Les demains et les jamais

 

Sans titre33jj3

Ce soir, il ne m’a fallu qu’une heure trente pour faire ce qui m’agaçait le plus depuis plusieurs années, peindre mes plinthes du salon en blanc.

Comment ai-je pu laisser une pauvre heure trente me freiner autant ? … Franchement, je me le demande. Comment ai-je pu voir en cette tâche ingrate une montagne infranchissable, au point de rester à me lamenter et à maudire ces foutues trainées jaunes (ne me demandez pas pourquoi le locataire d’avant avait des goûts pareils).

Je réalise que dans la vie, on est pareil. On se laisse ralentir, freiner, et geler sur place concernant des choses que l’on a transformé en grosse montagne inébranlable, tandis que nous, nous sommes restés là, les bras ballants à se morfondre sur notre sort comme les pauvres victimes que nous sommes devenues.

On souhaite voir sa vie devenir meilleure, on souhaite trouver le bonheur, résoudre des problèmes, et pour les plus motivés dans leur délire, à ascensionner. Mais, oui, parce qu’il y a un mais, on fait l’aveugle et la sourde oreille devant ce qu’on considère comme désagréable, nul ou dénigrant, voire compliqué, ou tout simplement trop facile et donc insignifiant. Alors on reste là à espérer que Mieux vienne nous voir tandis qu’on juge Pas Terrible comme pas pour nous. Et pourtant, Pas Terrible est ce que nous avons créé. Pas Terrible est ce que la vie a résonné avec nos choix, notre chemin, et nos aspirations. Que faisons-nous alors ?

Pour ma part, j’ai décidé chaque jour d’avoir des objectifs précis et de m’y tenir. Je me prépare le soir quelques petites choses à accomplir le lendemain, et si j’en fais plus, je serai contente. Mais à la base, j’ai remarqué un point fondamental. La maison ne se range pas toute seule, mon linge ne saute pas dans la machine à laver et ne s’étend pas d’elle même, et non, mes sols ne brillent pas comme dans les films dans Merlin l’Enchanteur.

Je considère que tout ce qui est à ma portée peut être fait. Travaux ou non, si ma santé et mon dos me le permet.

Alors certes, rien n’est parfait, mais ce dernier mois, j’ai accompli tellement de petites choses qu’au final, je vois aujourd’hui mon intérieur changer. Je constate une évolution, une construction, une affirmation de qui je suis et ce dont je suis capable. Et je suis fière. J’ai rafistolé mon appartement et je suis fière de cela.

En terme de spiritualité, j’agis de la même manière, je gère les missions comme des projets, et prend ce qui m’est accessible. Je les gère au pas, et les enchaine, et j’essaie de faire tout ce qui doit être fait, car là aussi, ce qui n’est pas fait, finit toujours par revenir frapper à la porte, comme ces fichues plinthes qui me sont tombées dans l’oeil tous les jours. Et je dis bien, tous les jours, et ce, depuis que je suis dans cette location.

Tout ce qui nous dégoute en nous, chez nous, autour de nous reviendra un jour frapper à notre porte. Comme un fond de poubelle qui finira par sonner l’alarme tellement fort que vous serez enfin obligés de vous en occuper.

J’essaie aujourd’hui de ne plus attendre trop longtemps pour faire les choses. Quand cela tombe dans mon oeil, j’attends une fois, deux fois, trois fois, et là, en général, les choses commencent à m’agacer. Comme je n’aime pas me sentir agacée, je finis donc par me lancer. Comme ce soir. En regardant encore ce jaune affreux.

Et le déclencheur a été lorsque je me suis posée une simple question, Pourquoi est-ce que je remets sans cesse cette action à demain ?… Je disais toujours demain, plus tard… je le ferai, mais maintenant…. Je vais le faire, si si…. mais pas là, je suis occupée…

Occupée à quoi ?… Bien sûr, lorsque l’on ne veut pas le faire, on trouve toujours autre chose qui nous permet de reporter, encore et encore, et au final, on fait mourir le sujet comme un boss faisait mourir un problème parce que ça ne l’arrangeait pas et qu’il attendait que les autres abandonnent d’eux-mêmes.

Et moi, combien de temps allais-je reporter à demain quelque chose de simple ? D’accord il était 23heures, mais voilà, comme par hasard, l’excuse de l’heure m’arrangeait une fois de plus. Allais-je encore continuer ainsi longtemps ? L’heure était-il vraiment un frein lorsqu’on voulait vraiment accomplir quelque chose ?…

Mon énergie et ma volonté s’arrêtaient-elle donc à reporter à demain et continuer de geindre ?…

Le plus dur a été de me lever du fauteuil et d’aller attraper le scotch de protection des bandes du tiroir.  Après tout le reste a coulé comme de l’eau de roche. Une fois la zone préparée, quitte à commencer, autant terminer. J’ai donc lancé un film en fond, pris mon bac de peinture datant de plusieurs années et je me suis lancée dans l’aventure. Les pinceaux ne manquent pas, donc plus d’excuses. Et quitte à mettre le bordel dans le salon en déplaçant les meubles, autant faire toutes les plinthes plutôt qu’uniquement celles qui m’arrangent. Parce que ce n’est pas parce qu’on ne regarde pas derrière le canapé que la plinthe disparait comme par magie… Et elle aussi était jaune.

Mais en fait, c’était quoi mon excuse à la base pour ne pas m’en occuper ?…

Pourquoi ne l’ai-je pas fait avant alors que j’avais tous les outils, que rien ne manquait ?

Peut-être me manquait-il la volonté de clore ce sujet, la volonté de passer à autre chose dans ma vie.

Voilà donc chose faite.

Pour avancer dans sa vie, parfois, il suffit simplement de commencer à agir sur ce qui nous bloque et de laisser notre force agir et mettre à terme à ce qui nous pèse le plus. Parfois le résultat ne sera pas toujours celui tant attendu, mais au moins, nous pourrons enfin passer à autre chose.

Bonne soirée à tous

 

2 Comments

  1. alexandre

    Bonsoir Camille,

    Ton article me parle beaucoup. J aime l idée que quand on veut, on peut.. Récemment, ai du traiter un problème de squatt dans mon immeuble et ai pété un câble: j ai envoyé un mail assassin a mon bailleur pour faire bouger les choses. Bon je triche car en fait, j avais faire une neuvaine de l ombre pour régler ce problème. Il a été règle en une soirée par une rupture entre la nouvelle locataire de mon immeuble et son ex copain(cause de ces problèmes).Du coup, plus de squatt du tout. Y a pas a dire, avec les démons, ça ne traine pas les problèmes. Ai fait une neuvaine a marie également pour guérir ma chatte chipie de ses angoisses. Je crois que c est en bonne voie car elle a file une rouste a Lilith mdr bref ça déménage en ce moment. J espère que mon bailleur va quand même se bouger ; il a déjà envoyé un expert en sécurité c bon signe. Me voilà libre de passer a autre chose. Je te souhaite de pouvoir réaliser tous tes objectifs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × quatre =