La mer de sang

Peu avant de me réveiller et retourner à mon lit, je me trouvais assise dans du sable, face à une mer de sang.
Le rouge vif et pourtant bien profond, bien aqueux de sang frais. C’était une plage vraiment pas comme les autres. Il était évident qu’elle était porteuse de sens, mais lequel ? Cela m’échappait totalement, comme toute une partie de la nuit d’ailleurs.
Un homme debout à mes côtés m’interpella à la volée.

– “Tu es là, tu assistes à une mer de sang, tu regardes ça et tu ne comprends toujours pas hein ? Tu ne percutes vraiment pas, comme les autres scènes auxquelles tu as assistées avant de voir ça. Tu ne sais pas pourquoi tu vis ça. Tu es incapable de faire le lien.”

J’étirai mes yeux dans sa direction puis retournai sur l’horizon, concentrée, pensive. Il reprit, plein de dédain et d’amertume dans sa voix.

-“Lui, c’est ton frère… (il me vit tiquer d’incompréhension et s’offusqua) Tu as un frère, non ? C’est ton frère qui vient pour toi. Il a décidé de t’aider et veut agir pour toi. Oh Toi tu as de la chance d’avoir un frère qui est là pour toi, pour t’aider quand tu as besoin, Hm, n’est-ce pas, hein, tu crois ? La mer de sang n’est que le début, tu ne sauras pas ce qu’il se passe, tu ne comprendras rien et tu vas devoir t’y habituer parce que des scènes comme ça, hmf, ça va durer un bon moment.”

Primo, je ne savais de quel frère il s’agissait : frère de ma famille astral ou frère humain ?….
Compte tenu des visions subies avant la mer de sang, je penchais pour frère humain. Si c’était le cas, j’en avais deux. Sur l’un d’eux, j’avais lancé une guérison d’âme il y a quelques mois de ça, et il y avait plein de manière pour moi de transmuter les souffrances, l’un d’elle étant de les prendre en charge dans mes propres univers… Sur le deuxième, je n’avais plus de très peu de rapport, même dans l’astral.

Deusio, pourquoi ce ton et cette attitude ?… Cela ne me disait rien qui vaille. 2 possibilités me vinrent à l’esprit en moins d’une fraction de seconde.
1. ces souffrances ne m’appartiennent pas. Si tel était le cas, ce serait les siennes en cours de travail que j’aurais accepté de prendre en charge.
2. ces visions sont réellement une manifestation de certaines de mes énergies sombres pour me forcer à les évacuer… option A, cela rentre dans le cadre de ma guérison, pour vraiment m’aider. Option B, c’est mis en valeur pour me faire chier, parce que l’égo de l’un d’eux veut me faire payer un truc.

Sourcils froncés pointés soudainement vers mon guide, j’hésitai entre bondir sur lui et lui péter la gueule pour son attitude hautaine à deux balles, ou grogner pour les explications vaseuses et incomplètes comme à leur habitude.
Avec mes guides de l’Ombre, c’était toujours pareil. La douceur ne faisait tout simplement pas parti de leur vocabulaire. C’était pire avec les entités sombres. Elles étaient où les paillettes, bordel ? …
In fine, je restai de marbre, silencieuse, impassible, et scrutai à nouveau l’horizon, soumise à un quotidien normalisé de ma vie de merde dans l’astral.

Mon quotidien dans l’astral, c’était ça.

Les scènes gore, bizarres, démoniaques, mystiques, sombres ou simplement de guerre ne me choquaient même plus. Les réflexions non plus. Je ne sais pas ce qui me désolait le plus en regardant les belles vagues de sang s’échouer délicatement sur le sable : le fait que mes guides de l’ombre n’expliquaient jamais rien et qu’ils me parlaient toujours avec dédain et froideur en plus de pester dans mes oreilles, ou que je sois habituée à côtoyer des univers de merde et les magies qui allaient de paires…

Le pire, c’est que maintenant, quand j’allais quelque part où il faisait bon vivre dans l’astral, je trouvais ça louche. Mes guides ne connaissaient pas les RTTs, ni mes énergies d’ailleurs. Visiter un monde lumineux sans “raison”, cela n’existait pas dans mon monde.
Même la dernière fois où je suis allée visiter une dimension purement angélique réservée aux régents, j’y ai été convoqué et j’ai en plus dû travailler là-bas parce que la dimension avait des problèmes.
Bordel de merde, y a t-il des mondes où on est vraiment peinards dans l’astral ?
Les mondes beaux, jolis, ou tout était “rose”, cet espèce d’idéal bisounours qu’on lit dans les bouquins, c’est réservé pour qui !?….

Une amie à moi est médium aussi, issue totalement de la Lumière par contre. Parfois, il m’arrive d’être envieuse. Pas d’elle ou de ses capacités magnifiques, mais de l’attitude de ses guides à son égard. J’essaie de ne pas m’attarder dessus, mais parfois, des pensées me traversent dans ces moments si particuliers où je dois encaisser tout un tas de dureté gratuite.
Je travaillais toujours très dur dans ses mondes-là, mais pourquoi était-ce jamais bien ou suffisant ?…
Certains de nos guides étaient les mêmes, et pourtant, l’approche était fondamentalement différente. C’était à la fois énervant, fascinant et déconcertant de constater autant de différences de traitement. Pour autant, je ne me sentais pas du tout lésée par mes propres guides, je me savais entourée.
Quelque chose m’échappait, c’était certain. Peut-être un jour j’aurais un semblant d’explication à ce sujet….


La rigueur et l’excellence de l’ombre était un véritable rouleau compresseur à suivre. Le sombre ne prenait jamais de pincette pour te renvoyer dans la face ce qu’ils avaient à dire. Ils ne cachaient pas leur mépris pour l’ignorance, l’ingérence, l’incompétence. Par contre, ils avaient un véritable don, celui de t’envoyer des piques quand ils avaient envie ou qu’ils le jugeaient nécessaire. Après ils se demandaient pourquoi je râlais souvent dans l’astral… Les chats ne faisaient pas des chiens…

Au réveil, impossible de ne pas râler.

– C’est sûr que si vous m’expliquez pas, je ne risque pas de comprendre… comme d’habitude avec vous. 1 pas en avant, et 3 en arrière. Après on se plaint que l’humanité n’évolue pas… Bravo ! Merveilleux ! Good job !

Seule dans la chambre encore sous la couette, j’applaudis deux-trois fois en regardant le plafond, comme eux finalement, avec dédain.


Plus tard dans la journée, alors que j’écris cet article et râle en buvant mon café, et en pestant à tout va en écoutant de la dark techno à fond, le nom du guide coupable de mes humeurs pourries se manifesta.

– Roéchel, ah c’est toi !! Tu es là, je te sens jamais, c’est toi hein, au réveil, c’était toi ! C’est ta faute ! Comment tu me parles, c’est chiant ! Tu viens jamais sauf pour me dire des trucs désagréables !

– “Continue de râler si cela te chante. Je n’ai que faire de tes humeurs larmoyantes. Tu te fatigueras toute seule. Quand tu en auras marre, tu t’arrêteras toute seule, comme à chaque fois.” dit l’ange sombre.

– … -_- …

– “Nous reparlerons quand tu seras calme, si tu te calmes. Demain peut-être, selon ton état.”


– Hm. Oh ! Je sens Sammael aussi !… Lui, il me sourit ! Je le vois ! Toi Roéchel, non, t’es le vilain dans l’histoire ! T’es pas gentil !…

– “Tu savais Camille, que tout le monde te remercie quand tu portes assistance ?” me dit tendrement Sammael. “Tout le monde est content. Tu ne le vois pas, ah ça non, la plupart du temps, tu es déjà repartie plus vite que ton ombre. Tu n’aimes pas trainer, la plupart du temps, tu es seule sur place parce que tu l’as voulu ainsi, c’est toi qui décolles seule et piques sur l’horizon. Les autres, tu dois les attendre, mais veux-tu toujours attendre ? Certains te nomment à la tête de la dimension assistée, mais toi, tu t’en fiches, littéralement, tu es nommée Régente, mais tu es déjà repartie. Des remerciements tu dis vouloir ? Mais tu n’aimes pas les “courbettes”, tu n’aimes pas le “blabla”, toi tu veux l’action, rentrer, partir, revenir, aller où tu veux, comme tu l’auras décidé. Tu n’aimes pas les contraintes. Tu veux être libre, et te sentir libre. Tu n’aimes pas attendre, et tu n’aimes pas écouter.”


– Tu me grondes toi aussi ?… (moue de bébé) A nouveau, je vis le visage d’un homme à peine formé me sourire chaleureusement.

– “J’aime ce que tu proposes, Roéchel aussi. Il n’est pas le vilain dans ton histoire, mais acceptes-tu seulement d’être aidée ? ça c’est une autre histoire.”

– … hm. Je veux bien être aidée.

– “Tu te sens mieux, n’est-ce pas ?”

– Oui, je crois que les énergies de Roéchel m’ont apaisée bizarrement… Verbalement, il est piquant, mais… hm… C’est bizarre Sammael, je ne sais pas expliquer, il… euh… c’est juste plus calme, là, je me sens bien. Je ne boude plus. C’est plus… euh…. neutre.

– “Tout va bien alors ce soir. Neutre, c’est bien. Neutre, c’est calme, neutre te permet de réfléchir sereinement.”

– Oui, merci Sammael. Je parlerai à Roéchel demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

seize − 2 =

error: Content is protected !!