L'Eternel

 

Par-delà les mers, par-delà les cieux

N’est que cet être Eternel.

Si sensible soit-il sous sa robe de Lumière

Emane de lui cette Volonté de fer

Mais jusqu’où ira-t-il ?

Nul ne le sait, nul ne le devine,

Seul le voit l’Infini qu’il défile.

 

***

 

Enregistrer


Source: Divers 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq − 4 =