Orion et le rassemblement des sorcières

orion-spinelli

 

Bonjour à tous,

Ne me demandez pas comment je fais pour lire les codes d’ouverture de naviguation dans les Etoiles, je n’en sais rien. Cela se produit en mode automatique.

En faite, je l’ai découvert il y a peu que j’étais capable de déceler des codes cachés au sien des Etoiles. Pour ma part, ils se sont pas si cachés que ça vu qu’il me suffit simplement de les lire et se faisant, j’active automatiquement le déplacement astral pour les rejoindre.

Vous m’auriez dit il y a deux mois que chaque groupe d’Etoile avait son propre système d’approches astrales permettant aux voyageurs le décodant d’y aller, franchement, je ne vous aurai pas cru.

Mais aujourd’hui, c’est la deuxième fois que cela m’arrive. Et ce coup ci, c’est une constellation que je connais seulement de nom.

D’ailleurs, je n’aurai pas cru reconnaitre la constellation d’Orion vu que je ne m’intéresse absolument pas à l’astrologie ni aux Etoiles.

Tout ce que je reconnais consciemment est la Grande Ourse, la Petite Ourse et Cassiopé, mon grand-père me les ayant appris lors de nos séjours chez lui à la campagne. (Et j’oubliais, Saturne et ses anneaux, qu’on regarde avec le téléscope tous les étés).

En vérifiant une fois de plus que je ne divaguais pas et que mes rêves n’étaient pas une connerie, je suis allée sur Google pour voir que la constellation était bien l’Orion que j’avais vu en rêve.

C’est le cas.

 

Le code d’amorçage (appelons le comme ça, c’est chouette comme nom ! ca fait spatial !) se situe dans un triangle formé à partir de l’étoile du milieu – rang des 3 étoiles au milieu de la constellation, prenez celle au centre des trois – celle du milieu donc ! 

Ensuite, le triangle va sur les deux étoiles du bas – voyez les plus lumineuses, c’est flagrant, le triangle se place tout seul.

 

A l’intérieur du triangle se trouve des lettres alphabétiques, oui, de simples lettres placés comme un mot croisé, mélangées à l’intérieur, rangées parfaitement horizontalement, mais les lettres étant parfois inclinées différemment.

Il suffit de suivre les lettres qui se mettent à scintiller. Vous voyez ! C’est facile non ?! Elles forment des diagonales. Deux premières diagonales se forment et on a juste à pouvoir les voir. La troisième, la diagonale s’arrêtent à quelques lettres manquantes et c’est à nous de “dire – d’énoncer” la suite.

Si la conscience ne suit pas et n’est pas capable de répondre, l’accès se bloque et le voyage n’est pas enclenché.

A vrai dire, si je sais tout ça, c’est parce que je n’avais pas compris la première fois et que je n’ai pas réussi du premier coup. Je n’avais pas fait attention et comme je fus surprise par la démarche, j’ai divagué et je n’étais pas sérieuse et ma conscience est revenue là où j’étais, à diner sur la plaine en regardant les étoiles. J’ai donc demandé à recommancer, venant de comprendre le “hic” et la concentration que je devais avoir pour se faire.

 

Vous allez rire, mais à la base, dans le rêve, j’étais assis à une table sous une nuit étoilée. Et lorsque j’ai levé la tête au Ciel, la constellation apparut en un (super) énorme gros plan.

“Oua ! une constellation ! la vache, Orion ! ”

Et lorsque j’ai scruté de plus près, le triangle codé est apparut comme une lettre à la poste. Je me suis dit que ca allait faire comme ma première fois, que je devais partir là-bas je ne savais pourquoi. Mais que si le code apparaissait, c’est qu’il y avait une raison que je ne comprenais pas encore.

Du coup, l’ayant fait une fois avant, je refis le code et paf.

D’un seul coup, j’ai été téléporté dans une salle. Il faisait très sombre et je crois qu’une personne souffrait. Je ne me souviens plus comment je suis passée d’un sasse à la planète en elle-même.

Me voilà à un rassemblement de sorciers et sorcières. C’était un rite annuel on dirait, on aurait dit un rite de passage, ou un rassemblement d’appartenance ? En faite, je n’ai pas eu trop le temps de me poser des questions.

Nous étions accueilli par la Maitresse qui gérait le rassemblement. Nous faisions une file de dehors pour entrer dans le coin magique dimentionelle – protégé du monde environnant.

Je passe à peine le sasse qu’une armée arrive et des soldats tuent tout le monde présent. Seul la Maitresse et moi avions pu passer le sasse à temps sans se faire tuer.

Je comprends soudain que j’avais une arme, que j’ai une arme en faite, mais que je l’ai laissé en bas, là où sont tous les soldats.

C’était un arc magnifique et magestueux. Il était simple pourtant, mais grand, monté de bois massif poli avec au centre, deux grands crans d’arrêt en bois noir montés à l’horizontale. Mon Arc faisait presque ma taille.

En faite, il n’y avait pas de flèche à tirer. Toutes les flèches, c’était ma main qui les créaient d’énergie.

Je réalise mon appartenance à cette arme en un millième de seconde, il est absolument inconcevable pour moi que le chef des soldats qui la prend ne la touche plus longtemps, mais surtout qu’il ne reparte avec. Non non non.

De mon sasse énergétique protégé qui s’avérait transparent et à l’étage au dessus, nous pouvions tout voir. Ce fut un massacre et plus aucun n’était vivant.

Mais les soldats nous cherchaient, ils savaient que quelqu’uns avaient pu rentrer dans un sasse. Alors lorsque j’ai tendis ma main pour créer une flèche sans mon arc , mais en pointant mon bras sur le chef qui touchait à mon arme, je ne pensais pas qu’il allait s’en sortir et nous détecter par la même occasion. 

Ni une ni deux, on se retrouve sur le même niveau qu’eux et on négocie pour récupérer mon arme et partir. Je crois qu’en même temps, il y avait quelque chose avec notre puissance. Comme si une part de moi ressentait que pour nous tuer, ils devraient y passer et qu’ils avaient quand même peur de nous sachant qu’ils nous ont quand même frayer un chemin pour nous laisser partir.

Je me retrouve alors seule, quelque part dans cet univers. Mon but avait soudainement changé. Je devais retrouver un espèce “d’écuyer magique” . lol ! Ne riez pas, je ne sais pas comment l’expliquer !

Je comprends alors que chaque sorcière est accompagnée d’un espèce d’accompagnant qui l’aide à porter son arme, mais surtout, surtout ! à la soutenir dans ses tâches et missions magiques.

Me voilà donc partie à la recherche de cette personne. Je savais que peu importe qu’il soit homme ou femme, il m’apparaitrait comme une évidence.

A vrai dire, je sentais que ce serait un homme, un homme fort, rapide et vif. Je scrutais tous les gens qui m’entouraient pour jauger leur potentiel à devenir celui que j’attendais.

Il a finalement apparu comme un cheveux sur la soupe alors qu’il jouait aux ballons avec des gens dans un coin de nature.

Alors que je passais à côté, il me lanca la balle et s’en ai suivi toute espèce de course poursuite amicale entre lui et moi. Non seulement il était aussi rapide que moi mais il savait amicalement repousser mes flèches que je lui envoyais sans l’aide de mon arc.  La course poursuite s’est fini lorsque mes yeux se sont écarquillés en le voyant arriver vers moi, portant mon Arc dans ses mains.

Alors, j’ai su. Il savait que j’étais une Sorcière et il  choisit de m’accompagner.

 

Je me souviens soudain que pendant le rassemblement des sorcières, avant que les soldats n’arrivent, une jeune fille vient vers moi, nous sommes percutées dans une dimension intermédiaire.

Elle voulait des renseignements pour savoir comment être une sorcière.

Pour lui répondre, j’ai passé ma main au dessus d’une tripotée de pierres pour voir laquelle viendrait voler dans mes mains en réponse à sa question.

Aucune pierre ne bougea.

Je recommencais à deux fois parce que je pensais que je n’avais pas mis assez de puissance dans mon intention.

Mais non. aucune pierre ne bougea. Seulement, un petit bout de papier vola dans ma main. Un petit bout de papier où il était écrit “Camille”.

Je lui donne et rajoute : “Tu dois travailler ta personnalité, apprendre à être calme et sereine. Lorsque ce sera le cas, reviens me voir. Travaille ta personnalité !” , je dis en repartant vite au rassemblement.

J’avoue que même pendant le rêve je me suis demandée si cette femme n’était pas moi, une partie de moi. D’autant plus que le système des petits bouts de papier avec un nom inscrit dessus est le système que j’ai mis en place avec mon inconscient pour connaitre les noms des gens / guides et entités que je rencontre en rêves et m’en rappeler au réveil.

Je n’avais pas fait le lien de suite en rêve. Je m’étais juste dit “tiens c’est marrant, elle aussi a besoin de travailler sa personnalité…. elle me ressemble”

Mais comme j’étais en moi-sorcière, j’hésitais à faire le rapprochement.

 

Ce n’est que maintenant que je réalise à quel point il est évident que c’était une réponse à mes questions de ses derniers temps où je me disais le soir avant de dormir “tiens au faite, je suis une sorcière, c’est quoi mes pouvoirs ? Et puis, comment je fais pour manifester la sorcière en moi ?”

J’y pensais régulièrement ces derniers temps. J’ai compris que c’est une partie de moi qui m’anime alors je voulais essayer de la manifester, de la ressentir.

Je suis contente qu’elle m’entende et qu’elle se manifeste avec douceur envers ma conscience et surtout, ma personnalité très agitée du moment. Bon c’est vrai, j’avoue, j’avoue !! Je suis loin d’être calme…. (chuut !)

 

Je vous préviens, moi je ne vais pas me poser 10 000 questions sur “Orion ? mais on n’a jamais entendu parlé qu’il y avait des sorcières qui se réunissaient régulièrement là-bas !”

C’est sur, ce n’est pas pour rien que je lis presque aucun livre de spiritualité. Presque rien de ce que je vis se trouve dans des livres. Voilà pourquoi les librairies ésotériques me dépriment et que je ressors qu’avec des cristaux.

La seule manière pour moi d’en savoir plus, est de le vivre.

 

Bises

Enregistrer


Source: Magie 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

douze + 20 =