Le trône sombre

 

dark-lord

Moi qui voulait la Lumière hier soir… pfff

Je me suis retrouvée à chercher la lumière dans bien des parts de moi, mais à chaque fois je finis par rencontrer du sombre et je fuyais… Alors je lui demandais à la petite fille « mais pourquoi tu fuis, restes, regardes le ! » mais non, elle partait et courait, toujours plus loin, toujours en ayant peur. Et toujours dans des parts de plus en plus sombres.

Je la comprenais, et en même temps, je me sentais impuissante face à sa peur. Parce que je ne voulais pas la forcer à affronter ce sombre qui venait de mon univers, je ne voulais pas lui imposer quoi que ce soit. Je cherchais plutôt à la comprendre, alors je la suivais simplement, partout où elle allait. Je ne savais pas quoi faire d’autres. Et puis, je crois aussi que c’est une première étape. Pour se comprendre soi, il faut apprendre à s’observer sans chercher à se changer. Cela permet de comprendre comment on agit. Et le pourquoi vient après. Et d’ailleurs, souvent, à la fin du comment, le pourquoi arrive tel un cheveu sur la soupe.

Ca m’a beaucoup dérangé quelque part de la voir dans une telle fuite, alors que je sais que ce sombre ne lui voulait pas tant de mal que ça, je ne sentais pas d’animosité particulière. Et pourtant, elle avait peur et partait en courant.

Alors quand ma petite fille a fini par se poser dans sa cachette dans une pièce bien sombre, je suis allée la voir et je lui ai demandé de me momtrer le sombre.

– “Montres moi ce que tu veux me montrer, montres moi ce que j’ai besoin de voir.”

Elle me prit par la main et me conduit vers une porte. Elle prit une clef et ouvrit la porte.

Dedans, c’était comme une salle aux trésors. Je voyais plein de richesses. Tout brillait. De l’or, des pièces, il y avait des tas et des tas. Je ne savais plus où regarder.

Et puis au milieu se trouvait un trône. Un trône d’où reignait une aura sombre, très sombre au-dessus de lui.

Ma petite fille me toucha les pieds et les fixa au sol. Je ne pouvais plus bouger, mais je devais regarder le trône, je ne sais pas pourquoi, mais comme s’il y avait une confrontation.

Je ne sais pas ce qu’il s’est passé après. Je crois que je me suis endormie.

Mes rêves étaient quelque peu bizarre, mais je n’ai pas envie de m’y attarder.

 

Les gens veulent souvent se débarrasser vite fait d’un problème avant d’en comprendre les tenants et les aboutissants.

La meilleure façon que l’on a de se comprendre est de s’observer, s’observer, et se laisser glisser. La compréhension arrive doucement sur le chemin de l’observation.

 

Je ne vais pas chercher à mentaliser, je suis assez fatiguée de ma nuit à vrai dire, je vais plutôt peindre, voilà une bonne idée.

J’ai tous mes tableaux en tête. Je vais préparer les sketchs.

Dessiner va me vider l’esprit et en même, il me canaliser sans que je cherche à faire quoi que ce soit.

 

Bon après-midi.

 

 

 

 


Source: Guides de l’Ombre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

deux − 1 =