Le silence des agneaux

d4c7e7dc9e2a022690f2d0aacb245fc0

 

Je retrouvai ma lucidité au milieu d’un appartement glauque, celui de ma mère dans une dimension très différente de celle actuellement.

Mon guide me parlait par télépathie ce qui m’agaçait. Parce que plutôt que de couiner dans mes oreilles alors que j’étais à cran avec ma sortie d’avant, il ferait mieux de venir directement en face de moi que je me ressource un coup en le pompant un peu. Ca aurait été plus productif à mon goût.

Il me disait que c’était gentil de rester proche de ma mère pour prendre soin d’elle, que dans cette vie, j’avais fait le choix d’être là pour elle et il trouvait ça noble de ma part de m’occuper d’elle. Pourquoi parler de ma mère alors que j’ai mes sujets à traiter ? Mon guide m’agaçait de plus en plus. Le lieu était petit et je commençais à m’impatienter en plus d’avoir visité toutes les pièces.

Du coup, plutôt que de rester dans cette ambiance déjà assez sombre du lieu en lui-même, j’optai pour aller dehors et visiter la dimension.

En claquant la porte à plein gaz, je devais faire vite, les aller-retours de conscience n’arrêtaient pas depuis ce matin. J’étais fatiguée, à bout de ressources énergétiques et psychiquement, mes humeurs commençaient à être à bout.

Je ne devais pas trainer et chercher à comprendre dans quelle merde j’avais atterri ce coup-ci et ce qu’on cherchait à me faire comprendre.

Dehors, le ciel bleu n’existait pas dans ce monde. A la place, c’était une zone vivant en permanence sous une ciel gris sombre, en plus de la pluie qui tombait et des maigres reflets de la lumière du jour pointant à l’horizon qui naviguaient sur les hauts bâtiments vitrés.

– Et merde, râlai-je en constant ce monde glauque, putain… y sont où les mondes bisounours des bouquins, hein  ?… Pourquoi les autres visitent des mondes de oui-oui et moi je tombe sur ça ? Sur cette merde là ?!  Moi c’est les mondes merdiques… toujours… Ca m’énerve, putain !! Je suis fatiguée et j’en ai marre !! et il est où mon dragon, hein ?!!!

Pas un chat dans la rue, tout semblait désert. Je détestais l’ambiance sombre et grisâtre. Quel monde de merde.

Je scrutai les horizons pour détecter un signe, n’importe quoi, quelque chose de pas normal ou en décalage. Et faire attention. Je devais faire attention et tenter de risquer discrète en plus de faire vite. Je ne savais pas pourquoi mais quelque chose était bizarre ici. Le fait de voir une ville désertée de ses habitants me faisait froncer les sourcils. Soit ils étaient inexistants, soit ils restaient cachés, et pour une bonne raison. Un objet bougea en haut des toits, ni une ni deux, je fis un bond et m’élança.

– Allez ma poule, question de foi ! m’écriai-je, je ne suis pas dans mon monde, bien sûr que je peux voler ici, allez, j’espère que j’aurai assez d’énergie pour au moins arriver là-haut !

Je fis un premier bond mais rien ne s’avéra fructueux sur le toit. Tout était vide. Tout ici était trop vide. Trop silencieux, trop gris. Trop calme. Un silence de mort. Comme si même les insectes s’étaient tût.

Pourquoi personne ne s’aventure dans les rues ? Un petit bond me ramena aussitôt en bas.

A la seconde où je relevai les yeux, un démon m’arriva de plein fouet à contre jour, surgissant de nulle part. Le bas de son corps incarné en loup-garou et le haut en démon, dents bien saillantes, yeux plongeant dans les miens.

– Oops, vue, fis-je comme une gamine prise la main dans le sac en flagrant délit.

La bête ne me laissa pas le temps d’invoquer une arme.  Il était à moins de trois mètres de moi et d’un bond, s’avança la gueule ouverte.

– “Grrr !”

Etre bien entourée dans l’astral avait des avantages, mais j’étais aussi un phare dans certains mondes, un phare où n’importe qui pouvait me trouver facilement.

Il atteignit mon périmètre de sécurité sans me laisser le temps de pester contre mon dragon ou Astaroth qui n’était jamais là quand j’avais besoin. Et pourquoi me retrouvai-je toute seule en pleine attaque ?! Où étaient passé les autres ? Si je ne me défends pas, il va se passer quoi ?…

Combattre maintenant était pourtant la dernière chose que je voulais faire. J’étais exténuée par mon manque de ressources à cause de ma précédente sortie astrale dans laquelle j’avais fini évanouie, à peine quelques minutes avant d’arriver dans ce monde. Et je n’avais eu aucune pompe entre les deux, alors combattre maintenant ne m’arrangeait absolument pas. En moins d’un battement de cils, j’optai pour le mode survival.

Je m’accroupis en croisant les bras devant ma tête, puis avec un lâché de force express, contra son attaque en ouvrant mes bras d’où jaillirent des flux énergétiques.

– Disparais !! hurlai-je à la bête.

Je priai simplement pour que le lâché soit suffisant, mais compte tenu de mes pauvres réserves, je doutais fortement de la puissance d’impact.

Sous l’onde de choc, je fus propulsée vers l’arrière, ma vision devient toute éclairée et pouf. Je fus aussitôt rapatriée dans mon lit, sans passer par la case repos. ou guide. ou bisou. ou pompe.

Je soupirai. J’avais voulu dormir beaucoup pour me reposer, et au final, cette nuit, je n’avais pas arrêté d’enchainer, encore et encore, des sorties qui me demandaient toutes, les unes que les autres, de plus en plus de ressources que je ne savais de moins en moins où trouver.

Mais quelque chose m’intriguait. Cela faisait au moins trois semaines que je psychotais sur le fait d’évacuer mes métaux lourds avec des cures comme le charbon, et là, comme par hasard, je faisais une sortie astrale qui impliquaient cette même thématique, mise en situation certes, mais tout de même. La coïncidence ne me laissait pas de marbre. Même si j’avais souffert la misère pour être nettoyée, peut-être était-ce l’expression de ce que je ressentais sans trop savoir comment gérer toute seule dans mon quotidien terrestre.

Il n’empêche que je m’étais levée très fatiguée, et ce, malgré le temps que je prenais pour me reposer. Cela ne servait à rien. Mes nuits devenaient extrêmement condensées ces derniers jours. Même faire les courses plus tard, me parut être une mission insurmontable.

Je commence sérieusement à faire de la résistance. L’astral me fatigue vraiment ces derniers temps. Vraiment. Et je ne dis pas ça pour faire ma chochotte. Je suis même en train de chercher une stratégie pour faire la grève et foutre tout le monde à la porte. Ils sont forts à ce petit jeu, mais je crois que j’ai trouvé un point intéressant à exploiter que je n’avais encore jamais testé. Un peu kamikaze astralement parlant, mais j’admets que parfois, aux grands risques, les grands moyens.

Il ne faut pas croire. J’aime mes guides, j’aime énormément ceux que j’accepte dans mon cercle et avec lesquels je travaille constamment. Mais parfois, je crois qu’ils oublient que je suis humaine. Ils me fatiguent avec leur monde de merde, leur entité de merde, et chouchou qui fait son inaccessible.

Non, en fait, c’est surtout ça le problème. C’est la faute de chouchou. J’ai pas mon quota… Tout est de sa faute…

A vrai dire, je me fiche littéralement d’épuiser mes ressources, d’avoir à combattre les mondes merdiques, ou les démons qui me pètent à la gueule, mais il y a un truc qui m’est insupportable, c’est qu’on me prive de ma ressource Peau-Douce. C’est ma carotte. C’est ma recharge batterie. Déjà que j’ai du mal à obtenir mon quota de femme-furie, alors en plus si on m’épuise à mort sans pompe, rien ne va plus. Voilà.

Je sais pas ce qu’ils ont à jouer avec ma gestion de réserves en ce moment, mais ça m’agace de manière fulminante. Et je soupçonne mes guides me vouloir me pousser à bout pour m’obliger à revoir ma gestion énergétique. Seulement ça ne fonctionne pas. Je n’arrive pas à accéder à d’autres canaux de recharge qui soient ne serait-ce que 10% aussi efficace qu’avec Chouchou. Je ne sais plus quoi faire. je ne comprends pas comment récupérer un branchement efficace de ressources énergétiques, soit autant une galère. Surtout lorsque derrière, on me pousse à faire des grosses manipulations énergétiques. Je ne peux même pas économiser quoi que ce soit…

*Tap… tap… tap… tap…* (joue avec le labello sur le bureau, pensive)

Hum… Faut que j’aille voir les Anciens.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + 12 =