Contacter son Âme

640x426_4355_Shiva_s_Crown_2d_fantasy_gold_shiva_crown_girl_woman_portrait_picture_image_digital_art
 

Bonjour à tous,

Ce soir, j’ai envie d’écrire un article sur ce thème car je sais que nombreux se posent la question de comment faire pour arriver à rentrer en contact avec son Âme.

En faite, il faut savoir que l’Âme, même si elle est dans une autre dimension, reste complètement accessible en permanence car elle vit par et pour Nous. C’est important de comprendre cela et ce que ça implique.

Notre Âme ne peut être coupée de nous, sauf pour les Êtres qui viennent sur Terre en tant qu’Esprit de la Source (par là j’entends, de différents clans spécifiques étant des Esprits à part entière qui n’ont pas besoin d’avoir une Âme)

En tant qu’Être incarnée, l’Âme est notre point de repère par rapport à la Volonté de la Source.

L’Âme est un pilier des Anges, j’entends dans ma tête.

– Un pilier des Anges ?… ah ? …. c’est bizarre comme manière de dire. Pourquoi un pilier des Anges ?

– “Ne dis-tu pas toi-même que c’est un repère pour retrouver la Source ?”

– hum… oui, mais pourquoi un pilier des Anges ?

– “N’est-ce pas joli ? un pilier des Anges ?” ….

– hum…. c’est bizarre Lauviah ! Je préfère l’appeler “intermédiaire pour parler avec les Anges ! LOL ! ”

– “Appelle là donc comme tu le souhaites, cela n’a aucune importance. Ce qui compte c’est que nul ne peut vous séparer de la Source. Elle vit en vous, à travers vous, elle est vous. Comprends-tu ?”

– hum… je comprends que je la sens qui m’accompagne et que je peux lui parler quand je veux. Et que quand je suis perdue, je sais qu’elle me parle d’une manière ou d’une autre. Souvent, je la repère quand c’est Elle qui s’adresse à moi. Pas toujours, mais souvent, enfin je crois. Je la sens très proche de moi. Je la sens toujours à l’écoute, à l’affut des moindres petites choses, même celles qui paraissent les plus insignifientes, elle capte tout.  Enfaite, tu vois, j’ai mis du temps à comprendre, mais pour l’entendre, il faut lui laisser un peu de place pour qu’elle puisse arriver à s’exprimer. Il faut arriver à lui offrir un espace d’expression pour qu’elle puisse se manifester.

– “Comment est ta peinture ? ” me demande Lauviah.

– Comment tu changes de sujet ! Grave ! Quelle question saugrenue….

– “…”

– Bon… ce n’est pas encore ça. Mais je crois que je flaire ma technique. Je crois que je commence à comprendre qu’il faut que je m’amuse avec la peinture en dessinant en pointant partout , avec les mains surtout, sans pinceaux. Les pinceaux c’est nul ! Ca n’en fout pas pourtout et tu ne peux pas barbouiller partout. Et je dois dire que bon, le résultat ne me plait pas encore, mais la technique me plait assez. En faite, je crois que j’ai passé presque un bon moment hormis mon exigeance de résultat “Beau”. Je crois que je flaire ma technique. Je sens que je dois continuer dans cette voix là, sans me prendre la tête avec la forme. Mais bon… je ne pense pas que les gens aimeront… les traits, comme je peins à la main sont pas super nets…. et puis bon… enfaite, je me rends compte que je ne sais pas trop ce que je peins ni où je vais…. Enfin, celle là se dessine, mais ça change radicalement de ce que j’avais fait en “net” en dessous en 1ères couches… bref…. pff…. est-ce qu’un jour j’en verrais le bout de mes galères de peinture ?…. Mon tableau est bizarre Lauviah… je ne l’aime pas trop. C’est trop chelou. Et ce qui m’agaçe le plus, c’est ce que je me suis quand même amusée un peu en le faisant…. rohhh rahhhh….. pfff….. *soupire* . Je ne sais plus quoi penser.

Tiens, je sens une autre énergie, je ne sais pas qui.

– “Reconnaitre la valeur des choses en toute chose n’est pas ton fort, mais tu apprendras avec le temps, tu apprendre à reconnaitre cette part en toi qui demande à être reconnue. Un jour, lorsque tu cesseras de vouloir paraitre au monde entier et quand tu accepteras tout simplement que ce que tu peins vient de toi. Tu ne comprends pas n’est-ce pas ? Tu ne comprends pas ce qui t’arrive et pourtant, il arrive ces jours où tu as envie de peindre. Ne disais-tu pas que tu aimais faire les choses que lorsque tu en ressentais l’envie comme ça tu étais sûr de ne pas de fondre dans une illusion ? Et bien accepte ce que tu fais dès lors tu le fais par envie, tout comme tu acceptes de faire les choses lorsque tu en ressens l’envie. Accepte ce qui nait de cette envie, ce qui prend forme grâce à elle. Ce qui compte n’est pas de l’arrêter dans une forme précise, d’autant plus que tu ne sais même pas ce que ton envie t’indique réellement. Et pourtant, tu le sais, dès lors que tu ressens l’envie, tu le sais pourtant que c’est un appel intérieur. Alors laisse faire les choses veux-tu et cesse de te battre inutilement. Tu perds ton temps surtout que tu sais que tu continueras à peindre d’autres toiles. N’en as-tu pas préparé une nouvelle en y préparant déjà sa 1ère couche de Gesso ? “

– Certes… bon… c’est pas faux. Ca m’agaçe quand même. Nan franchement… C’est moche. Rien à voir avec ce que je Vois.

– “Mais qui te dit que ces toiles veulent représenter ce que tu Vois ?”

– Baaaah….. une image représente bien quelque chose que l’on voit ? Sinon ce n’est pas une image.

– “Ne se pourrait-il pas que ce soit autre chose dont tu n’as pas idée et que tu ne pourrais percevoir ?”

– …. oui. Tiens…. pourquoi pas. Ce serait possible après tout. Mais alors, pourquoi je saurai le peindre ?

– “Tu te poses trop de questions. Lorsque tu auras fini ta toile, tu lui trouveras un joli nom.  N’aie pas peur de rajouter autant de couches que tu le souhaites. Tu verras bien où cela te mène. Oui, un joli nom, un nom que t’insuffle cette toile, d’accord ?”

– hum.. ok, mais je ne sais pas quand je la finirai.

– “Peu importe. Tu la finiras de toute manière. “

– ok.  Merci.

– “Et pour ton information, l’Âme est un appel intérieur que chacun reconnait et entend, mais encore vous faut-il apprendre à l’écouter. “

– ah ! Comme je fais ?

– ” Comme tu apprends à faire.”

– lol ! ok bon j’ai rien dit.

– “Nous t’aimons Petite. Passe une bonne soirée et oublie ce coup de fil. Il n’en vaut pas la peine. Tu t’es fait jolie, et tu es jolie. “

– Oui, merci… c’est vrai que je me suis fait jolie. Je sais être une belle femme dès lors que je l’assume je remarque.

– “Tu es une vraie Femme dès lors que tu l’acceptes. Nous t’aimons. Passe une bonne soirée.”

– Merci à toi. Merci à vous.

 

 


Source: Les Anges

7 Comments

  1. Bluebird

    Chère Camille, Oh…ça m’a touchée de lire tes derniers posts ! Touchée de te lire quand tu racontes ce que tu ressens à peindre avec les mains, et à lacher les pinceaux. ( Tu te souviens échanges qu’on a pu avoir sur le forum Ombre et Lumière à propos de la peinture ?). Je suis sure que tu vas peindre des merveilles, vraiment des merveilles, qui vont aider les gens et qui en plus te plairont:))) Je voudrais partager avec toi ce que j’ai appris et reçu de Marie Desaulles. (Elle est peintre professionnelle reconnue, et beaucoup plus que ça, elle a le don d’accompagner les autres dans la libération de leur propre créativité, du lâcher prise et de l’accueil de ce qui vient sur les toiles.Elle donne cela , comme les chamans partagent leur don de guérison. Et elle sait accompagner dans le voyage de laisser émerger le message sur la toile, comme dans une transe. Il y a des étapes, des pièges, des passages…Elle a toute une vie d’expérience de ce processus). Ce que j’ai vécu avec elle,ressemble à ton échange avec Lauviah. CE n’est que mon expérience, mais peut-être cela peut te parler aussi ? Parfois, on veut “dessiner” quelque chose sur la toile. Une vision qu’on a , une idée, besoin de beau, ou de telle couleur etc. Mais ça ne marche pas. Parce que ça n’est pas le bon canal, ou le bon “langage” ( je ne sais pas comment expliquer). La toile demande autre chose. Elle demande un état de réceptivité totale, ET d’émissivité en même temps, mais au service de la réceptivité. En gros, c’est se laisser guider par ce qui vient, en lachant le mental. Pour Marie, le secret c’est d’utiliser beaucoup d’eau avec l’acrylique. Faire appel à l’énergie de l’eau, prendre le temps. Faire des couches et de couches,laisser sécher. Ne pas avoir peur de l’aléatoire, du chaos temporaire, comme un accouchement…et à un moment, la toile se met à parler. Quelque chose de fort émerge. Quelque chose qui est plus puissant , plus profond, et souvent plus beau que ce qu’on aurait voulu dessiner à partir de la vision du mental. Et alors, là, c’est subtil.Pour moi, c’est le moment d'”accoucher” ce qui émerge, le préciser, le renforcer, suivre ce qu’il me dit…et parfois ça m’emmène ailleurs, ça se transforme…et je continue encore et encore…Et à un moment, il y a quelque chose qui se stabilise. Et je le sens… à ce moment là, je regrette souvent de ne pas avoir plus de technique pour donner encore plus de vie à ce qui est déja là. Mais avant, ce n’est pas la peine.Ce n’est pas la technique qui fait le tableau. Avant, c’est comme une danse, une exploration, une prière avec la toile…je suis juste là pour recevoir, entendre ce qui a besoin de se dire par l’expression de la peinture…Parfois ce qui a besoin de sortir vient de moi, de l’intérieur de moi. Et parfois, cela m’est arrivée, je sens que je suis juste traversée par quelque chose qui me dépasse 🙂 Seulement, moi, après, je ne sais pas comprendre, je ne sais pas quoi en faire. Et je ne sens pas forcément l’énergie qui émane ou non du tableau. Je prends juste un immense plaisir à me sentir traversée, habitée, par ce processus pendant que je peins. Et après, parfois, je suis come hypnotisée pendant plusieurs jours par le résultat. Comme si il me transformait à l’intérieur, au-delà du mental, juste à le regarder. (Et ça ne fait pas du tout ça si on sait à l’avance ce qu’on veut dessiner, si on aborde la toile avec un projet tout fait, qu’on lui impose sans la laisser s’exprime, elle, à travers l’eau , la patience, l’écoute, les couleurs.) Bon.Je me suis laissée emporter. Il y a surement d’autres façon de peindre. Mais vraiment, ce que j’ai vécu avec Marie Desaulles, ça fait tellement écho avec ce que tu écris 🙂 Bises Bluebird

    1. Spiritual Flower

      Coucou Lara, Ca me touche beaucoup ce que tu dis, j’aimerai tant y arriver, arriver à faire cette technique. J’avais vu des gens l’expliquer en videos sur youtube et ca me parlait beaucoup, mais je n’y arrive toujours pas. J’ai de gros blocages, je le sens, mais je vais essayer, petit à petit. J’ai tellement perd de gâcher du matériel pour rien, et qu’en plus pour faire du moche. Ma hantise. Ma frustration. Ton message m’aide beaucoup et me rappelle une nouvelle fois cette technique de lâcher prise. Je crois que je vais racheter du matériel, peut-être qu’avec l’huile, ce process est trop compliqué. Je vais essayer avec de la gouache et de l’acrylique diluée pour voir aussi ce que ça donne… Merci pour ce doux rappel qui me touche particulièrement. Bises

  2. Bluebird

    OUi, ! L’acrylique, c’est aussi bien que l’huile, c’est moins cher, tellement plus simple, et ça t’évite les solvants chimiques 😉 En diluant avec l’eau, et avec la patience, tu obtiens des superpositions de couches vraiment surprenantes. SI tu es intéressée, je peux te faire passer les propositions de stages de Marie Desaulles ? Elle est en Dordogne, près de Sarlat, et…je te promets que 3 jours de peinture en groupe , ça te fait faire des bons de géants ( elle prend aussi en individuel, pour un accompagnement à la carte, mais c’est surement plus cher). Tu peux aller chez elle si tu n’as jamais tenu un pinceau, aussi bien que si tu es peintre professionnel . Dans les deux cas, elle te permets de découvrir tes propres dons cachés en peinture. Je l’ai vu faire dans les deux cas 🙂 Bises et….je te souhaite de merveilleux moments de couleurs et de créativité ! Bluebird

  3. Cel

    Coucou Camille, J’espère que tu vas bien, ça fait un moment que je n’étais pas passée ici. Ton guide dit “l’Âme est un appel intérieur que chacun reconnait et entend, mais encore vous faut-il apprendre à l’écouter.” Justement, c’est un sujet qui me tracasse. Avant, je pouvais converser avec elle par écrit, maintenant, je ne peux plus. Ce sont des guides ou des entités qui viennent, et je suis incapable de les distinguer, ni de reconnaitre la voix de mon âme au milieu de tout ça… Comment est ce possible ? Je suis paumée… j’aurais pourtant bien besoin de sa guidance, lol… Bises à toi

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Cel, Tu aurais besoin de comprendre son langage intérieur pour savoir comment elle se manifeste à toi. Peut-être pourrais-tu commencer par lui écrire une lettre et lui laissez l’espace de te répondre. Une autre possibilité est de l’appeler avant de dormir et de lui demander de se manifester à ta conscience au travers des rêves. Parfois on croit que c’est l’Âme qui nous parle et à qui on croyait converser et puis au final, c’est nos guides qui nous soufflent des pistes. Le discernement est un apprentissage pas facile, qui demande du temps, et on fait souvent des erreurs parce qu’on commence à s’ouvrir, et à ressentir. Après aussi, en fonction de nos perceptions qui s’ouvrent, on n’a du mal à comprendre ce qui se passe. Il est tout à fait possible pour toi de mettre un petit rituel en place où tu feras comprendre que c’est à ton Âme seulement de se manifester à ce moment là. A toi de ressentir par quelle méthode il serait plus “simple” ou “accessible” pour elle de se manifester à toi. Si tu ne sais pas, demandes lui le soir avant de te coucher et laisses là t’aiguiller. Sois patiente. Elle t’entend. Bises

  4. Cel

    Coucou, Merci pour tes conseils Camille, je vais essayer 🙂 J’aime bien l’idée de la lettre ! Mon problème de tâtonner avec les ressentis et de ne pas savoir avec qui je parle, c’est que des entités en profitent pour me parasiter et me pomper de l’énergie. Et ça, je n’ai pas encore trouver comment m’en protéger efficacement. ça limite la liberté d’expérimentation ^^” Je t’envoie des fraises en pensées 🙂 Bises Cel

    1. Spiritual Flower

      Coucou Cel, Merci pour les fraises ! miam ! J’en manque cruellement en cette période ! J’espère que vous vous retrouverez sur le chemin 🙂 Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × un =