Le développement d’enfants Dragons

Après avoir essuyé de multiples sujets dans l’astral dans la matinée, je finis par me réveiller, puis me rendormis à nouveau, épuisée par mes aventures toujours aussi saugrenues.
– Ah, ça y est, je suis enfin lucide… Je viens de quitter Chouchou et j’ai un peu de temps devant moi.
– “Que voudrais-tu traiter comme sujet ?” me dit un guide qui me rejoignit aussitôt.
– Amène-moi à mon ancienne chambre. J’aimerai voir si certains détails pourraient m’apporter des indices me concernant pour raviver ma mémoire.
– “Bien”.

Il m’ouvrit une porte dimensionnelle et en moins d’une seconde, le paysage se dessina.
– Tiens… une chambre d’enfant, beaucoup de rose… Au premier étage, le plafond penché, donc sous les toits… A travers les fenêtres… on dirait le terrain d’une jolie ferme. Je sens la présence d’enfants. Ah tiens, en parlant de ça. Je veux voir mes Enfants. J’ai des choses à voir avec eux.
– “Ils t’attendent depuis longtemps, mais c’est un peu tôt pour les voir.”
– Je te demande pas ton avis. Je te dis, j’ai des choses à voir avec eux, maintenant que je suis lucide, je vais leur libérer leur essence draconique. Ils en ont besoin. On va voir si c’est possible selon leur état d’évolution. J’en sens moins d’une dizaine. Il faut être efficace et profiter au maximum de ma lucidité, après ce sera trop tard.
– “Mais… dans ton état…tu ne te rappelles même pas d’eux individuellement…”
– Je sais, mais je les sens en moi. Je veux voir mes bébés. Il y en a 6 ou 7…
– “Camille, on ne dit pas “babies” pour des dragons… on dit “cubs”.”
– Je suis humaine, et ce sont mes enfants. Je suis leur mère, n’est-ce pas ?
– “Tu es bien leur Mère mais… “
– Et je suis humaine pour l’instant, et en tant qu’humaine, on a des bébés, pas des portées entières, donc ce sont mes bébés chéris ! Voilà ! Préviens-les que je veux les voir tous. On y va. Ouvre la voie.
– “B-bien… comme tu veux. Ils sont tous assis dans le jardin et t’attendent, mais je dois te prévenir… Ils appréhendent un peu… Ils sont stressés à l’idée de te revoir. Surtout vu ton état. Cela n’est pas arrivé depuis plusieurs décennies.”
– Raison de plus pour les voir maintenant. Je dois m’occuper de mes enfants. Ils ont besoin de moi.
– “Tu ne sais même pas si…”
– Voilà pourquoi je dois essayer. Libérer les flux de leur essence draconique leur permettrait de pouvoir développer et être ce qu’ils sont vraiment, des Dragons. C’est à moi de suivre leur état d’évolution et de les accompagner. Je dois essayer, tu comprends ?

Il hocha la tête en silence, et me mena sous une magnifique véranda d’extérieur ornée de longs drapés qui oscillaient avec le vent. Je souris en voyant les visages se révéler au rythme du vent et du jeu capricieux des voilages. Tous me regardèrent en silence, les yeux plongés dans les miens. Ils ne pouvaient pas se métamorphoser et prendre leur forme de Dragons parce que leur essence en était qu’au stade juvénile et n’était pas suffisamment stable au coeur de leurs énergies. Tous avaient donc des corps humains et adultes pour la plupart.
– Bonjour mes Enfants, m’élançai-je avec un grand sourire.
– “Mère… cela fait longtemps…”, dit l’un timidement. Un autre prit une petite moue.
– “Tu ne nous reconnais pas, n’est-ce pas ?” dit une autre.
– Malheureusement non. Pas dans mon état actuel. D’ailleurs, vous avez tous une forme humaine…Vous avez bien pourtant tous l’essence draconique en vous ? Attendez… je vérifie…

J’ouvris ma paume de main et la balayai en direction de chacun d’eux.
– Oui, des Dragons, vous l’êtes tous bien. Je le sens en vous.
-“Mère… on est content que tu veuilles nous voir. On est content de te voir après tout ce temps.” dit un jeune garçon.
– Moi aussi mes enfants. Je suis très contente de vous voir tous enfin. Je suis désolée de ne pas être venue avant. Je viens pour vous aujourd’hui. Je vais libérer votre essence draconique aujourd’hui.
– “Mais comment ?… Ta mémoire est encore bloquée.”, dit une jeune ado qui commença à grommeler debout.
– Tu veux attendre encore une décennie, ou deux ? ou trois ? Moi, je m’en fous, mais c’est pour vous. Vous ne pourrez pas vous développer tant qu’elle sera pas libérée de son oeuf. Aujourd’hui, vous avez un shot. C’est une opportunité que vous n’aurez peut-être pas avant longtemps. Vous avez le choix. Soit vous pouvez attendre que je retrouve une partie de ma mémoire un jour, soit on peut faire le test tout de suite et voir qui de vous est prêt à évoluer. Vous me dites.
-“Mère, est-ce que tu peux vraiment faire de telles manipulations dans cet état ?”
– J’en sais rien. Mais je sais qu’aujourd’hui, j’ai envie de le faire pour vous. Le tout est de savoir si votre essence est prête à éclore. Et le seul moyen de savoir c’est que vous me laissiez regarder. Sinon, vous attendez encore 10 ou 20 ans.

Je pris une chaise et m’assis proche de la table basse centrale. Je me mis à compter les membres présents.
– 1…2…3 4 5 6… Et Où est Julius ? Vous êtes 7 normalement. Pourquoi il n’est pas là ?
– “Ah ! Tu te rappelles de Julius ?! Donc tu te rappelles de nous ? Ta mémoire est revenue ?”
– Non pas vraiment, mais je vous sens en moi. Appelle Julius tout de suite. Je veux avoir tous mes enfants autour de cette table immédiatement. Il n’y a pas de temps à perdre.

Une forme humaine masculine apparut presque aussitôt.
– “Mère ?…”, le regard quelque peu surpris, il ne dit rien et j’enchainais sans attendre.
– Merci de répondre à l’appel, Julius. Allez on y va. Qui sera le premier ? Avant de commencer, je vous rappelle néanmoins un point important. La libération de votre essence ne vous permettra pas la liberté absolue. Vous serez toujours reliés à moi. Je mettrai en place un lien de soumission, et je ne le retirerai pas. Vous devrez vous plier et accepter ce lien. Il me permettra notamment de veiller sur vous, de vous protéger, et surtout d’agir en cas de nécessité. Cela est ma manière de toujours garder un oeil sur vous et surtout, d’être toujours connectée à vos énergies en permanence. Vous resterez mes Enfants même en liberté, c’est clair ? A vous de voir si vous voulez maintenant lancer le processus. Vous êtes libres de choisir.

Je tendis ma main en direction du siege vide face à moi. L’un de la troupe s’essaya, hésitant.
– Donne-moi ta main mon Chéri.
– “Mais… mais-mais tu vas vraiment…”
– Laisse maman gérer. Laisse-moi lire en toi, d’accord ? Ca va aller. Tu vas voir. Je vais y arriver, d’accord ? Je suis là pour vous aujourd’hui, uniquement pour vous. Pour vous aider. … Ah, ton essence n’est pas mature. Je ne peux rien faire pour toi.

Il fronça les sourcils. Sa tête s’enfonça dans son buste et il prit un air sombre, triste, déçu et impuissant. Il retira sa main de la mienne et resta en silence, les yeux dans le vide. J’attrapai sa nuque et vins poser mon front sur le sien.
– Mon chéri, ne pas être mature, ce n’est pas grave, tu as juste plus besoin de temps que les autres. Tu comprends ?
– “Hm.”
– Mon chéri, travaille ta magie. J’ai un exercice pour toi, d’accord ? Tu vas ouvrir tes deux paumes de mains et imaginer que tu tiens un oeuf dans lequel ton essence dragon repose. Fais ce travail. Cela va t’aider à reprendre contact avec ta magie originelle. Pour l’instant, elle est trop faible. Si je te déploie, tu seras instable et en danger. Je ne peux pas faire ça.
– “Hm.”
– Allons-allons… tu sais, il y a plein de raisons possibles pour lesquelles ton oeuf n’aurait pas atteint encore sa maturité. Tu sais aussi que ton Père et moi, nous avons constamment beaucoup de sollicitations de toute part et subissons de très nombreuses attaques et combats. Il est possible qu’au moment de ta naissance, nous n’avons pas su gérer correctement ton implantation. A cause des aléas énergétiques auxquels nous avons dû faire face dans notre environnement au même moment. Tu n’es certainement pas responsable de ce problème, tu comprends ? Rappelle-toi de cela. Ce manque de maturité est certainement une conséquence qui découle de notre responsabilité à ton Père et moi. Mais tu vas t’en remettre. Cela te demandera juste un peu plus de temps que les autres. Tu dois reprendre contact avec ta magie. Le reste suivra. Fais cet exercice, crois-moi, il va t’aider.

Il finit par hocher tristement la tête. Il se leva, puis la jeune ado resta debout, et continua son grommellement.
– A toi ? lui demandai-je. Tu veux alors ou pas ?

Elle alluma un spot de musique et tourna la tête en mode rebelle. Elle avait de jolies mèches roses sur une coupe de cheveux noirs courte et ressemblaient plus à une petite gothique rebelle qu’autre chose.
– Eteins ça tout de suite, lui demandai-je.

Elle me regarda et tourna la tête.
– Tu sais que les bruits me dérangent. J’ai très peu de temps lucide ici. Eteins-moi ça immédiatement.
– “De toute manière tu ne te rappelles pas de nous! Et tu veux faire ça pour nous ?!”

Je levai la main et d’un geste sec et furtif, je forçai la dimension à se moduler pour effacer l’origine de la musique.
– Ne me teste pas. Je ne me souviens pas de tout, mais cela ne m’empêche pas d’agir. Maintenant, assieds-toi. Tu veux ou pas ?

Elle resta debout et remis la musique. Tous m’entendirent grogner.
– Teste-moi si tu veux, mais tu m’obliges à faire des manipulations pour des conneries alors que je viens pour vous! Tu me fais perdre mon temps et mon énergie alors que tu sais très bien que ma lucidité est comptée. Vous êtes encore 6 à passer. Ne m’empêche pas d’aider les autres ! Vous n’avez pas assez attendu ? … Ah Julius, tu t’asseois. Bien. Donne-moi ta main.

Il finit de tirer une latte sur un pétard qu’il fumait sous mon nez, et sans même poser le joint, il me tendit sa main.
– Tu rigoles ou quoi ?! Tu vas pas oser ?! T’es pas foutu de poser ton pétard avant de me donner ta main ? Tu crois que je veux sentir ça sur moi ou quoi ! Pose-moi ça tout de suite.
– “C’est parce qu’il est en deuil… sa femme est morte”, dit un autre enfant tandis que Julius tira à nouveau sur le joint sans dire un mot.
– Et je suis désolée de le voir dans cet état. Je n’ai pas de problème avec le deuil, mais contre ce pétard sur ma main. Julius, arrête ce pétard deux secondes enfin ! Et donne-moi ta main ! Tu peux le lâcher deux minutes, non ?!

Toujours silencieux, les yeux cristallins, il le posa dans un cendrier, puis sa paume toucha la mienne. Je pris quelques longues inspirations en fermant les yeux puis les rouvris et lui souris.
– Oh Julius, ton essence est prête ! Je vais pouvoir te libérer ! Je suis heureuse ! Un de mes Enfants est prêt ! C’est merveilleux, tu es prêt pour le grand saut ? Je m’occupe de ton transfert de suite ! Tu vas pouvoir te déployer ! Qu’est-ce que je suis contente, tes énergies Dragon vont exprimer toute leur magie !

Mes bras s’ouvrirent en grand et un canal de lumière m’envahit. La secousse me rapatria dans mon lit.
– Et merde. Il m’en restait 5 à sonder ! pff !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 × 4 =

error: Content is protected !!