Etre chez soi

home-sweet-home

Bonjour à tous,

Je suis rentrée de vacances hier, non pas que j’avais une activité hors norme ces derniers temps, mais je dois bien admettre que prendre l’air à la cambrousse fait du bien.

C’est le retour qui est violent. A vrai dire, je ne reconnais plus la maison. Cela fait depuis mon dernier réagencement fin juillet, puis à mon retour de septembre en vérité que je ne me sens pas à la maison. J’ai l’impression que ce n’est pas chez moi. C’est un sentiment très bizarre. C’est aussi la raison pour laquelle je me mets à faire tous mes travaux de rénovation, c’est pour retrouver un semblant de “Home Sweet Home”.

J’essaie de comprendre pourquoi je ne me sens pas à la maison alors que je suis chez moi. C’est très pénible à vivre pour moi.

Je me rends compte que ce n’est pas comme ça que je veux vivre, ce n’est pas là non plus. Mais voilà, il faut que je compose avec pour le moment, mais c’est difficile.

J’ai l’impression de rentrer dans la maison d’une autre personne. Je ne reconnais pas les énergies, ni les affaires, ni la décoration, encore moins la façon dont tout est pourtant pas trop mal agencé. Je ne sais pas pourquoi je me sens comme ça. Ce n’était pas le cas avant. C’est depuis que je suis revenue de mes grandes vacances où j’ai pris 4 semaines au vert. J’ai eu un choc en revenant, et ce choc, je l’ai encore à chaque fois que je passe la porte de chez moi, même si je me suis absentée juste pour descendre les poubelles.

C’est très contraignant. J’ai l’impression que ma maison est ailleurs.J’ai l’impression qu’ici, ce n’est pas ma vraie maison.

Lorsque je passe la porte, je tente de me rassurer, de me dire que si, c’est bien mon appartement, qu’il y a le même bazar que je n’ai pas rangé de la veille, qu’il y a bien mes énergies dans la maison, mais ce sentiment ne me quitte plus.Je sais que c’est mon appartement, mais je ne le ressens pas.

Lorsque cela m’a fait ça la première fois, j’ai été tellement choqué que je me suis posée la question si je n’étais pas en rêve. J’ai cru que j’arrivais dans une pièce à l’attérissage d’un rêve lucide. J’ai eu un gros choc de constater que ma valise était bien réelle, et que ma main ne traversait pas les murs, que j’étais à Paris, dans ce qui est mon appartement dans cette vie, en ce moment.

– C’est quoi ici ? C’est chez moi ? Vraiment ? Pourquoi je n’ai pas ce sentiment de rentrer dans ma maison ? Je me fais une blague c’est ça ? Je ne suis pas en rêve lucide là ? Bah non pourtant, je ne vibre pas pareil…

La valise fit un bruit sourd en s’écroulant lourdement sur le sol, mon taux vibratoire n’était pas le même qu’en rêve, j’étais bien dans la matière.

Être troublée au point de confondre les dimensions et les réalités ne m’est que très peu arrivée toutes ces années de rêves lucides et sorties astrales et cela ne dure en général qu’une seconde ou deux, le temps pour moi de retracer l’endroit dans lequel je me situe, le temps pour moi de reprendre mes esprits.

Ca m’a rappelé des pièces que j’avais visité plusieurs fois en rêves lucides, des endroits à moi, mais dans d’autres mondes, ces endroits que j’avais passé mais qu’en voyant à nouveau, je ne reconnais plus, j’y étais étrangère même si je savais que j’y étais quelque part.

Depuis début septembre, je lutte pour me réapproprier un lieu dans lequel, je ne m’y sens pas appartenir. Et depuis ce temps, je ne peux m’empêcher de me poser la question “mais si je ne me sens pas chez moi, où est-ce que je me sens chez moi?”

J’ai demandé à mes guides une explication hier soir, mais elle n’est pas encore sortie du sac. J’espère l’avoir rapidement car c’est pénible de vivre dans un endroit dans lequel on ne se sent pas être à la maison alors que c’est là où l’on vit au présent.

Parce que ce sentiment, j’ai l’impression que cela va bien au-delà de juste vouloir faire les travaux. Je crois que c’est plus profond que ça.Ceci dit, j’ai vraiment plein d’idées pour tout refaire. Et je m’y remets activement maintenant que je suis rentrée. Et pourtant, ce sentiment ne me quitte pas.

J’ai remarqué qu’il n’y a que dans la chambre où je m’y sens suffisamment bien pour me dire que je suis dans ma chambre, et encore que c’est mes 5 plantes dedans qui me font cet effet là ! En même temps, le salon en a 20 et ça me parait presque vide.

En fait, je réalise que je ne me sens bien que quand je suis en présence de plantes, d’un certain nombres de plantes. J’en ai déjà pas mal, mais c’est vrai que je pense encore à en rajouter uen petite dizaine et à faire mon mur végétal en plus. Mais soyons raisonnable pour être constant. Petit budget = petit matos = travaux durent plus longtemps. Il faut que j’apprenne à ne pas être excessive comme d’habitude et à structurer mes impulsions de bulldozer.

J’espère qu’en faisant ces travaux, ce sentiment de non-appartenance s’estompera un peu. J’espère. J’ai hâte de reprendre la peinture des murs.

En attendant, j’aimerais vraiment que mes guides m’aident à comprendre pourquoi je le vis aussi mal, ça m’éviterait de me sentir perdue à chaque fois que je passe la porte, comme si j’avais perdu la mémoire en me demandant si je vis vraiment là, parce que bizarrement parlant, j’ai beau imaginer le résultat final de mes travaux, j’ai toujours un pincement au coeur qui me dit que ma maison n’est pas ici, ce n’est pas vivre comme ça, ici et de cette manière que je veux.

J’ai ce profond sentiment d’être ailleurs et lorsque je passe la porte, j’essaie de me rappeler pourquoi je suis là. C’est déroutant.

Attendons donc. Mais franchement, où est-ce que je me sens chez moi ?… Je me le demande bien.
 

Bises

Enregistrer


Source: Vie quotidienne 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux × cinq =