Choisir de donner

Aujourd’hui, une femme m’a interpellée dans la rue. J’allais pour donner des vêtements à Emmaüs, quand elle m’arrêta bien avant l’entrée pour me demander si elle pouvait avoir les vêtements que je donnais. Quitte à les donner gratuitement, elle préférait que tout lui revienne, car elle était pauvre disait-elle.

J’ai refusé. Elle s’offusqua. Elle voulait tout avoir gratuit. Mais Emmaüs revendait déjà peu cher, et cela était encore trop pour elle. Toutefois, je n’ai pas eu confiance dans sa manière de faire, encore moins dans son approche.

Il y a des gens pour qui tout doit être acquis, et pour qui, quand on est prêt à donner, ils voudront tout prendre de ce que nous avons à offrir. Et qui n’a pas été content quand j’ai dit qu’elle n’était pas la seule et que ce serait bien de partager avec les autres aussi dans le besoin ?

Bypasser l’économie, bypasser les gens, et tout prendre directement, cela ne marche pas toujours comme ça.

J’ai beaucoup réfléchi ces derniers jours à mes derniers échanges avec Elédahiel et mon absence d’envie totale d’écrire. Écrire pour moi, mais surtout écrire pour mes lecteurs.

En réalité, ce n’est pas que je n’aimerai pas écrire, mais que sans savoir pourquoi, rien ne vient. L’envie ne vient jamais. J’essaie de la stimuler, et je comprends aussi que les gens aiment recevoir des éléments sur lesquels ils pourront s’identifier. Je le comprends car moi-même, j’aime lire des choses qui résonnent avec mon fort intérieur. Du coup, je réfléchis.

Comment faire pour réveiller en soi l’envie de partager et de donner ? Parce que j’ai reçu quand j’ai eu besoin, alors je comprends les lecteurs, je comprends ceux qui veulent des messages. Mais comment faire ? Mon canal ne s’active pas. Alors je ne sais pas quoi faire.

Parfois j’aimerai un mode d’emploi de mes énergies, un vrai mode d’emploi. Parce que j’ai vraiment l’impression que les miennes n’en font vraiment qu’à leurs têtes… mais je vais réfléchir à trouver un compromis. Un compromis entre l’aventurière que je suis, et le passeur et messagère que j’incarne.

Le compromis dans l’équilibre de l’expression des forces. Je vais travailler sur ça. Rien que ça… et puis manger du chocolat aussi. Non parce que voilà quoi… l’équilibre des forces, on a dit.

11 Comments

  1. Charline

    Bonjour Camille,

    Je comprends très bien, tu sais… Je me suis tellement bien intégrée dans la ville où je fais ma licence actuellement que ma mère a peur que je perde tout en partant faire mon master ailleurs dans deux ans. J’ai envie de lui dire mon envie de partir, de voyager, de lui parler de mes nouveaux amis internationaux, de toutes ses belles rencontres à venir… Mais c’est difficile et je me dégonfle à chaque fois.

    Quant à mon envie d’écrire, elle revient peu à peu. L’inspiration n’est pas tellement au rendez-vous en ce moment. Je remets ma vie en question… et mon projet professionnel aussi. Je veux toujours le faire… mais différemment. Et je ne sais si ce sera un jour possible. Je souhaite réaliser mes rêves sans entraves, sans la pression familiale que j’ai actuellement. J’ai besoin de choisir mon chemin. Mais qui peut comprendre ça à part mes amis ?

    Bonne soirée et bonne nuit.

    Bisous.

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Charline,
      Moi aussi j’ai eu peur de parler à mes freres de mes projets de la rentrée, et puis après, j’ai compris qu’il ne vivait pas ma vie et que je n’avais plus besoin de leur aval pour accepter et vivre mes choix.

      Oui il faut du courage pour oser s’affirmer au monde. Tu y arriveras quand tu sentiras que c’est moment 😉

      Bises

  2. Emilie

    Bonjour Camille,
    On dit que cela ne coûte rien de donner pourtant parfois quand les énergies se renouvellent, on peut avoir l’impression d’être en panne sèche et c’est normal. Il est aussi normal et juste de ressentir un équilibre entre le donner et le recevoir. Tu reçois beaucoup de choses assez éprouvantes et ce doit être compliqué à filtrer pour le partager. C’est un travail exigeant ! Je ne suis pas sûre que l’on puisse tout partager sans prendre énormément de hauteur pour en extraire le meilleur et y trouver fu plaisir à defaut de recevoir en retour. C’est moche mais il y a des personnes qui prennent ce qui est donné gratuitement pour le revendre et c’est sûrement ce que tu as soupçonné de la part de cette femme.

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Emilie,
      C’est exactement ce qui m’a traversé l’esprit, la revente. Et ça ne m’a pas plu.
      Il faut suivre ses instincts et donner quand le coeur y est.

      Merci à toi
      Bises

  3. Alexandre

    Bonsoir Camille
    La misère généré parfois de drôles de conception. Je crois que tu as eu raison avec cette femme. Perso, il m’est un évènement similaire il y a quelques années:j’ étais en grosse galère et ai demandé une aide a une responsable des resto du coeurs ,elle m’a répondu que je devrai aller travailler et laisser la place aux réfugiés syriens. Ce qui m’a choqué c e n’était pas le pseudo refus mais de dire qu’une misère était supérieure a une autre. Voilà pourquoi, je ne souhaite plus du tout y retourner. Parfois le jugement partial de certaines personnes fait très mal surtout quand tu es en galère. Je crois que la pauvreté devrait nous apprendre tous a être plus généreux et tolérants. Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *