La confiance de mon serpent

En sortie de corps, j’enchainais les situations astrales jusqu’au moment où je me suis retrouvée aux côtés de mon serpent. Il voulait muer et l’accompagner dans le processus m’amusait beaucoup. Il n’avait pas la même couleur ici, à quoi bon s’en formaliser. Peu après, le paysage se dissipa et une voix masculine m’interpella depuis un univers entièrement fait d’énergie blanche.

« Camille, il accepte que tu touches son museau, est-ce que tu réalises la confiance incroyable et extraordinaire quil a en toi ? Est-ce que tu réalises combien de confiance est nécessaire pour se laisser toucher ainsi ?! Ce type d’animal ne se laisse normalement pas toucher le museau. Le niveau de confiance qu’il place en toi est tout bonnement surréaliste… c’est comme offrir une confiance aveugle, envers toi, il a un confiance absolu, c’est dingue… »

– Mais cet après-midi, il avait une petite bouloche de poussière coincée dans la lèvre ! il l’a chopée en galopant à travers les câbles de l’ordinateur, il fallait bien lui enlever ! J’étais obligé de toucher son petit museau tout mignon pour enlever la saleté. Je ne voulais pas qu’il l’avale ou qu’il soit gêné avec sa langue en sniffant partout. Personne n’aime avoir l’effet d’un cheveu sur la langue ! Et là, dans le rêve lucide de tout à l’heure, il a sa mue à enlever, je lui enlève en l’aidant comme il fait lui, en commençant par le museau ! Je m’approche de son petit bout de nez, il se laisse faire et relève même son museau pour accompagner mon mouvement ! Alors hop, je lui soulève délicatement la peau du bas de la mâchoire et après le dessus de son petit nez, en faisant très-très attention aux yeux ! C’est si fragile la peau qui mue au niveau des yeux… !

« Le simple fait qu’il te laisse lui toucher le museau est signe d’une très grande confiance. Il ne le ferait pas avec d’autres. Il n’y a que toi qui peut faire ça. Il n’y a que toi qu’il autorise à approcher ainsi. Il ne l’accepterait d’aucune autre personne. » 

– Oooohh… mon chouchouuuu… c’est trop miiiignon—– miouuumioumiouuuu

Plus tard au réveil.
– mais euh… je croyais qu’ils n’étaient pas capables de ressentir des émotions ?… Henri et Zoé sont deux serpents pourtant… ils ont donc deux cerveaux primaires tous les deux… pourquoi une telle différence ?… et la confiance n’est pas un sentiment ?… …. j’y comprends plus rien moi… -_-

(Sur la photo, Henri fait gros, mais il est tout fin héhé. C’est un oaktree reverse elaphe – une couleuvre mâle de 7 ans, il me semble qu’il tourne autour de 1m30-40 en longueur, il faut que je le mesure à nouveau !)

Bon dimanche à tous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

4 × deux =

error: Content is protected !!