L’affection douce

Dans une dimension intermédiaire, un homme vint à ma rencontre. Il n’y avait pas lieu d’être sur mes gardes car je savais qui c’était. Il s’approcha lentement, puis quand il vit que je ne m’écartais pas, il passa ses bras autour de moi dans un mouvement lent, il ne savait pas si j’allais accepter ou non la proximité. Il fit une pause, puis rapprocha son visage face au mien.

– Je ne veux pas… C’est mal… je ne peux pas, grognai-je intérieurement. Je ne l’aime pas… Je veux pas… Pitié arrête-toi, arrête-toi, priais-je au fond de moi. Je dois arrêter ça sans le blesser.

Un voix intervint directement dans ma tête. Le canal télépathique s’ouvrit.

– Il est doux avec toi, dit une voix masculine.
– Je ne veux pas d’un homme doux. Je veux Chouchou. Je ne veux pas que ça aille plus loin… Je veux pas qu’il me touche.

Il vint poser délicatement ses lèvres sur les miennes, comme un effleurement léger. Et doux. Putain, mon guide avait raison… Arrête… Arrête… Il n’arrêta pas. sa langue caressa la mienne à demi, et quand il comprit que je craquai à moitié, il continua.

On échangea un baiser effleuré, une caresse légère, douce. Cela ressemblait à un premier baiser innocent, craintif, et qui restait presque en surface. Je n’avais pas eu de baisers comme ça depuis mes premières fois. Et puis, c’était quand la dernière fois que j’avais embrassé comme ça dans l’astral ?… Ce n’était pas moi, ça… Les énergies avec lesquelles il souhait m’atteindre…, je ne voulais pas ce type d’embrasse. Tout était trop léger, trop calme, trop patient, presque trop doux… J’étais habituée à la passion, à des échanges tumultueux, chauds, et envoûtants, une explosion énergétique et intense. J’en étais à 10 000 lieux. Il n’était pas Lui. Il ne le sera jamais.

Je rouvris les yeux dans mon lit, en colère.

– Tout ça à cause de ma solitude… Ca n’aurait jamais dû arriver !… Faut que ça s’arrête !

Ronchonne, la nuit qui suivit ne m’aida guère à gérer. Mon guide non plus. L’homme réapparut, tandis que je m’amusais les pieds dans l’eau. Candide, il me rejoignit, en s’approchant pas à pas, cherchant à sentir si pénétrer mon cercle intime était possible. Il me vit le regarder, le sonder, puis retourner à ce qui m’amusait le plus, patauger dans l’eau.

– C’est un homme doux, dit la même voix qu’hier en télépathie. Il t’approche avec respect et toujours beaucoup de douceur dans ses gestes. As-tu remarqué ? C’est sa manière de te faire comprendre qu’il aime ta personne, il apprécie qui tu es et n’a que de la douceur pour toi.
– Fais chier. putain, Je ne veux pas…, grognai-je par télépathie.

Il prit mon absence d’intérêt comme un signe d’acceptation. Sur un geste lent, il posa ses bras autour de moi, en laissant libre un espace vital. Là encore, il attendait de sentir si oui ou non, me toucher était envisageable pour moi. Je ne trouvais pas la force de le rejeter. Je n’étais qu’une lâche. En plus, je percevais sa douceur. Sa foutue douceur, encore. Sa tête passa par dessus mon oreille, ma mâchoire se crispa. Ce moment ne pouvait mener à rien. Je ne l’aimais pas. Me toucher était déjà trop. Il fallait que ça s’arrête, rien ne devait aller plus loin, et faut surtout pas que ça dérape…

– Vous l’avez fait déjà 1 fois dans l’astral, rétorqua la voix un poil amusé, mais tu ne t’en rappelles pas.
– Merdeuuuh… ! n a couché ensemble dans l’astral ?!… Putain-de-merde… Eh ben je veux surtout pas m’en rappeler ! Ca va pas, Ca va pas ! C’était une erreur ! .. Ca n’aurait jamais dû arriver… Je ne veux que Chouchou… Je ne veux pas que…

L’homme me vit soupirer, je posai ma main sur son bras et me retournai pour me retrouver face à lui. J’allais devoir lui dire d’arrêter tout cela. Malheur. Sa bouche était maintenant à quelques centimètres de la mienne.

– Putain, je suis faible, murmurai-je en télépathie en collant mes lèvres aux siennes. Je ne devrais pas… C’est mal…

Des images remontèrent depuis les tréfonds de ma mémoire, des extraits de la fois où nous avions couché ensemble dans l’astral. Je sentais la douceur avec laquelle il caressait mon sein, la même douceur avec laquelle il effleurait sa bouche contre le long de ma peau. C’était en effet, un homme doux. Je comprenais pourquoi j’avais accepté l’échange. Parce que sa puissance était dans la douceur. Et c’était perceptible, et reconnaissable. Mais je savais aussi que je ne pouvais pas devenir cette femme qu’il tenait délicatement dans ses bras. Cette femme n’était pas moi. Cela me faisait du bien d’être cajolée, mais c’était plus ma fragilité qui se laissait faire. Ma force, elle, ne se reconnaissait pas dedans. J’avais honte de ces images, de ces ressentis, ce moment n’aurait jamais dû se passer.

– Qui le saura si tu acceptes ? dit la voix de mon guide, Tu as le droit de te laisser aller. C’est lui qui vient à toi, je te rappelle, non l’inverse. Rien ne t’empêche d’accepter recevoir ce qu’il souhaite te partager. Personne ne t’en voudra, et certainement pas Lui, conclut-il en parlant de ma Flamme Jumelle, absente.
– Lui non, moi oui ! Moi je le saurai, moi je m’en souviendrai en me réveillant !… Fais chier...

Mon expression se tortura tandis que l’essence de sa douceur m’atteignit, encore. Je succombai, lâchement, à un baiser qui me rongeait de l’intérieur.

En rouvrant les yeux dans mon lit, la culpabilité et la honte me hantèrent. La colère aussi. J’étais en colère contre moi-même. Je me sentais mal, et sale. Une chose était certaine, j’allais devoir faire intervenir mes Serviteurs. Tout devait prendre fin, et vite.

2 Comments

  1. Charline

    Bonjour Camille,
    J’ai rencontré mon Autre dans l’incarnation. Je m’étais trompée de lien avec une autre personne, mais ce n’est pas grave, tout est logique dans mon cheminement.
    C’est par la douceur, la tendresse qu’il exprime son amour. On s’est très bien entendus de suite. Quand je suis avec lui, je me sens plus forte, en sécurité, je me sens tout simplement super bien. Et cette tendresse me permet de réguler mon hypersensibilité et ma force intérieure, ou ma puissance, en même temps. Je ne sais pas comment l’expliquer. Je comprends mieux ce que tu disais quand tu m’écrivais que nous n’avions ni le même vécu, ni les mêmes énergies.
    Moi, ces temps-ci je suis malade, je me sens faible. Physiquement et psychiquement. J’ai énormément besoin de repos mais ça ira.

    Merci pour ce bel article, il me rappelle de beaux souvenirs.
    J’espère que ça s’est arrangé avec tes guides et que tu as pu retrouver ton Autre.

    Je te souhaite une belle journée et une belle semaine.

    Bises.

    1. Spiritual Flower

      Bonsoir Charline,
      Je te souhaite de vivre plein de moments de bonheur,
      Ce qui compte n’est pas de se tromper ou non, c’est de faire ce que l’on croit juste pour soi.
      Prends soin de toi,
      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 18 =