Dépannage d’urgence

494056ff2f8aec182395d5ead989935f

En me retournant dans mon lit en pleine nuit, je perçus immédiatement le changement dimensionnel. Ce fut la présence de mon âme soeur de l’autre côté sur mon autre oreiller habituellement vide, qui me fit tiquer au quart de tour. Je rapatriai ma conscience à vitesse grand V. Il avait fait en sorte que je percute, et c’était le cas. Sa présence était tellement massive que je n’eus pas le temps de réfléchir, tout mon corps réagit d’instinct tant mes énergies ne désiraient qu’une seule chose, le sentir.

Il avait dû m’entendre couiner depuis des jours, et cela allait de mal en pire. J’arrivais à un stade critique, et je n’arrivais plus à me contenir. Quand j’avais trop faim, mes énergies criaient de partout. Et je ne pouvais compter que sur nos retrouvailles astrales pour remplir ma jauge affective et charnelle.

Mes mains enveloppèrent son visage, et sans perdre une seconde, je fondis sur lui et l’embrassai langoureusement tout en le suppliant.

-Chéri, Chéri… j’en ai trop besoin, dépanne-moi… c’est trop dur… je t’en prie… J’ai besoin de te sentir…

Il accueillit ma fougue, passa ses bras autour de mes hanches, et le ballet se lanca. Enfin…. Sa peau, ses lèvres, son odeur…

Mon trop-plein émotif déferla sur lui comme une lionne, et malheureusement pour moi, cela me fit retourner direct dans ma vraie chambre, sans passer par la case départ. J’étais dégoûtée.

A défaut, j’avais encore ses énergies imprégnées sur moi. Avec ça, j’allais pouvoir tenir une ou deux semaines de plus en gestion émotionnelle. Mais une chose était certaine, mes énergies ne pouvaient pas ne pas le voir pendant de trop longues semaines.

Je n’étais pas réputée dans l’astral pour être douée en gestion émotive, et pour être honnête, je savais combien parfois mes énergies étaient une vraie furie à gérer pour mon âme soeur.  Parce que quand je déboulais sur quelqu’un dans l’astral, ce n’était pas en prenant mon temps et en frappant à la porte. Moi, j’arrivais telle une comète scindant l’espace et le temps.

En même temps, l’image est jolie, non ?

Nan mais c’est joli les comètes ! ça ramasse plein de petits poussins au passage qui sont tout seuls dans l’univers et qui n’ont pas de familles, et hop, après, ils partent tous en voyage avec moi dans mes escapades !

Bon d’accord, je sors. 

2 Comments

  1. Heleneveil

    Bonsoir Camille,

    Joli  joli récit, je voyais même la scène du baiser et j’ai adoré.

    L’ image associée à l’article est tellement belle  je trouve qu’elle fait vraiment rêver…Peut-être mon prochain rêve …

    Bonne semaine!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × deux =