Berceuse

Berceuse

En ce moment, le soir, avant de m’endormir, j’ai peur. Je redoute presque le moment où je ferme les yeux, alors qu’avant, c’était le moment que je préférais.

J’ai peur de ces choses que je vois sans le faire exprès, et de ces sons et ces voix qui débarquent dès que je mets les boules quies et que je vais pour me détendre et m’endormir.

C’est comme une porte qui s’ouvre et je n’arrive pas à la maitriser.

J’ai peur d’être repéré et d’être traquée, j’ai peur qu’on me nuise. J’ai peur de ces êtres qui viennent parfois me voir de trop prêt, comme hier soir. Ils m’ont fait rouvrir les yeux en catastrophe. Je me suis fait peur. Mes capacités de visions me font peur. Je crois que je préférais avant, lorsque j’étais bien dans ma coquille et que tout cela ne m’atteignait pas autant.

Mes portes s’ouvrent davantage ces derniers temps et parfois je me demande comment je fais pour ne pas perdre pieds.

Il faut être un fou ignorant pour chercher à ouvrir son 3ème oeil. Jamais je ne le recommanderai à une personne cherchant à développer sa spiritualité.Au début, tu es content, tu vois deux trois trucs de ouf. Mais quand les chocs des réalités s’entre-mêlent, c’est une autre affaire.

A ces moments-là, je me demande comment survivre. Et je pèse mes mots.

Les humains non éveillés ne se rendent pas compte combien il fait bon vivre sans avoir conscience de tout cet univers astral. Voir le ciel sans arrière pensée, regarder les gens marcher et la rue prendre vie. Ce monde est beau. Il n’y a pas besoin de regarder ailleurs pour trouver une raison d’être sur terre.

Moi, mes soirées, je les passe à stresser en me demandant, quelles choses je vais devoir supporter encore seule, quelles énergies vont parcourir ma vision ou mon canal malgré moi, parce qu’il n’y a personne dans mon lit pour me rassurer et me dire que tout va bien.

Je me fais peur. Ce que je suis, me fait peur.

Les choses belles à voir, mais à quel prix ?

La médiumnité n’est un pauvre jeu de plateau et de billes que pour les aveugles et ignorants et utopistes. 

Je me demande si ce que je suis en vaut la peine. Parce que ces êtres que je vois, me voient aussi. Alors j’ai peur. Parce que je me dis qu’ils pourraient me faire du mal. Et alors, je repartirai en guerre.

Et moi, je ne veux plus de guerre, je ne veux plus de combats, de peines et de souffrances.

Parfois, la nuit, on me montre des choses sur le monde. Ces guerres pour la puissance et la soif de pouvoir et les détournements et usurpations qui ont eu et-ou ont lieu en ce moment même quelque part. 

Je ne veux pas les voir.

Je ne veux plus les voir.

Je veux qu’on me fiche la paix et qu’on me laisse vivre cette vie tranquille.

Moi aussi, même médium, je mérite de vivre ma vie d’humaine comme les autres.

Je veux continuer de sourire et de rire, et d’aimer ce monde.

Je veux mes Protecteurs. L’accès doit être réduit au minimum. Il le faut, sinon, je n’y arriverai pas.

Il y a des jours où c’est juste dur. Trop de flux, trop d’informations. Trop d’Ailleurs.

 

Ce soir, je me suis achetée un sorbet fraise et macarons sans lactose. Bon, c’est industriel, mais que voulez-vous… quand c’est la crise, c’est la crise.

Des périodes comme celles-là, je me dis que mon doudou devrait se grouiller les fesses parce que franchement, c’est dur d’être seule dans ces moments-là. Apprendre à gérer ses peurs est vraiment une épreuve.

“Bientôt”…. mon cul.

Tiens au fait, oui, pendant que j’y pense, j’ai complètement zappé de leur redemander un suivi sur ce dossier. Ah bah, voilà un sujet sur lequel je devrais me pencher plutôt, ça, c’est un vrai sujet.

Je sens qu’ils vont me la faire à l’envers encore pendant un certain temps si je vais pas râler un peu. D’ailleurs, râler va me faire du bien. Je vais les appeler ce soir.

 

 


Source: les guides 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + 4 =