Moments d'accompagnements

 

Royo-Wallpaper-fantasy-art-13944082-1279-960

 

J’ai l’impression que cela fait longtemps que je n’ai pas écrit.

Déjà, cette période de fêtes fut assez fatiguante, j’ai pas mal aidé ma mère avec tous les préparatifs pour recevoir toute notre famille reveillonner.

Et puis j’ai pas mal discuté avec elle sur ma particularité de médium. Ca été une discussion assez éprouvante pour moi, parce que j’avais le sentiment qu’elle me demandait des preuves. Elle ne voulait pas que je lui explique ce qu’est la médiumnité mais voulait que je lui dise son avenir vis à vis d’un sujet qui lui tient à cœur. Elle ne croyait pas en mes capacités sur tout un tas de domaines mais si j’avais répondu à sa question concernant l’avenir, en fonction de mes dires, elle aurait pu étudier le reste, si ma réponse lui plaisait. Mais comme j’ai refusé de répondre, du coup, elle pense que ma médiumnité n’est pas réelle et que je peux mal interpréter tout ce que je vis.

Seulement voilà, dire l’avenir à quelqu’un n’aide pas forcément. Au contraire, ça peut le briser. Certaines réalités sont dures à entendre, à accepter. Et voir l’avenir est un mauvais terme trop souvent détourné de son contexte. Ce n’est pas l’avenir que l’on peut voir, c’est l’évolution de l’énergie et sa position dans la structure du temps. Mais la personne en fonction pourra légèrement dévier de celle-ci, même si les grands plans sont déjà plus ou moins structurés par la décision de l’âme avant de s’incarner.

Je sentais que j’avais à me prouver face à ma mère. Pourquoi lui mentirais-je ? Je voulais juste qu’elle croit en moi, en ma sincérité. Je n’ai pas de raisons de mentir, d’autant plus sur un tel sujet. Je me voyais comme une enfant qui racontait sa vie telle qu’elle la vivait mais qu’on ne croyait pas.

Tout d’un coup, je voyais la médiumnité comme un combat, une lutte, avec toujours des preuves et des preuves à donner aux autres. « Prouves moi et je te croirais. » Voilà ce qui résonnait en moi. Alors, j’ai rien dit. Je lui ai seulement expliqué pourquoi parfois, certains médiums voient des choses mais ne peuvent rien dire. Ma mère ne comprenait pas ça, pourquoi si l’autre voyait, il ne disait rien.

Le cœur dit ce qu’il ressent qui est juste à l’instant. Bref, cette discussion m’avait beaucoup dérangée. Finalement, je me disais qu’avec ma famille, je ne dirai pas certaines choses. J’ai senti que j’aurai besoin de me protéger de certains d’entre eux.

Je me suis couchée en colère à me demander si je n’allais pas arrêter la médiumnité vu le déchirement que ça créé dans une famille. A ce moment là, je voulais que mes guides répondent à ma maman, qu’ils lui parlent, qu’ils lui prouvent, qu’ils lui disent ce qu’elle voulait entendre. J’étais en colère contre eux, et contre moi-même pour être tellement dans le mental que je ne pouvais pas me connecter à son âme. J’aurai pu essayer si elle m’avait laissé la porte ouverte, si elle m’avait prise au sérieux. Je lui aurai fait un scan avec une lecture pour voir ce qu’elle était prête à entendre. Mais elle ne m’a pas laissé le temps, j’ai à peine bloqué mon regard dans le vide en me recentrant qu’elle me dit « Bah qu’est-ce que tu fais ? Tu ne réponds pas ? C’est que tu ne sais pas ! » Et ca m’a fait mal. Parce que je me sentais tout d’un coup nulle de ne pas arriver à me centrer en un dixième de seconde.

J’étais très en colère pour beaucoup de choses, mais je ne pouvais rien dire. J’avais l’impression d’avoir perdue une chance d’être acceptée comme je suis et par la même occasion de ne pas avoir pu l’aider dans son questionnement.

Je me suis couchée en me demandant à quoi ça servait d’être médium et d’aider les gens qui ne veulent savoir que ce qu’ils veulent comme ils veulent. J’avais tout d’un coup envie de faire un gros caprice à mes guides.

J’étais malade, j’avais pris froid, alors j’étais en plus, physiquement pas bien, bref, tout cela me fatiguait.

La nuit, je rêvais que j’étais malade allongée sur un lit toute gronchon et pas bien. Je vois ma grand-mère et mon grand-père arriver. Ma grand-mère (décédée) s’installe sur une chaise à côté de moi, toute proche, et mon grand-père lui, sur le lit à côté de mes jambes.

– Comment vas-tu ma petite choute ? Qu’elle me dit.

– Ca va pas, en plus je suis pas bien, je suis malade.

Je commence à pleurer. Et là, elle se lève, sèchent mes larmes avec ses doigts, se rassoit et me conte une histoire. Mon grand-père reste là, sans dire, mais attentif à ce qu’il se passe même en regardant les yeux un peu dans le vide. Je ne me souviens plus ce que son histoire racontait, mais elle me touchait particulièrement.

 

Ce moment fut très émouvant pour moi. J’ai été très émue au réveil. C’est rare quand ma grand-mère vient me voir. C’est quand elle a un message, une raison très précise. Et puis là, avec mon grand-père (lui encore vivant)… tous les deux, ils étaient venus à mes côtés pour me consoler. J’affectionne beaucoup mes grand-parents, mais de les voir là pour moi, ça m’a énormément touché. J’avais l’impression que le pilier de ma famille m’accompagnait même si je venais de croire que ma famille me croirait peut être folle de croire que je suis médium. Du coup, au réveil, je me sentais entourée et guidée par ma propre famille.

Ma grand-mère me manque. Et là, je pleure en me disant que je suis fière d’avoir une telle ouverture parce que malgré tout, je peux la retrouver. Je pleure de tristesse, mais de joie aussi, parce que je me dis que c’est une fin physique, mais une continuation d’une autre façon. Mais ça existe. C’est là. C’est possible. Voilà ma réalité. Voilà le monde dans lequel je vis. La mort n’est pas une fin pour moi. Ce n’est qu’un changement d’état. La communication reste là.

 

Noël s’est malgré tout hyper bien passé. Je suis très contente de tous ces moments passés avec ma famille. Et puis j’ai été gâté. Et ce fut une très belle réunion familiale.

 

La nuit qui a suivi… tiens qu’est ce qu’il s’est passé déjà ? M’en souvient plus. Ah bah c’était hier soir ! Hum…. ah si ! Je me souviens ! J’étais dans un tel état de fatigue en allant me coucher que j’ai lâché prise plus facilement. Cela dit, je ne cherchais pas du tout à méditer, je voulais dormir, et au passage je cherchais ma question à poser à mes guides pour qu’ils me répondent dans le courant de la nuit.

Mais des gens qui gueulaient dans la rue à 2 heures du mat avaient décidé autrement. J’ai commencé à perdre patience, et plus je commençais à m’énerver et plus je voulais leur balancer un sort. Je commençais à vouloir leur jeter mon courroux…. littéralement, j’étais crevée et j’en pouvais plus de ces gens qui se croient tout permis sans une ombre de respect pour les pauvres gens que nous sommes à travailler et à devoir se lever tôt le matin ! Ils ont gueulé pendant une heure….

Et plus je faisais naître de la colère et plus je sentais la présence d’une entité sombre arriver à mes côtés. C’était très bizarre. J’ai commencé à parler de je-ne-sais plus quoi avec elle, les phases que j’étais entrain de traverser me semble-t-il. Bref, puis au bout de 15 min, la voix me dit « Ne t’en occupe pas, laisses-moi faire, tu verras, c’est magique ! ».

Et je me suis endormie sur ses mots. Ils m’ont fait beaucoup de bien.

 

Je crois que j’ai compris comment entendre plus clairement cela dit. J’avoue que ce n’est pas évident, mais je sens différents niveaux de pensées en fonction de niveau de contrôle et de lâcher prise. Je le sens car quand je les entends, mon esprit revient à lui en sursautant un peu car il percute sur ce qu’il n’a pas contrôlé, et du coup, je repasse dans le contrôle. Donc après, je dois à nouveau relâcher complètement pour redescendre de niveaux.

Bref, j’ai capté, mais ce n’est pas évident à faire en pratique. Mais c’est bon là, à force, j’ai repéré maintenant la subtilité entre les deux. Et la « subtilité est maigre » pour reprendre l’expression de ma mère.

 

Bref.

 

Tout ce que je vois au final ce soir, c’est toutes ces entités qui me répondent d’une manière ou d’une autre et qui m’accompagnent. Ô combien je vois que je suis loin d’être seule… pour ce soir, ça me suffit de penser ça.

 

 

Enregistrer


Source: Les âmes 2

One comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × cinq =