Ambiance tendue en mission

poster-tableau-affiche-disputez

Lorsque je repris contact avec mon corps, ma lucidité me fit comprendre que je parcourais une maison de fond en comble. Des guides m’entouraient et me collaient aux baskets. En arrivant à la cuisine située sous les toits, je regardai par la fenêtre et pris acte de l’ambiance générale de la dimension dans laquelle nous avions été envoyés en mission.

L’extérieur n’était pas franchement des plus lumineux, et puis en me retournant je me rappelais pourquoi mon équipe et moi étions sur place. Nous étions depuis tout à l’heure en train de procéder à l’organisation pour une libération énergétique de la zone. Nous nous étions posés là le temps de travailler les plans, prévoir les actions à mener et caler le rythme pour que tout soit fluide et que le travail soit mené à bien.

Au moins 5 ou 6 guides me collaient au train et ne me laissaient pas agir comme bon me semblait. Tout était trop lent, et moi, je tournai en rond comme un fauve en cage. Je devais sortir d’ici. Il fallait que j’agisse, que je fasse n’importe quoi, mais que je fasse un truc.

-Mais là… Calme-toi, me dit un guide blasé, c’est bon là, arrête ton char… tu soules…

-Tu as fait ce que je t’ai demandé ? lui répondis-je sèchement en me rappelant des consignes précises que je lui avais donné à faire.

-Hm… (il prit un air évasif) Ouais, bon… je suis allée voir… mais euh… ffff…. ben…. si tu veux… je te le ferai…

-Pardon ?… ça veut dire que tu es revenu sans l’avoir fait ?

-Nan mais vas-y… c’est bon…. je le ferai j’ai dit…. à l’occasion…. plus tard quoi…

Yeux rétrécis, et énervée, je l’attrapai par le collier et le tirai d’un coup sec pour que sa tête arrive à quelques centimètres de la mienne.

-Dis-donc toi… rappelle-moi un truc. Quand t’es venu me voir la dernière fois, tu m’as demandé d’agir pour toi. Et qu’est-ce que j’ai fait ?… J’ai mis tous mes dossiers en attente. J’ai tout mis en pause, pour toi, et je me suis bougée le cul. Je suis allée dans ta dimension de merde, et j’ai fait ce que tu attendais de moi. Je ne suis pas revenue les bras ballants, comme toi là, avec une excuse à la con.

-Mais nan, mais….

-Tu m’en dois une, c’est clair ? ça va me dépanner, alors tu fais ce que je t’ai demandé.

Je le rejetai en arrière et pestai.

-C’est pas possible ça, personne va bouger son cul dans c’te maison…y va falloir que je fasse tout toute seule pour que les choses soient faites, ou quoi ?!

-Mais calme-toi un  peu, dit un autre, allez, c’est bon là… mais… qu’est-ce que…

Je mis le pied sur le plan de travail de la cuisine, allais pour agripper la poignée de la fenêtre quand tout à coup, ma tête heurta une poutre que je n’avais pas vue.

Ma tête cogna tellement fort sous mon élan, que l’impact résonna jusque dans mon lit et que je perçus le poids de ma couette. Mon corps bascula aussitôt à la renverse. Je rouvris les yeux péniblement accroupis sur le plan de travail, mon front enveloppée dans mes mains en gémissant comme pas possible.  J’avais beau être en sortie astrale, ça me faisait un mal de chien. Le Karma ne s’était pas fait prié pour frapper.

Visiblement, mes guides n’en pouvaient plus, me gérer était une véritable corvée, et pour ma part, c’était plus que réciproque. Ils tentèrent de me calmer une énième fois, mais leurs présences m’exaspéraient profondément. Aussi, entre devoir les supporter, et me ratatiner au sol après avoir sauté par la fenêtre, le choix fut vite fait.

Je retournai au lit en pleine chute, et sentis la douleur à la tête disparaitre comme si elle n’avait jamais existé. J’attrapai la couverture et me retournai dedans en grognant.

Bon bah… Comme d’hab…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *