Tic tac

Tic tac

Au coeur de mes univers oniriques,  je retrouve au sein de la famille.
Tout étant un peu trop agité à mon goût, je décide de partir me mettre au calme.

A la vue de mon grand-père, ma conscience revient pleinement à moi.

Je me rappelle de la dernière fois qu’on s’est croisé en rêve.
Le moment arrive. Je ne sais pas comment entamer ce sujet là. Mourir n’est pas un sujet simple pour les humains que nous sommes.

Il voulait être seul et il est allé se coucher dans la même pièce dans laquelle je m’étais faufilée pour y être au calme.

– Oh c’est toi fifille, qu’il me dit emplie de cet amour tendre.

Puis il réalisa. Son regard a prit une autre teinte. Il comprenait ce que cela signifiait que de me voir à nouveau.

J’étais comme l’annonce d’une épée damoclès qui rôde. Tic tac.

 

Je ne dis rien et le laisse se mettre dans les draps, bien confortablement installé dans son lit.

– Hm… tu sais pepère…

Il détourne son regard mi-appeuré, mi-fuyant. Il savait bien que j’allais lui reparler de ce sujet.

– Hum… Tu m’as dit que tu devais te préparer la dernière fois qu’on s’est vu. As-tu pu faire tout ce dont tu voulais ? Ton heure approche bientôt là non ?

– J’ai fait deux trois p’tites choses, dit-il avec une sensation sourde d’éparpillement, puis soupire.

 Se préparer à mourir semblait être difficile à gérer sans savoir trop comment finaliser ses préparatifs.

 

– Ne fais pas la même chose que mamée, à partir sans faire de papiers. Ca a foutu la merde grave. Et franchement, ca va être la guerre dans la famille après ton départ… Essaie de faire des papiers. Pas pour toi, mais pour ceux qui restent. Pour tes enfants, pour éviter les luttes et déchirements.

Il hoche la tête et comprend ce que j’entends pas là.

– Ne tarde pas, il va être temps pour toi.

– Huhum, j’y penserai.

– Si tu veux le faire, fais le très très vite. Vraiment. Le plus tôt possible. Ne tarde pas. Appelle le notaire dès lundi.

 

Je me réveille dans mon lit et repense à lui. Je n’ose pas l’appeler par téléphone. Je n’ai pas le courage. Pour l’instant, j’essaie juste d’accepter mes rencontres astrales avec lui. Je ne crois pas que j’ai quelque chose à faire de plus hormis être là, comme je suis, avec ma présence et mes énergies.

Néanmoins, je peux au moins envoyer un fax à mes guides. Je demande de l’aide à mes gardiens pour gérer l’amorce et le passage. Je ne souhaite pas le voir en galère, et je veux qu’il soit accompagné dans sa transition. Merci pour lui. Merci à vous.

Voilà,

L’appréhension de la mort, son approche, et la manière dont les âmes s’en accommodent n’est pas familier pour moi. Ce sont des émotions mélangées qui m’animent, de la fascination, de la fatalité, de la grandeur et peut être un peu de peur malgré tout.

Mes expériences m’interrogent parfois quant à ma propre mort. Mais ces fois là, je me rappelle qu’avant de penser à mourir, il faut penser à vivre et moi, j’ai encore pas mal de choses à faire dans cette vie. Le reste, on verra plus tard, quand ça arrivera.

 

Bises

 

 

 

 

 

 


Source: Les âmes 1

7 Comments

  1. Fleur

    Bonjour Camille,

    C’est un très bel article, merci pour ce partage !

    Tu vois que tu peux être douce dans tes propos et que tu sais ne pas râler.

    Bises et Merci !

  2. Alexandre

    Bonjour Camille,
    Très bel article. Cela m’a fait penser à mon grand père maternel la seule personne que j’admirais dans ma famille. Il est parti trop tôt le jour de Noël 2000. Je l ai revu en rêve dans la lumière .parfois je me demande ce qu’il penserait du comportement de certains membres de ma famille maternelle et de leurs conflits j ai d ailleurs coupe les ponts avec eux il y a 6mois suite a des événements très graves . je me reconstruits petit a petit avec l aide d’une amie et de mes deux chattes marie et Lilith tu veux un conseil? Appelle le ça lui fera plaisir n hesite pas l amour ne s’éteint pas bisous

  3. Spiritual Flower

    Coucou,

    @Fleur, Je n’ai jamais dit que je ne savais pas être douce. En réalité, je le suis bien plus que ce que mes écrits ne laissent paraitre, qui eux, souvent, sont une frustration à cause du lapse de temps très court dont je dispose pour l’expérimentation.

    @Alexandre, je n’adhère pas à l’appel des incarnés. Je trouve que c’est abusé de faire déplacer les âmes en astral juste par assouvissement personnel. Par respect, j’aime que chacun vive sa bulle énergétique sans s’éparpiller. C’est vraiment par nécessité et obligation que je le fais. Cela reste rare. Et concernant mon grand-père, je ne ressens pas de nécessité ou d’impératif. Si lui vient me voir par contre, c’est différent. J’accepterai la rencontre, mais parce que c’est lui et pas un autre.

     

    Bises

  4. Alexandre

    Bonsoir Camille,
    Je te partage ton point de vue sur les désincarnés suis désolé pour mon erreur de compréhension cela dit j espère que ton rêve t a apporte un sentiment de paix bises

    1. Spiritual Flower

      Coucou Alexandre,

      Pas de problème, j’ai compris ce que tu voulais dire. Je rechigne un peu pas par ta faute mais parce que je suis contrainte de gérer ce type de rencontres de bas astral et je n’ai pas l’habitude de ces énergies.

      Cela reste un travail très intéressant à effectuer. Merci pour le rappel en tout cas.Bises

  5. Fleur

    Coucou Camille ! smile

    Je précise bien “dans tes propos”, et n’ai jamais mis en doute que tu pouvais être douce ^^.

    Mais c’est vrai que la plupart de tes articles sont sur un autre ton, et là c’est un beau contraste !

    J’avais ressenti ce même effet sur l’un de tes articles où tu parles de ton “amoureux” … et je n’avais pas su expliquer, (et là je ne sais pas plus expliquer he)

    Bises et Merci !

    1. Spiritual Flower

      Coucou Fleur,

      Je suis surprise que tu le perçoives ainsi, pour moi, c’est plus ou moins partout pareil, sauf si parfois, dans certains textes, je mets moins mes râleries en avant et parle de la beauté de ce que je vis… Ah !… C’est peut-être ça ! lol

      Comme dirait mon oncle “ah, l’amour, toujours l’amour…” winktongue

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =