Sonder les dimensions pour retrouver sa flamme jumelle

Un guide ouvrit en trombe une porte dimensionnelle tandis que je naviguais quelque part au sein de notre système solaire. La Terre était restée dans mon champs visuel, je fus quelque peu surprise de le voir ainsi débouler, stressé et nerveux.

“Camille, Camille !…On ne le retrouve pas !… dit-il affolé en parlant de ma flamme jumelle. Il devait partir en mission, et puis, on l’a perdu en visuel.On ne le retrouve pas depuis !”
– Comment ça tu ne retrouves pas Chouchou ? Comment as-tu pu le perdre ?
– “Je te jure, on a cherché partout… Il était là, et puis l’instant d’après, on ne le retrouvait plus. Impossible de le retrouver, on a tous essayé, on n’arrive pas à détecter ses énergies. Il a comme disparu ! On ne sait plus quoi faire, on a tous tenté, il n’y a rien à faire, on ne le trouve pas !

Il malaxa ses mains, l’air contrit. Quant à moi, j’haussai les épaules, puis remontais les manches de ma veste.

-Bon, ok. Pas grave.Attends, je vais sonder les planètes, t’inquiète, je vais le retrouver, moi.

Une brèche dimensionnelle s’ouvrit sur mon ordre, et la vision de toutes les planètes de notre coin de galaxie scintilla sous mes yeux. Mon guide me regarda les yeux ronds, les paupières battantes à plein régime. Il ne croyait pas un instant ce qu’il voyait se dérouler sous ses yeux.

– “Mais tu vas quand même pas sonder toutes les planètes ?” dit-il estomaqué.
– Bah si pourquoi ? Où est le problème ?
-“Mais-mais… tu as vu le nombre ?! C’est de la folie !
– bah…Hof… ouais et alors ? De toute façon, cela devrait aller vite, Chouchou et moi sommes connecté par le Coeur, donc, s’il est sur une des planètes, je le saurai à l’instant même où j’atterirais dessus.
… C’est fou, c’est complètement fou… tu ne vas pas vraiment faire ça ?
-Bon allez, par quoi je commence, fis-je en chantonnant les bras tendus en pleine manipulation de forces. Ah tiens, allez, on commence par la Constellation de l’Ours. C’est parti !

Devant moi, les amas galactiques apparurent, et je n’avais qu’à valider l’étoile par simple intention. Mon corps se déboublait, atterrissait sur l’étoile, sondait l’entiereté des forces avant de repartir là où j’étais actuellement, au point de standby. Il me fallut moins d’une minute pour sonder cette partie du monde, le temps de me chauffer à la manipulation des forces.
Une fois la puissance des flux amadoué, je pris un nouveau rythm de croisière qui me parut plus confortable, sachant que trainer n’était pas mon forte.

La mâchoire de mon guide tomba brutalement quand il me vit passer à une autre galaxie, sauter d’amas en amas à un rythme de quelques micro-secondes par planète. Ma vision raflait et sondait tout sur son passage. Au fur et à mesure de mon avancée, j’allais toujours plus loin dans des mondes de plus en plus éloignés de notre système solaire. Et pour être honnête, ce petit jeu de cache-cache m’amusait vraiment beaucoup. Avec les années, j’étais devenue particulièrement douée pour le retrouver. Je me demandais en combien de minutes record j’allais pouvoir sonder autant de mondes et dimensions différentes.

– Héhé, Nan mais attends, fis-je amusée face à mon guide toujours inquiet, Tu crois franchement que quelque chose peut se dresser entre lui et moi ? Nan mais tu rigoles ! T’inquiète, piece of cake. Ca va très aller vite ! … (ma vision finit par le coin gauche le plus lointain et se figea soudainement sur une planète à la limite d’un confin.L’atmosphère scintilla et les forces m’attirèrent comme un aimant.Je souris pleinement) Trouvé ! Il est là-bas !! repris-je heureuse comme si j’avais gagné au loto. J’y vais, c’est parti !!
“Mais-mais, tu ne sais pas ce qu’il y fait ! Il est peut-être en mission spéciale…! C’est peut-être dangereux là-bas !”
-M’en fous ! Raison de plus ! Il a peut-être besoin d’aide ! Je verrai quand j’y serai !
Je viens avec toi !

Sans entendre si finalement mon guide venait ou non, je lançai la téléportation astrale.

Pour une raison que j’ignorai, ma flamme jumelle avait fini sur une planète à la limite d’un néant, là où la densité était palpable. J’arrivai dans l’atmosphère comme une fusée, puis ralenti à une petite vitesse de Mach 1 ou 2. Je tombai presque aussitôt nez à nez avec ses énergies. Ou plutôt, de son corps immense qu’il avait ici. Ce n’était même pas un corps, c’était un géant de la taille d’une montagne. Ses flux énergétiques fouettaient tout ce qui rentrait dans son périmètre, comme des cheveux vivants armés des pointes laccérant tout sur va-et-vients.

A son échelle, je faisais la taille d’une mouche. Mes énergies n’avaient même pas pris la peine de s’ajuster à ce monde, et cela m’importait guère à vrai dire.

– Chouchou, c’est moiiiiii !!! hurlai-je comme à mon habitude. (Une lame de cheveux arriva sur moi, puis me passa lentement et paisiblement sous le corps. Je la vis comme une rampe de toboggan) Youuuhouuuu !!! J’aaaarrriiiiiive !!! , m’exclamai-je en suivant l’ondulation de sa lame de guerre mortellement affutée.

J’avais toujours adoré jouer avec ses flux sombres qui n’émettaient que de la douceur à mon égard. J’avais l’impression d’être sur un grand Huit géant, doux, chaud et accueillant, et moi qui adorais les sensations fortes, j’étais aux anges. Il me laissait toujours jouer quand j’en avais envie. Bon, par contre, visiblement, ce n’était pas le cas des énergies malsaines qui tentaient de l’attaquer. Elles, se faisaient littéralement exploser puis dissoudre quasi instantanément dans l’éther.
Comme je le disais toujours “Il faut choisir ses alliés dans l’astral.” Eux visiblement n’avaient pas misé sur le bon cheval.

-“Camille ! Fais attention !” hurla mon guide qui me suivait de près.
-Reste bien derrière moi, lui rétorquai-je aussi sec. Moi je ne risque rien, jamais il ne me fera du mal, mais toi oui ! Son système de défense ne te laissera jamais passer ! Regarde-les, c’est des vrais serres ! Reste là !

Ses flux avaient la puissance de multilames en fonctionnement automatique. Chaque force émise qui rentrait dans son périmètre était aussitôt anéantie et dissoute à la seconde où une lame l’atteignait. Cela dit, moi je n’avais rien à craindre. Je trouvais même cette force admirable et belle.
Je pris les rampes le sourire aussi grand et ouvert qu’une gamine de 4 ans en pleine glissade, puis bifurquais au moment où celle-ci remontait au niveau de son visage. Avec le mouvement des forces, cela fit l’effet d’un magnifique tremplin géant.

– Me voilà !!! pouffais-je en plein saut de l’ange, griffes toutes ressorties, me préparant à un atterrissage digne d’un lancé de chaton.

– “Que veux-tu, Camille ?” demanda ma flamme jumelle avec une présence qui fit vibrer toute la zone sur des kilomètres, il était occupé à faire du nettoyage sur cette planète. Moi, je dirai plutôt un ratissage. Mais bon…
– C’est toi que je suis venue chercher, Chouchou !! répondis-je sans trop réfléchir. Tu avais disparu ! Tu es parti loin et tu m’as laissée toute seule ! J’aime pas quand je ne suis pas avec toi…

Avec la voix criarde d’un bébé, ma petite moue, et mon air amoureuse à souhait, c’était certain, il n’allait pas m’engueuler.

Il tourna son oeil en voyant me ratatiner sur un bout de son pectoral puis remonter en s’aggripant le plus possible pour ne pas tomber. Ce bébé chaton, c’était moi qui m’accrochait à lui avec mon corps qui n’avait pas cherché à s’ajuster à la situation présente. Je faisais avec les moyens du bord, et de toute manière, je n’avais aucune raison de faire des efforts vu que Chouchou m’acceptait sous n’importe quelle forme et dans n’importe quelle situation saugrenue. Parce que je devais bien l’admettre, que j’arrivais souvent sur lui comme un cheveu sur la soupe, une porte dimensionnelle qui s’ouvrait et une voix criarde au sein des tunnels qui hurlait “Chouchou t’es où ?!” à tout va. Il avait donc largement l’habitude de me voir ainsi débouler sur lui.

Il sourit délicatement, tout en continuant sa besogne. Je n’étais pas là pour l’arrêter. Ni pour le forcer à revenir. Visiblement, il n’était pas là pour rien, mais hors de question pour moi de repartir loin de lui.

-Chouchou ! Je veux être avec toi. J’aime pas quand tu es loin. Je veux plus qu’on soit séparé, plus jamais, d’accord ? Je veux plus… Je veux rester avec toi… toujours avec toi, Chouchouuu….sil tôoo plaiiiit Je veux rester auprès de toi…

Il ne dit rien et j’enfouis mon visage dans ma fourrure qu’il portait sur le haut de son buste.

Dans ce monde, personne ne pouvait l’approcher. Ses flux sombres ne laissaient rien passer. Tout était détruit autour de lui, et cela en faisait une machine de guerre effroyable. Toutefois, pour moi, il n’avait que de la douceur. Je n’avais jamais à craindre de ses énergies, et jamais elles n’étaient aggressives. Pire. Elles me faisaient sentir en paix. Pour moi, cette densité sombre était ma Paix, et seul comptait l’Amour que je ressentais.

Peu importait le monde dans lequel nous nous trouvions. Sur Terre comme ailleurs, ce lien restait intarrissable. Là était la puissance des âmes jumelles. A travers mondes et dimensions, jamais elles ne pouvaient s’isoler l’une de l’autre. Car au fond d’elles, elles pouvaient toujours trouver l’autre. Pourquoi ? Parce qu’elle partageait un seul et unique Coeur qui raisonnait toujours à l’unisson, même séparées physiquement.

La distance pour les âmes jumelles n’était pas une notion valable. Le temps, la distance n’existaient pas.Une part d’elles vibrait en une seule unité à un instant T. Là était leur Source, ce Coeur Uni, et elles se nourrissaient mutuellement de ce lien que rien ni personne ne saurait ternir.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatorze − 1 =