Erreur de cible au combat

En l’espace de quelques secondes, l’ensemble de mes énergies furent téléportées dans un nouvel environnement. Je tombai au cœur d’un combat. Des êtres hurlaient tout en étant repoussés vers une brèche dimensionnelle émanant du ciel. Comme une immense sphère lumineuse, s’ouvrant haut dans le ciel, les entités étaient repoussées, forcées de retourner là d’où elles venaient. Comme si elles n’avaient rien à faire ici.

Je tendis une première main et lâchai des forces pour accompagner le mouvement de recul et faire le nettoyage de la zone. Seulement, une entité vola à vive allure et redoubla d’efforts pour atteindre la foule amassée qui rechignait à partir. Elle avait l’air d’avoir la tâche pénible et se retrouvait complètement mêlée à la violence du front. Les coups pleuvaient, mais il ne lâchait rien, il retournait sans cesse à la charge. Petit à petit, la masse reculait, obligée de se soumettre à la pression que nous imposions pour le retrait.

Mais, à force de regarder de plus près, cette silhouette sombre avait l’air d’un bon cadavre. Elle luttait difficilement, et encaissait de sérieux retours. Mais que foutait un être sombre ici ?… Peut-être me trompais-je sur la situation, en fait.

Cris + être sombre = attaque ? Cris = peur, être sombre = cible. Je n’eus pas le temps de réfléchir davantage. Mes énergies se plièrent à mon changement d’objectif sur un simple clic, et en moins d’un quart de seconde, je sombrai totalement en mode furie. Une seule chose ne comptait alors pour moi, l’inhalation complète de la cible.

Je commençais doucement, et puisais en moi les forces nécessaires pour lancer les premières attaques. J’envoyai une première flèche énergétique droit sur lui. Elle lui percuta le dos tandis qu’il luttait contre le front qui tentait de forcer le passage. Surpris, il se retourna, et à peine comprit-il que l’attaque venait de moi, qu’il grogna mais n’en tint pas rigueur. Il fit comme si de rien n’était, et se retourna, accaparé par les altercations du front.

Il dût penser que c’était une erreur de tir de ma part. Que nenni. S’il ne me prenait pas au sérieux, après tout, tant pis pour lui. Il fondit dans la foule, et je réitérais l’attaque en multipliant les tirs. Il sentit les charges arriver, en esquiva certaines, mais de dos contre la foule, celle-ci en profita pour surenchérir. Il fut evincé à une dizaine de cinquantaine de mètres, mais virvolta aussitôt et repartit en trombe vers la foule. Ayant une ouverture, je ne perdis pas une seconde pour lui lancer une énième attaque en augmentant le volume de la charge. Il n’encaissa pas ce coup-ci. Une explosion lui éclata une partie du dos, et il perdit soudainement sa stabilité de vol.

Il chuta comme un oiseau blessé, en tourbillon, drôle d’ailleurs, c’etait comme s’il venait de se faire viser une aile au combat.

L’être gris rassembla ses forces et ralentit sa descente mollement. Il calibra tant bien que mal un vol quasi stationnaire et releva la tête dans ma direction. Il avanca péniblement, et sans lui laisser de répis, une nouvelle flèche énergetique fit lancée. Il ne s’y attendait pas. Celle-ci lui pénétra la clavicule. Il lâcha un bruit sourd au moment de l’impact qui lui perfora la base de l’épaule. Le sang qui jaillit lui explosa la peau, et son visage laissa exprimer un élan de douleurs.

Il zigzagua aussi vite qu’il put jusquà moi, sans animosité particulière.

Habituellement, il n’était jamais question d’épuiser nos forces au combat, c’était normalement une montée en puissance. Normalement. Mais là, il me regardait, avec des yeux troublés et interrogateurs, et dès qu’il arriva à seulement quelques mètres, il se métamorphosa en approchant, et clarifia ses intentions. Il ne souhaitait pas m’attaquer, et ne semblait pas appartenir à un clan ennemi, ou adverse. Et puis, sa peau changea de couleurs, tout le reste de son corps suivit. Je découvris un torse à moitié mouillé par le sang frais qui coulait de l’épaule tout juste blessée, un reste d’aile totalement déchiré depuis son tronc noyé dans le sang, cela devait expliquer ses difficultés pour voler et la pénibilité qu’il devait endurer, et enfin, sa deuxième aile qui rayonnait d’un blanc immaculée, visiblement en parfaite santé car je n’y vis aucune trace de sang, ni de marque de choc encaissé.

La base de sa deuxième aile était sombre, c’était sûrement un ange du milieu. Dès lors qu’il me vit figée, il posa sa main encore opérationnelle sur mon épaule et me secoua vivement.

-A-iel, A-iel !? m’appelait-il par mon autre nom, A-iel, ressaisis-toi, ressaisis-toi ! fit-il d’un ton suppliant toutefois me faire de mal.

Visiblement, j’avais attaqué un ange. Et pourquoi m’appelait-il A-iel ?… Mon regard s’affaissa furtivement sur mon buste, puis à nouveau sur ses ailes, ou du moins, ce qu’il en restait. Ici, j’avais un autre corps, et…

-A..iel, reprends-toi ! s’exclama-t-il en me secouant plus fort, car je ne relâchais toujours pas ma main en garde, prête à attaquer.

Mais j’avais horreur qu’on me secoue. Tous mes guides savaient ça. Et pourquoi un ange me secouait ? Mon mental tentait de recoller les morceaux.

-… AH, sursautai-je d’un coup, les paupières battants toute vitesse, AH ! je suis désolée, je suis désolée !! Oh mon dieu… qu’est-ce que j’ai fait ?!!

L’ange s’adoucit et soupira, soulagé de m’avoir récupéré. Mes mains tremblaient et je n’osais plus toucher ce corps qui était marqué par les coups et les blessures de toute part. Et dire que j’avais largement contribué à sa déchéance lugubre.

-je vais te guérir, annonçai-je gênée en survolant son buste avec mes mains, Je vais te guérir complètement, je te jure, je vais guérir toutes tes blessures, même ton aile, je vais faire en sorte de te la remettre bien… Je suis vraiment désolée, j’ai perdu le contrôle… j’ai snappé… je t’ai pris pour cible, et j’ai perdu le contrôle…

-Hm, tu t’es fait totalement dominer par ces énergies. Je t’avais envoyé la photo pourtant, dit-il, mais tu ne l’as pas compris, c’est ça ?

-Non, je ne l’ai pas compris. Je l’ai reçu oui, je l’ai vu, mais d’un coup, je me suis retrouvée ici, et je t’ai vu. Je me suis trompée de cible…Je me suis trompée, je suis désolée… je te jure, je n’ai pas fait exprès, je suis désolée, je ne voulais pas te faire de mal… je ne savais pas… je me suis laissée embarquée, et je t’ai attaqué.

A en jugé par son réflexe de venir me sortir de mon état de furie à l’instant même où je décidai de l’attaquer, je compris qu’il avait l’habitude de me gérer. Non pas que ce n’était pas douloureux pour lui, mais son approche pédagogique et bienveillante face à mon état combatif voulait tout dire. Ce n’était pas la première fois, et il savait comment faire pour me ramener.

En me réveillant plus tard dans mon lit, je me remis en boule. J’étais vraiment désolée, je m’étais trompée, j’avais perdu le contrôle, et j’allais faire en sorte de réparer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 − un =