Les Enfants de Marie

summon_africa__s_spirit_by_ravaneli

 

Toujours en plein milieu de rêves à la noix, je devins lucide. Comme ça, sans crier gare. Dès que la magie scintilla devant moi, le rapatriement de ma conscience se fit de manière quasi instantanée.

Je partais dans des contrées reculées d’Asie profonde. Je rejoignais un ancien domaine d’entrainement en Chine, c’est ce qui me fit percuter, car je cherchais sur les plans qu’on m’avait mis sur les yeux à titre informatif, l’endroit exact où j’avais vécu il y a quelques années de ça. Et à priori, on demandait ma présence non loin de là.

Une fois le point de chute enclenché, mon corps lâcha le bout de papier et se mit en route. En quelques battements de cils, je balayais la zone et reconnaissait les lieux en volant. Pas la ville où j’avais été, mais cette campagne toute particulière et ses parcs réaménagés en zone de déchargements de matériaux de fer laissés à l’abandon. Nous pouvions y voir des anciens trains à vapeur, des vélos, des pousse-pousses et tout un tas de veilles ferrailles, rouillées par le temps et l’eau dans lequel tout trempait constamment comme si c’était un champ de rizière qui faisait pousser le fer…

Derrière la zone, se trouvait un temple. Un temple traditionnel avec des sessions d’entrainements. Arrivée à bon point, ma vitesse ralentit et je posai les pieds au sol. J’en étais maintenant certaine. J’étais déjà venue ici mais impossible de me souvenir quand. Tout me paraissait flou et lointain dans la tête.

Je vis une tornade de vent dans une allée et instinctivement mon corps s’y rapprocha. Elle m’attirait. J’avais envie de sauter dedans joyeusement. Une voix d’homme me dit par télépathie :

– “Tu travailles le Vent, voilà pourquoi.”

– Ah bah, je me disais aussi, dis-je en sautant à cœur joie au milieu de la tempête.

Voilà pourquoi l’Avatar était venu me voir, et Joshua… Bon en même temps… Je m’en doutais un peu… Et la tempête là, c’était peut-être Joshua qui était là.

Me retrouver dans les flux venteux fut plus que plaisant. Tout tournait en rond en montant et descendant, c’était comme être dans un manège sans siège ni moteur. Franchement, qui n’aimerait pas ça ! Toujours est-il que moi, j’étais à fond dedans. Je riais et pouffais comme une gamine. Le vent n’était ni violent ni méchant. Il me faisait tourner sur moins d’une dizaine de mètres de diamètre à une altitude assez basse, entre 20 et 50 mètres du sol. La tempête était gentille avec moi. Je pouvais le sentir. Elle ne me demandait rien, elle m’accueillait simplement.

Par une de mes simples intentions, une coulée de vent me fit redescendre bien sagement au sol. Il suffisait de le vouloir pour revenir au sol. Le manège idéal, je vous dis.

Lorsque je pris une allée pavée en pierres grises, un homme mûr vint à ma rencontre.

– “Que viens-tu faire parmi nous ?” me dit-il.

– Je viens pour m’entrainer !

– “Toi ? T’entrainer à quoi ?… Tu n’en aies pas capable. Tu devrais partir.”

– Mais si, regarde.

J’ouvris ma main, pauvre vers le ciel et avec un soupçon de force posée dans une intention claire, les flux venteux se manifestèrent sur ma main.

– “Je ne te crois pas, il n’y a rien là.”

– Rohh, Comment ça, tu ne vois rien ? C’est là, juste là ! Attends, je vais te montrer ce que ça fait d’une manière plus concrète. Tu te rendras mieux compte.

En renouvelant l’appel par mon intention mais en y mettant cette fois, un peu plus de force, le verre posée sur la corniche d’une vieille fenêtre vola jusqu’à nous. Le vent oscillait en dessous et c’était cela qui portait la matière jusqu’à nous.

– Tiens, regarde, tu vois le verre qui vole, là, quand même ! C’est flagrant là !

Il haussa les épaules et rechigna.

– ?… Quoi, ce n’est toujours pas suffisant pour te convaincre ?… Attends, tu vas voir, je vais te montrer autrement encore, pour que tu l’acceptes.

Il me regarda, encore septique faire un pas puis léviter dans les airs. Je pris une impulsion et m’éloigna suffisamment de lui pour ne pas mes flux le dérangent de trop mais tout en restant à une portée suffisante pour le garder en vue. J’ouvris mes bras en grand et invoquai le Vent. Il commença à me faire tourner comme si j’étais dans un mini tornade. En plein envol, j’interrogeais le grincheux.

– Bon, et ça ?…. Ca te va comme ça ? dis-je les cheveux et la tête brassée par une rotation en cours.

Il ne dit plus rien.

Ca doit lui suffire. Mais voyons un peu… Jusqu’où moi je peux aller, d’ailleurs ?… Jusqu’où va mon pouvoir ? L’invocation tirait dans mes ressources. Je n’aurais pas cru que cela me demande autant d’effort. Mais qu’importe. Je voulais voir la portée de mon lien avec cet Elément.

Je laissais exploser mon intention et me recentrai pour me placer en osmose avec le propre mouvement que j’invoquais. C’était beau et toujours aussi amusant, bien que je devais rester centrer pour garder mes flux en place. C’était moi qui contrôlait cette tornade, ce n’était pas comme tout à l’heure où je pouvais faire la maline.

La pression à l’intérieur avait la force d’une centrifugeuse sans pour autant me donner les haut-le-cœur . En levant la tête au ciel, toujours en tournant, je constatai qu’un cercle se formait en son centre à la naissance du ciel et des nuages. Plus ça allait, plus ma force invoquée rendait le cercle net.  Prise par ma curiosité maladive, mon corps commença à  être attiré et voulut s’en rapprocher. Plus je m’en rapprochais et plus le cercle se dessinait.

Un monde s’ouvrit de l’autre côté du cercle comme s’il était un miroir à travers lequel quelqu’un regardait. Un être se pencha dessus et des ailes étaient visibles. J’écarquillais les yeux.

– …? Un Ange ?… Ohh !! Un ange !! Juste là !!! … Putain qu’est-c’tu fais là !??… Mais… C’est… C’est… Marie !! Marie, c’est Toi !…. MA–RIE !!

Je tendis la main précipitamment vers Elle et accourus aussi vite que possible à travers ma tornade. Je n’avais juste qu’à passer le cercle et je serai avec Elle, de l’autre côté.

Tel un démarrage de fusée, mon corps partit comme un moteur à réaction. Lent à chauffer le temps que l’effet de propulsion se fasse. La remontée n’était pas aussi facile que je l’aurai cru à cause de ma propre force engagée dans la tornade.

Marie a des ailes ?… Qui est Marie, vraiment, au delà des mythes ?, pensais-je d’une voix effarée toujours en pleine montée de vitesse vers le cercle.

– Marie, j’arrive ! j’arrive !!

Je m’approchais d’Elle et de ce passage qui menait directement aux sphères d’évolutions angéliques. J’y étais presque, je tendais ma main désespéramment comme si chaque millimètre de mes ongles comptait. Puis la voix m’impacta moi et toute ma tornade.

– ” […] (m’appela-t-elle soudainement par un nom auquel je ne fis pas attention), Aide-moi à retrouver mes Enfants.”

– hein ?! Oh non putain… Pas ça… Pas ce mot de malheur… [le mot aide-moi] Marie, pourquoi tu me fais ça… Pas toi aussi, putain… 

– “Ils ne sont toujours pas remontés, me dit-elle d’une voix aimante en me regardant depuis son monde.  C’était prévu qu’ils reviennent mais je les attends toujours depuis. Ils ne devraient pas rester autant de Temps en Bas.

A peine pensais-je à combien, qu’elle renchaina aussitôt comme si elle voyait clair dans mes pensées.

– “Mes 8 Enfants. Le Sphinx Rouge, le Sphinx Bleu, le Sphinx d’Or, le Ch…”

Je fronçai les sourcils d’intrigue. Je ne m’attendais pas à ça… Je vis en double vision des êtres remonter vers les dimensions hautes car leur force est telle qu’elle en affecte les humains, et eux au passage. Je ressens des forces les utiliser pour asservir leurs objectifs. Hum… peut-être s’est-on servi d’eux… Peut-être ont-ils trop été affectés par notre monde et se sont perdus en chemin à cause des vibrations plus basses. Peut-être.

Je me rapprochais enfin du cercle tandis qu’elle s’en détournait.

– Marie, attends ! Ne pars pas ! Reste ! Il faut juste que… Je dois juste traverser … j’arrive Marie, Je viens à toi !!

Mon excitation tourna vite à la déception lorsqu’en arrivant comme une folie furie, je vis une main passer sur le cercle et lui se transformer en un reflet de miroir qui gela le passage, et dans lequel j’aperçus un bout de mon visage, les pores de ma peau avec une telle précision, qu’on aurait dit que j’étais dans ma salle de bain à me rapprocher du miroir pour checker la qualité de mes pores, et le reflet du ciel et des nuages d’en bas.

– Merde… Putain.. T’étais là, juste là… De l’autre côté… Pourquoi, pourquoi as-tu fermé le passage ?… J’y étais presque, j’étais là… à deux doigts…  et ça y est, t’es déjà repartie…

*soupire*

– Mais voilà, je suis humaine… Le voile de notre monde, comme si nous étions dans une bulle. Comme dans The Dome. Alors comme ça, je ne peux pas te rejoindre, hein… Tu me regardes depuis ton monde comme à travers une boule de cristal, comme La sorcière dans Blanche Neige et son miroir qui lui montre le monde. Et moi, je suis bloquée ici. A tous les coups à cause de cette foutue dimension de l’incarnation humaine…

Je soupirai en balayant la surface du cercle comme je caresserais l’eau puis d’un coup, Miroir à la con…  Je fus téléportée vers le sol, prête à atterrir doucement.

Un homme me rejoignit tandis que j’étais à moitié saoulée au vue de la tâche qu’il m’était impossible de refuser. Marie, comme les Anges, ne se manifestaient jamais pour rien. Et fallait toujours que ce genre de trucs tombent sur moi, ces corvées chelous que personne n’avait jamais entendues parler. Vous savez, ce genre de trucs tout aussi fous qu’improbables ?…

Mais Marie était là pour moi quand j’allais pas bien et que j’étais malade. Elle venait et m’enveloppait de belles énergies pour me soulager de mes horribles maux de ventre. Et puis.. Bon… Je me rappelle très bien avoir juré à la source il n’y a pas longtemps qu’en échange de ma petite vie pénard sur Terre sans gue-guerre, ni prise de tête, sans corvées relous et énergies pourris, sans fantômes à deux balles au bout de mon lit (surtout celui là),  des cookies (miam, surtout à minuit!), un véritable amour (*graouuu* ff* ff*) et des rires, je pouvais leurs rendre des petits services de temps en temps, s’ils avaient besoin d’un coup de main dans les bas mondes.

Et là, Pour une raison qui m’échappait totalement, elle ne pouvait pas atteindre ses “poussins”. Comment Marie ne pouvait-elle pas les atteindre ? Marie, quoi, les gars ? C’est pas censé être la “meuf”qui voit tout et qui est partout ?… Il n’y avait donc pas beaucoup de choix possibles. Soit ils étaient enfermés, coupés, bloqués ou alors, pris dans d’autres énergies, genre égo ? S’ils avaient passé du temps dans les dimensions basses, leurs énergies en étaient forcément affectées d’une manière ou d’une autre.

La descente dimensionnelle est délicate au niveau vibratoire et nous amène à revoir un certain nombre de prérogatives. La seule chose qui pourrait justifier que Marie me demande, ce serait parce qu’elle n’est pas dans ces dimensions plus basses et donc pas suffisamment d’ancrages dedans pour agir à sa guise. Je ne vois que ça comme raison qui pourrait justifier de faire appel à une âme ancrée dans la matière. Parce que les âmes qui sont “descendus” sont proches de ces dimensions et donc peuvent osciller plus aisément sur ce panel là. C’est plus dur pour les entités émanant des hautes sphères. Mais ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi avoir autant attendu ?… N’était-il pas possible de les faire rapatrier plus tôt ? Et où les a-t-elle sentis pour la dernière fois ?… Hum… C’est un peu gros c’te histoire, quand même… Mais j’aime bien les trucs foireux et chelous. Et puis, bon, j’ai déjà sondé tout l’univers pour retrouver l’autre zouave [X], ma petite flammette chérie, alors bon… je pourrais le refaire encore… pour Marie. Chouette, je vais refaire chier un tas d’entités !! Et ce coup-ci, j’pourrai dire “c’pas d’ma faute, c’est pas moi !! C’est Marie qui l’cherche ! T’es pas content, va te plaindre aux Anges !” Rah ouais…  ça promet tout ça !

– “Tu vas où comme ça ?”, m’interpella l’homme dès que je posai le deuxième pied au sol, ce qui me fit sortir de mes pensées.

– Ben… , faut que j’aille sonder les mondes. Marie veut que je retrouve ses Sphinx, et puis… Euh… Qui déjà ?…  Rah… Ca m’a saoulé alors je ne l’ai pas écoutée jusqu’au bout !  J’aurai dû !… Hum… Qui elle m’a dit ?…

– “Comment ça retrouver des Sphinx ?! Mais, tu entends ce que tu dis, là ?.. T’es complètement folle… C’est n’importe quoi”, s’écria-t-il en m’attrapant par le bras, m’empêchant ainsi de partir.

– Hé ho, lâche-moi, okay ?! (Je me dégageais de sa poigne). Si Marie est venue me voir, c’est qu’elle a besoin, c’est tout, c’est comme ça. Qu’est-ce que j’en sais, moi, de ses raisons ?!… Elle m’a demandé un service et elle ne vient jamais pour rien. Alors je ne vais pas refuser de l’aider ! (Je me retourne sur la dimension en regardant l’horizon tout en cherchant un fil dans ma conscience). Je n’ai pas une minute à perdre ici.  Je dois partir vite retrouver le Rouge. Ouais…. Je vais commencer par lui. Déjà que je ne sais même pas comment je vais faire pour y arriver alors si en plus on …

Je fis un pas et mon corps se mit à léviter. En jetant un dernier coup d’œil de côté sur lui en m’élançant sur les toits des petits temples du parc, je l’avertis.

– Maintenant… Soit tu m’aides et tu m’accompagnes pour aider Marie, soit tu m’laisses partir, et tu dégages hors de ma vue.  J’ai horreur qu’on me mette des bâtons dans les roues quand j’ai un objectif précis en tête, lançai-je d’un ton noir avec un combat en image télépathique qui le figea sur place.

– “Ok o-… -tends… Attends, je…. veux.. “ criait-il alors que je commençais déjà à m’élancer dans les airs.

 

Je me réveillai en le voyant tendre la main vers moi. Peut-être avait-il changé d’avis et voulait-il m’accompagner. Et peut-être avais-je accepté.

 

Enregistrer

6 Comments

  1. alexandre

    Bonsoir camille,

    Je te souhaite une belle reussite dans ta quête.Apres tout, marie merite bien ca, elle est toujours la pour nous.Et puis, je ressens que cette quête t apprendra certaines choses(mes guides me parlent de l’avenir du monde). La figure du sphinx represente le gardien du tresor ou de l ‘initiation. Ton article m a fait pensé a un episode de la série kung fu avec david caradine lol Courage, petit scarabée, le plus important n’est pas le but mais le chemin que l’on parcourt. Bises

  2. Emilie

    Bonjour Camille,

    J’ai parcouru ton blog que je n’avais jamais eu la curiosité d’explorer alors que je suis une fan des rêves (bref passons).

    J’adore les symbolismes qui ressortent dans les tiens. Pour moi, Marie est une mère divine intérieure, qui exprime l’énergie christique en nous et ses 8 enfants …

    Je me suis dis que c’est elle qui avait une partie des réponses que tu cherchais et que ton Joshua était forcément relié à elle. Comment ils s’appellent déjà les 3 frères qui pouvaient te mettre sur la piste ?

    Tes inspirations sont très inspirantes et j’aime beaucoup ton site.

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Emilie,

      Bienvenue sur mon blog, j’espère que tu passeras un bon moment ici 😉

      Tu me fais interroger sur le terme de mère divine. Pour moi, ce terme ne veut rien dire, énergétiquement parlant. Mais je comprends l’image que cela reflète et je vois à peu près les ficelles que les gens tirent pour en venir à cet archétype. J’avais lu aussi quelques livres sur les mères divines, sans jamais y adhérer. Cela dit, l’organisation et la structure au sein de la hiérarchie du tout n’en reste pas moins intéressante à parcourir selon les visions des uns et autres. Moi-même, cela m’intrigue pas mal.

      Bises

  3. Emilie

    Bonjour Camille,

    Merci de ton accueil;

    Je n’ai jamais rien lu à propos des mères divines et je vois le sens restrictif qu’on  peut lui donner : les femmes sacrées qui sont soit vierge, soit mère ; le top du top étant une vierge mère.

    Que la femme puisse recevoir l’Esprit qui apporte la Grâce, cela me parle plus …  “Marie pleine de grâce” – pleine comme une femme qui porte son enfant comme elle porte son mystère au fil des 4 saisons de sa vie (ciel un archétype !).

    Bonne journée

     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 2 =