Betise et magie

3d-zombie-

 

 

hum…. argh !! mais qu’est ce que j’ai fait cette nuit !!! Je crois que j’ai fait une grosse bêtise ! mais je jure que ce n’est pas de ma faute ! Si cette boîte avec des masques qui s’emboîtent ne m’avait pas interpellée aussi, je serai pas dans le pétrin !

C’était une bien drôle de boîte, un peu comme des poupées russes sauf que c’était avec des masques dans le même genre que ceux du Carnaval de Venise (mais sans les plumes).

Bref, je voulais un rapporter un souvenir de l’endroit où je me trouvais, alors j’ai pris le pot qui était juste placé à côté de moi. On était pressé et que c’était un peu lourd, je l’ai reposé à sa place mais mal et puis j’ai fini par donner un coup dedans pour pour mieux l’enfoncer (pour forcer le truc) et vient le fameux *clic* .

ah ! ça fait clic ! ça …. ça c’est pas bon du tout !! Qui ne sait pas qu’un clic n’est jamais bon à entendre surtout lorsque la dernière couche du masque apparaît soudainement et que c’est une tête d’un homme agonisant… et clic ! tout commence à bouger.

Rahlala, il faut partir d’ici et vite, très vite, même très très très vite, ça va arriver rapidement.

Qu’est ce est arrivé finalement ?

Et bien je venais de libérer un Etre enfermé dans ce masque depuis…… des lustres …..

J’aurai aimé que ce soit quelque chose de lumineux, mais malheureusement, quand je fais des bêtises, c’est que j’ai la main maladroite. et une main maladroite n’est pas faite pour faire les choses correctement. Les mains maladroites précipitent la vie ! On va dire ça comme ça !

Alors bien évidemment, vu que c’est moi qui l’ait libéré, il sait me retrouver car ma signature énergétique a été apposée lorsque j’avais touché la boîte la première fois.

Pour être totalement libéré, il a besoin que je formule des mots magiques dont bien évidemment je n’ai pas conscience, mais comme il est puissant, il me fait parvenir les mots juste là sous mon nez dans ma tête.

Les phrases magiques apparaissent de manière si belle quand j’y repense. Le langage est peut être de ce monde, mais je n’en suis pas sûr. Je n’avais pas besoin de les lire à voix haute, le simple fait que je les vois défiler devant moi suffisait à activer les mots. Quand j’y repense … ce passage était vraiment magique.

C’est comme, imaginer l’écriture elfique du seigneur des anneaux, vous y mettez des lettres de l’alphabet blanches et bleues étincelantes mais bien mélangées – genre difficilement exprimable- , et le tout sur un fond noir, avec tout qui défile. Fiouuuuu superbe.

Mais revenons à notre histoire.

Je suis donc entrain de vouloir filer le plus loin possible de lui, et lui me rattrape aisément. J’avais rejoins une partie de ma famille en espérant avoir quelques secondes de répit, mais je le sens très proche, à une centaine de mètres de moi. D’un coup, la connexion en télépathie se fait. Il me dit qu’il a besoin de moi pour le libérer complètement, que je dois dire des formules magiques qui le libérerait.

Il m’envoie d’abord quelques phrases que j’active rien qu’en les voyant défiler sous mes yeux, puis tout s’arrête.

“ca ira pour l’instant, le reste viendra plus tard.” me dit-il.

A cet instant, je me rends compte qu’il va me suivre durant un temps.

Puis il rajoute de manière impromptu : “La compagne de ton frère regarde ton homme. Si elle le touche, je tue son compagnon (ndlr autrement mon frère).

– ” Bon alors c’est sûr mon égo en serait très flattée”, je lui réponds en souriant (en tant que femme qui a quelqu’un pour la protéger de tromperie éventuel – c’est un peu comme mon père qui dit qu’il butera le premier homme qui me fera du mal) mais tu ne toucheras pas à mon frère. Tu ne feras rien du tout. (sous-entendu – je te l’interdis) “.

La communication s’arrête là. Enfin, ça m’aura au moins fait sourire.

 

Je ne cautionne pas du tout ce genre de pratique ancestrale de vengeance. C’est d’ailleurs le reflet de souffrance très égotique. Je ne prône aucun acte de violence et de vengeance encore moins.

C’est surtout la part de nous en souffrance qui souhaite soit être victime et qui ressent le besoin d’être sauvée, soit être bourreau et qui ressent le besoin de punir, autrement dit de venger. Je n’ai envie de cautionner ni l’un, ni l’autre. Mais ces parts existent en moi tout comme elles existent en chacun de nous. Voilà pourquoi nous considérons la Justice comme importante dans notre société, car elle fera office de justicier. Et si la victime ne veut pas l’utiliser, elle va chercher un tiers pour prendre ce rôle.

La vérité c’est qu’on a le pouvoir de se sauver soi-même en apprenant à se connaître soi pour éviter de tomber dans ce genre de situations. Se sauver soi signifie prendre conscience de notre part de responsabilité dans un événement rencontré et mettre les choses en place de manière saine pour en sortir.

 

Prenons par exemple le cas que j’avais avec mon ancienne amie. Je l’aimais beaucoup, mais elle se plaignait souvent de ses problèmes d’argent. Au bout d’un moment et prise d’affection pour elle, je lui en ai prêté un petit peu. Et la situation continuait, alors je lui en ai reprêté plusieurs fois.

Au bout d’un moment, je me suis sentie malgré moi, dans ce rôle de sauveur. Je mettais inconsciemment placée en tant que sauveuse de ces problèmes. J’ai voulu arrêter la situation et je lui en ai fais part. Seulement moi aussi je redemandais l’équilibre et donc le remboursement de la dette acccumulée mais qu’au lieu de passer de l’argent et de nourrir ce rôle, je pouvais lui offrir de l’aider à mieux gérer son argent mensuellement, ce qui lui aurait permis de faire des petits budgets et de pouvoir s’en sortir.

Je lui expliquais que j’étais toujours son amie, mais que pour pouvoir ravoir une relation saine, il fallait sortir du schéma victime et sauveur. Au final, elle ne s’est plus plainte auprès de moi et elle ne me parlait plus de ces problèmes d’argent. Elle ne me parlait plus du tout d’ailleurs, elle m’évitait parce qu’elle se sentait mal. Et moi aussi d’ailleurs, j’étais passée d’un rôle de sauveur inconscient à bourreau, parce que pour elle, l’aider à gérer différemment et lui demander de me rembourser était à l’opposer de ce qu’elle avait besoin, ce qu’il l’accablait d’autant plus.

 

Tout sorte de schéma de victime, bourreau et sauveur existent pour toutes sortes de situations. Qui ne l’a jamais vécu ? Nous le vivons tous, à certains degrés plus ou moins. Certaines osent en parler et d’autres non. Mais s’il y a une chose que l’on peut faire, c’est cette prise de conscience afin de trouver nos propres failles et rétablir l’équilibre.

Pourquoi nous placons-nous en tant que victime ? Que cherchons-nous ? Qui pensons-nous est coupable ? Les personnes qui se plaignent (comme moi , de temps en temps) sont des personnes qui ont besoin de comprendre l’ensemble d’une situation sous un autre angle. Cela permet d’avoir une meilleure vue d’ensemble sur les rôles des protagonistes et leurs émotions. Pourquoi chacun agit-il comme il le fait ?

Il arrive que pour arrêter d’être une victime ou boureau, il faille tout simplement accepter la situation…mais moi, et bien, moi je n’accepte pas que les fraisiers ne soient plus aussi bien fait qu’à l’époque, avec beaucoup de fraises, une crème légère et surtout, SURTOUT, la pâte d’amande rose au dessus. Et oui ! je suis révoltée et en colère ! Alors je passe mon temps à me plaindre dès que je vois des fraisiers dans les vitrines. Alors voilà, le bilan : pour arrêter de me plaindre, je devrai apprendre à les faire moi-même, mais voilà, cela demande du temps, et des efforts que je ne suis pas prête à faire.

Voilà le parfait exemple d’une victime qui préfère mettre son énergie à râler plutôt que de mettre ses efforts pour faire évoluer la situation. C’est exactement ça. Et nombreuses victimes réagissent ainsi. Je ne leur en veux pas du tout. Il est parfois difficile de briser le cycle infernal de la râlerie habituelle. Mais parfois, pour qu’une situation évolue, il faut la secouer avec une action. Mais bon… faire un fraisier c’est dur je trouve !

“Pourquoi ne pas faire un autre gâteau alors que tu aimes bien ?”

– oui ! voilà. mais bon, là je n’ai pas besoin d’en faire un vu que j’ai les chocolats que m’a offert ma tante. On verra la semaine prochaine. bref . je disais…

“rappelez qu’il n’y a pas qu’une chose que vous aimiez, et il n’y a pas qu’une chose qui est à votre portée”.

– oui. voilà. bon je finis de raconter mon rêve, je m’égare là dans le texte…

 

bref, bref, bref….. ah oui ! Retour avec cet Etre.

 

Après ce moment avec lui, je me retrouve soudainement plongé dans un jeu vidéo, ou la 3D est grossière, mais qui me fait défiler toute une histoire avec lui justement.

Sa particularité était qu’il pouvait démultiplier son corps et être physiquement à différents endroits en même temps, ce qui forcément ne facilitait pas la tâche pour l’éliminer, ce qu’un clan cherchait à faire car cet Etre pouvait prendre le contrôle du mental des gens et les faire agir à sa guise (si je me rappelle bien). Je n’ai pas vu ni compris pourquoi il prenait le contrôle des gens, ni dans quel but, mais je voyais dans les yeux des gens que c’était un jeu pour lui, comme pour assouvir une soif, (voire une vengeance) mais tout cela ne sont que de grossières suppositions.

Au final, il était considéré comme méchant et il était devenu l’objet d’une chasse à l’homme.

Un clan de guerriers robustes avait trouvé un moyen pour se débarrasser de lui grâce à une hache spéciale en fer forgé par un autre clan aux pouvoirs puissants. Cette arme était la clé et ils l’ont découvert en voulant se défendre contre un de leur compagnon sous son emprise. La logique aurait voulu que cela tranche son corps de chair mais en réalité, cela a traversé son corps et n’a découpé que l’emprise mentale. En voyant cela, tous les autres l’ont fait sur tous ceux qui étaient sous son emprise, et la chasse fut lancée.

A cet instant, je me réveille et je me rendors.

Je me vois sur facebook à demander des informations concernant le peuple iga, ou le peuple idlin (prononcé idelin).

Je vois un de mes contacts qui saurait des choses. Je vais le contacter, mais à mon avis, c’est son subconscient qui sait, et non sa conscience.

 

 

Récupérer des informations d’anciennes mémoires n’est pas si facile que ça, surtout quand les accès sont assez fermés et que cela concerne des vies dans lesquelles les pratiques magiques étaient courantes et considérées comme “normal”.

Alors au final, pourquoi je pense que j’ai fait une grosse bêtise ? Et bien parce qu’il est bien sombre franchement cet Etre. Mais c’est très bizarre, parce que j’ai l’impression qu’il me connait bien, ou alors qu’il lit en moi comme dans un livre ouvert. (L’Ombre fait ça avec une habilité extraordinaire vu qu’elle voit toutes les failles qui cachent notre Lumière).

Disons qu’il avait l’air vachement puissant celui là…. Mais pourquoi s’est tombé sur moi ? J’ai rien fait moi ! Je trouvais juste que ce pot était spécial, je l’aurai mis dans ma maison, et hop ! aucun problème, mais non… en même temps, qu’est ce qu’il faisait enfermé là ? Franchement, quelle idée d’enfermer quelqu’un dans un endroit pareil…

Remarquez, c’est souvent là où on s’y attend le moins que tout arrive.

Et bien voilà ….. *CLIC *

 

Mais toujours est-il que je me demande si ce n’est pas une part de moi ou un Etre que j’ai connu avant.

Parce qu’une part de moi a peur de lui, mais d’un autre côté, j’ai l’impression qu’il voulait comme me protéger en faisant sa remarque. Et on ne protège pas si on n’aime pas quelque part. Donc je me dis que cet Etre doit m’apprécier, mais ca peut être aussi parce qu’il a besoin de moi. Mais en même temps, c’est comme si cette magie était en moi. La manière sublime dont les mots sont apparues à moi est quelques chose de si beau, et si magique…

Si on prend le problème différemment, je sais que Astaroth , mon gardien de l’Ombre a toujours été là depuis le début. Je le vois mal me mettre dans le pétrin, surtout si consciemment, je n’ai rien demandé. Je me dis alors que c’est soit un test (ce qui me parait improbable mais pourquoi pas), soit (et je penche plus pour cette possibilité) que tout arrive à point et que le temps était venu pour moi de le libérer, je ne sais pourquoi. Mais c’était le moment, car tout arrive toujours pour une raison.

J’ai peur de l’Ombre, de sa puissance, c’est vrai, voilà pourquoi j’applique quelques règles de sauvegarde :

1. Je ne joue jamais aux esprits – vous savez, le vulgaire et soi-disant jeu “Esprit , esprit es-tu là, entends mon appel.” JAMAIS . tout simplement parce que je sais que quelqu’un répondra à mon appel et j’ai pas du tout envie qu’une âme qui rôde vienne me titiller. Après, il faut pouvoir gérer si elle s’avère plus tenace et vicieuse que prévue, parce que bon… le bas astral est loin d’être rose.

2. Je demande à mes guides de ne surtout pas faire en sorte qu’un fantôme apparaisse au bout de mon lit la nuit – certes, alors maintenant, ils me demandent si j’accepte la communication ou non avec une âme qui souhaiterait parler (dans le meilleur des cas) Parler, à la limite, mais voir…NON. pourquoi ? Parce que ça me fait peur pardi !

3. Je ne fais pas ma maline avec les énergies sombres en faisant n’importe quoi sous prétexte que j’ai des affinités avec l’Ombre. Quand on ne sait pas, on ne fait pas. Ou on demande. Mais c’est vrai que j’ai la sale habitude d’essayer moi-même avant de demander, mais là, heureusement que j’ai mes guides qui m’accompagnent et veillent à ce que je ne me brûle pas mes ailes. mais bon… j’ai déjà du me brûler quelques plumes avec mes bêtises. Voyons le bon côté de la chose : c’est formateur, voyons le mauvais côté… et bien c’est formateur, mais tranchant !

 

Il existe différentes magies, mais faire usage de magie c’est avant tout une question d’instincts.

Les pratiques de certains ne sont pas fait pour d’autres, mais là, c’est comme tout dans la vie, tout est une question de ce qui rentre en résonance avec soi.

 

La Magie est dans le coeur de chacun.

Mais qu’est-ce que la magie ?

C’est à vous de méditer là-dessus.

 

Tiens d’ailleurs, je viens d’avoir un jeu de test pour connaitre la magie en nous… je vais aller la rajouter dans mon livre ! ohh comme c’est inspirant, je vais la faire cette méditation à la maison, je pense qu’elle m’enseignera des choses.

 

Bises

Enregistrer


Source: Magie 3

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × cinq =