Se régénérer dans l’astral

Je finis un combat, et passai un porte dimensionnelle. La brèche s’ouvrit et de l’autre côté, mes guides vinrent à ma rencontre. L’un d’eux s’affola en voyant mon bras. Il était fracturé et l’os n’était plus aligné. Moi, je ne percevais pas plus qu’un léger tiraillement. Il accourut et paniqua presque en découvrant ma blessure de plus près.

– Oh mon dieu Camille, tu-tu es blessée ?! Non mais tu es vraiment blessé ??… Mais qu’est ce qu’il s’est passé ? Tu as été prise dans un combat ? Tu nous reviens dans un sale état… La plaie est vilaine, tu…tu-tu t’es salement amochée… Il faut vite te prendre en charge…

Sa voix tremblait, comme ses mains qui osaient à peine me toucher de peur de me faire encore plus mal.
– Hm ? Oh ça ? Mais c’est rien ça, je vais bien, t’inquiète.
– Attends, c’est profond, tu dois sentir la douleur, on ne savait pas que tu avais besoin d’assistance, on va s’occuper de toi immédiatement bien sûr. Je t’appelle un soigneur. Patiente encore quelques secondes, je te prie, je sais que ça fait mal, mais… (Il se
tourna vers les autres) Est-ce que quelqu’un… ?

Je relevai le sourcil. Pourquoi faire autant de chichis pour une égratignure ? Si lui trouvait ça grave, et avait déjà la tremblote pour si peu, il aurait des crises cardiaques en me récupérant à la petite cuillère après mes gros combats, comme la fois où j’avais fini mitraillé par un clan et qu’en chute libre, j’avais fini fracassé au sol avec une fracture de la hanche, des côtes cassés et des plaies par balles, cette fois là, oui, j’avais vraiment senti les impacts sur mon corps, mais là, cela valait à peine une griffure de chat.

-Mais c’est rien ça, dis-je le sourcil relevé. T’en fais pas. Ça va disparaître tout seul. Laisse-moi encore quelques minutes et ce sera bon. On y verra qu’du feu !
– Mais…
– C’est rien, ça, j’te dis. Ici, mes capacités de guérisons sont décuplées dans ce monde. Je guéris à une vitesse impressionnante comparé à mon monde physique. (Comme il ne me lâchait pas avec ce problème, je décidai de clore le sujet et manipuler mes énergies pour accélérer mon processus naturelle de guérison.) Regarde. Hop, ça y est, y’a plus rien !

Je vrillai mon coude d’un coup sec, et plaquai brutalement le bout qui ressortait à l’aide de mon autre main. L’os claqua en se remettant en place dans la jointure du coude. Je caressai légèrement la peau pour balayer les résidus énergétiques, et le tour était joué.

– “Tu parles d’une chiasse”, comme disait mon grand-père, murmurai-je. (je scrutai le jeune guide.) Tu vois ? Ca y est, c’est fait, c’est traité, totalement remis, allez, on peut passer à autre chose maintenant ?
– Mais-mais… comment tu fais ? dit-il interloqué.
– Pour guérir aussi vite ? J’en sais rien, mais c’est pratique surtout dans les gros combats, heureusement même, ça aide grave !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

19 + 19 =