Ressourcement en dormant dans l’astral


J’arrivais dans un appartement dont les issues se fermèrent une à une derrière moi. Une voix douce retentit. 

– “Camille, c’est l’heure de dormir maintenant. Tu es fatiguée, il faut te reposer. “
– Non, mais non… je veux continuer !

 Chaque fois que je tentais de me retourner pour changer de chemin, les murs bougeaient. Petit à petit, tout se rétrécissait sur moi comme une cage dont le piège se refermait sur la proie. Le dernier couloir encore accessible donnait sur un grand salon ouvert sur l’extérieur. Juste là, un nouveau monde à porté de mains ! Un immense paysage de campagne ensoleillé qui ne demandait qu’à se faire visiter.

– Oohhh … c’est joli ça ! Je veux aller voir !! 

L’homme se matérialisa à mes côtés. Il fit un geste furtif. Un mur de briques scella l’accès au salon. Mon expression se tortura comme une enfant de 4 ans.

– Non, je veux pas dormir ! Je veux aller voir là-bas !
– “ma chérie, ça suffit. Tu as assez exploré aujourd’hui. Tu es fatiguée. Tu dois dormir maintenant.” 

Retranchée dans 3 mètres carrés face à l’homme, un nuage de gaz noir émana de lui et vola délicatement dans ma direction. Il se glissa sous mes fesses et me souleva tout en douceur dans les airs. Je gémis.

-Mais heuuuu, je veux encore explorer ! Je suis pas fatiguée ! Je peux encore !
-“T-t.”

Une couette pulpeuse se forma dans le nuage et remonta le long des jambes. Oh ça, c’était doux et confortable !… Tellement accueillant… tellement chaud…
Le tout vrilla à 90 degrés et s’aplatit en un lit moltonné. Mon corps se détendit immédiatement. La pression se relâcha d’un coup. Mes yeux se fermèrent tout seuls. C’est vrai que j’étais épuisée… L’homme parut satisfait en me voyant fondre dans le nuage tout en tirant la couette voluptueuse jusqu’au cou.

– Hmm… c’est chaud et si doux…Roh…. paisiiible….. hm….. doux…..bien là…. hm……


Emmitouflée comme un bébé, me voilà happée dans la chaleur paisible d’un lit répondant parfaitement à mes besoins énergétiques. Un courant électrique s’actionna à l’intérieur du nuage, dans ce qui servait de sommier. Cela faisait l’effet d’un orage en pleine tempête. Pour autant, les rayons violets étaient délicats et revigorants.
Chaque éclair naviguait comle des vagues dont la trajectoire aléatoire passait obligatoirement par une connexion physique avec ma peau. Peu importe que cela touche mon pied, mon dos, mon bras, l’onde passait de long en large en travers, sans jamais omettre de me toucher à chaque élan et de me revigorer petite touche par petite touche.
Le nuage noir s’illuminait toutes les secondes par les lumières scintillantes. C’était si joli… si paisible. Le silence profond était martelé de bruits légers, discrets et pourtant bien présents.


Dans l’astral, il existait une multitude de manières de se régénérer énergétiquement. La mienne était gérée directement par mon dragon. Il savait pertinemment que j’étais incapable de prendre soin de moi correctement. Je ne faisais jamais passer mon corps en priorité. Alors lui prenait soin de moi, déjà parce qu’il le voulait, et surtout parce qu’il voulait que je sois en bonne santé. Et soyons honnête, dans l’astral, je n’étais pas vraiment douée pour m’occuper de moi.

Je pouvais explorer et combattre sans aucun égard pour mon état énergétique. La seule chose qui m’arrêtait était la perte de connaissance dans l’astral, ce qui arrivait quand les cuves étaient vides. Modération et Tempérance ne faisaient absolument pas parties de mon vocabulaire. Mon corps se devait d’être une machine fonctionnelle coûte que coûte.

Quant à la couleur du nuage, s’il est noir avec une charge violette, c’est parce qu’il était à l’image des énergies de mon dragon. Certains redoutaient ses flux, moi pas du tout.
S’il y avait bien un endroit où je me sentais le mieux dans les univers, c’était ici, lovée au coeur de ses énergies. Voilà pourquoi je pouvais fermer les yeux en toute sérénité.
Ici, à cet instant, absolument rien ni personne ne pouvait plus m’atteindre. Ici, j’étais en paix. C’était calme, doux, et terriblement moelleux.
Aucune attaque ne m’atteindra ici. Aucune percée énergétique, aucun appel depuis les mondes, aucune mission… Rien. Vu qu’il tenait à se que je puisse me reposer, il allait me garantir un espace tranquille. Enfin le calme et la paix pour quelques heures avant que le réveil ne sonne pour aller travailler… Et pendant ce temps-là, lui gérait tout, absolument tout.



Il était certain que j’avais de la chance d’avoir sa protection et son accompagnement plein et entier. D’autres n’avaient pas la chance d’avoir la dévotion de telles entités.

C’est en fermant les yeux que je réalisais avec amusement que, sans le savoir, dans le monde éveillé, j’avais recréé exactement la même chose dans ma chambre. J’avais une grosse couette bien fluffy, et glissais dessous comme une bébé en ayant cette intime conviction de fondre au coeur d’un nuage. C’était mon moment préféré de la journée… sentir cet instant où toute la couette glisse jusqu’au nez emmitouflée par les énergies noires présente dans la chambre…