violemment (avec l’aide de nos guides et de nos capacités à nous relier à l’autre).

Ces mauvaises intentions ne dictent pas une concrétisation dans la vie matérielle, mais peuvent être des axes énergétiques avec un fond de résonance qui s’exprime en énergie brute bien au-delà de nos schémas préconçus. Il convient donc de les prendre avec discernement.

Une information n’arrive jamais par hasard, c’est à nous de choisir quoi en faire. Et quand en cauchemars, je dis haut et fort que “je dois m’en débarrasser au plus vite”, je vous prie de croire qu’au réveil, je mets cet objectif en top priorité.

Quand le message est clair, je ne traine pas. Il avait une petite gueule, mais je ne le sentais pas sans trop savoir pourquoi. Mon rêve me réconforte quelque part. Je comprends pourquoi en sa présence, je restais distante et ne souhaitais pas que lui soit tactile.

Alors les pragmatiques et pessimistes pourraient aussi me dire que ce cauchemar est lié à la peur de rencontrer des gens par internet. Que nenni. Parce qu’il n’est pas le premier. Et que je n’ai pas eu cela avec les autres. On a tous un mécanisme personnel au-delà des codes usuels liés à l’incarnation humaine. Il faut apprendre à les reconnaitre, puis à se faire confiance.
Les généralités sont une base, mais il faut regarder comment cela vit en soi.

Dans quel.s. cadre.s. les cauchemars se manifestent-ils ? Pour certains, cela sera la manifestation de leurs angoisses avant un nouveau boulot, d’autres toujours liés à la famille, d’autres sur les fantômes…

Observez dans quel.s. situation.s. ils se manifestent et à quel.s. moment.s. de votre vie.

Est-ce avant, pendant ou après une situation ? Est-ce sur le passé lointain, sur le futur ?

Prendre du recul sur la manifestation de ces rêves aident à comprendre ce qui nous impacte profondément. Sommes-nous des angoissés de la vie, ou percevons-nous des avertissements cachés ici et là ?

Ce matin, j’ai gentiment dit au revoir à Monsieur Psychopathe. Le pauvre. Il ne saura jamais vraiment pourquoi, mais c’est la vie. Je n’allais quand même pas lui dire qu’il ne savait absolument pas gérer ses énergies et qu’il allait me pourrir la vie dans l’astral ? Non, vous voyez, cela ne se fait pas. Et je peux être une nana sympa de temps à autre !

Maintenant que cela est fait, je me sens beaucoup mieux. Certes, j’ai passé une nuit de merde mais libératrice au final. Les cauchemars sont un peu la bête noire. On les redoute mais ils ne sont pas là pour rien. Le tout est d’arriver à creuser pour en déterminer la cause, puis ensuite comprendre qui nous sommes au-delà. Ils sont en somme des précieux indicateurs, alors n’ayons pas peur de les écouter et d’essayer de les décoder.

Bons cauchemars à tous !
Bah quoi ?… c’est un peu drôle non, comme finish ?!

2 Comments

  1. Charline

    Bonjour Camille,
    Merci pour ce bel article.
    J’ai des cauchemars récurrents depuis toute petite dans lesquels je suis attaquée par quelqu’un qui veut me voir souffrir ou veut carrément me tuer. (j’ai même fait une décorporation dans un rêve où j’étais morte, on se croirait dans Inception avec la superposition des réalités).
    Et pendant une période, ça s’est transformé en tentatives de viol mais je travaille sur la blessure liée à ça et maintenant ça ne transparaît presque plus dans mes rêves, voire plus du tout.
    Et maintenant la teneur de mes cauchemars a changé, au fur et à mesure (quand j’observe la continuité de ces cauchemars), je suis capable de développer des capacités pour me défendre et défendre ceux que j’aime (quand ce n’est pas eux qui m’aident, une solution plus récente, où je suis défendue et réconfortée). J’ai seulement eu cela sous forme de vision une seule fois (en faisant la vaisselle en plus, une attaque brutale ! ).
    Je suppose qu’une ou plusieurs peurs sont liées à ces cauchemars cycliques.
    Sinon, je fais plutôt de beaux rêves ! Ou des rêves qui semblent n’avoir aucun sens. Ou des visions de l’astral, cela arrive de plus en plus souvent… en rêve ou pas d’ailleurs. La fréquence augmente doucement.
    Bizarre quand même que ces cycles s’articulent avec mes crises existentielles plus virulentes en hiver et en été. Ils s’intercalent ? Se complètent ?
    Ah oui… Pour me sortir de mes crises, j’avais pris l’habitude de visualiser un cercle de fées en pleine nature, dans une forêt ou une clairière. Le cercle étant composé soit de champignons, de pierres de même taille, d’herbes folles etc. Et je m’imagine en position de foetus dans le cercle. De faire cela m’a toujours apaisée. J’aime être dans ce cercle.
    Bonne soirée et belles fêtes de fin d’année à toi !
    Bises.

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Charline,

      Te concernant, on est plus dans la catégorie “Attaque astrale”.
      D’où le fait que cela t’oblige à te dépasser pour t’en libérer.

      On apprend à se défendre, à gérer ses failles, mais tant que l’autre (incarné ou non) ne passe pas à autre chose, l’attaque peut revenir, selon son avancée et ses tentatives de percée.

      Comment s’en débarrasser définitivement ?
      Soit on s’élève pour que les attaques ne nous atteignent plus, soit on augmente le niceau de nos défenses, soit on vise à annuler à hauteur de l’attaque, soit on passe en offensif, soit on impose la soumission et le retrait, ou encore, on dissout et détruit l’autre.
      Ceetains encore attendront l’aide et l’assistance divine providentielle qui viendra, ou peut-être pas.

      Cela en fait du choix, n’est-ce pas ?
      Tu as opté pour développer tes compétences et retrouver ta puissance intérieure. C’est beau. Dur à la fois, mais c’est un beau chemin.
      Courage.

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 − deux =

error: Content is protected !!