Service administratif des âmes

Service administratif des âmes

 

Je suis lucide. Ca tombe bien. La nuit dernière m’est restée en travers de la gorge. L’endroit est sombre, mais qu’importe. J’m’en fous. Ils vont tous bien m’entendre. Vous allez voir comment je vais râler sévère…

Les mains en forme de prière et les yeux brûlants dirigés vers le haut, j’hurlais à tue tête.

– Je demande à la source de me rendre ce qu’on m’a volé. Rendez-moi mes mots !… Je veux voir (X), Où est-il ?! Et mes guides ?? Je veux les voir maintenant ! Qu’on m’amène à mes Guides !

Une pièce de salon apparut de manière tout à fait fluide. Deux, trois personnes semblaient occupés, tandis qu’un autre reste planté là à me regarder. Il avait une allure de jeune beau garçon à l’italienne, les cheveux noirs et ondulé, le visage au bronzé et le regard strict mais pas fermé. Bon, au moins, mes guides sont là…

– Je veux voir (X), que je lui balance sans attendre. J’en ai marre, on m’a piqué mes mots la fois dernière, fais chier, merde !

– “Il est juste ici, attends quelques minutes, il termine quelque chose.”.

Réconfortée à l’idée de savoir que (X) se trouvait au même endroit que moi, je profitais de cet instant de calme pour poser d’autres questions.

– Et eux, (j’ hochais la tête vers les hommes surmenés qui semblaient gérer des dossiers importants), je sens la présence des 4 Dragons noirs, ce sont Eux n’est-ce pas ?

– “Hum… Et si c’était le cas ?”

– Bah, je me demande bien d’ailleurs quel est la nature de mon lien avec eux quatre et pourquoi ils ont choisi de m’accompagner.

– “Si tu le veux, je peux fouiner et de t’avoir la réponse, si c’est ça que tu veux.”

– Hum. Oui, pourquoi, si tu peux, j’aimerais bien. Ah, tiens au fait, c’est marrant, depuis plus d’une semaine, je sens la présence de Marie tout autour de moi, c’est bizarre non ?! Marie, quand même ! Elle est tout le temps avec moi !

Il soupira. C’était sûrement une question bête ou futile.

– “Marie, c’est surtout la Santé, le Bien-être. Tu ne te rappelles pas comment tu sombrais la semaine dernière ? Avec les douleurs de tout ton système digestif, de ton estomac jusqu’en bas du ventre, les intestins et le côlon ?! (il retraçait sur son corps, le trajet de mes douleurs).  Elle t’a prise en charge, c’est tout. 

– Ahhh…. Cool….

A vrai dire, je n’avais pas réalisé à quel point je sombrais la semaine dernière, peut-être justement parce qu’elle m’avait bien récupéré et dégagée de la merde dans laquelle je tombais. Perdue dans mes pensées, je scrutais ce jeune homme. Il était beau ce garçon, et vraiment très serviable comme guide… Il ne bronchait pas et répondait du tac au tac.

– Et toi, au fait, qui es-tu ? Quelle est la nature de tes énergies ? Je n’arrive pas à te lire.

– “Allons ! Voyons … Enfin !! Fais un effort… Comment ça tu ne sais pas me détecter ? Bien sûr que tu en es capable.”

Je plissais les yeux, essayais à nouveau. Ses yeux ont commencé à se métamorphosé en yeux de reptile.

– “Ts ts ts…. (sa langue de serpent sortit de sa bouche) Allons allons, bien sûr que tu sais ce que je suis… “

– Ah !! Tu as des énergies Serpent ?! je lui balançai, méga surprise.

Il eut un sourire vicieux.

– “Alors, tsss… Tu vois quand tu veux.”

– Et comment tu t’appelles ?

– Je m’appelle Jofa (prononcé Tchofa).

Je tendis la main vers son image, penchant la tête affectueusement de côté. Il se recula d’un coup en m’attrapant le bras.

– … Je n’ai pas d’Amour pour toi, pas ce genre d’Amour comme Lui a pour Toi. La raison pour laquelle je suis ici, c’est parce que c’est Toi qui a besoin de moi. En fait, c’est plus toi qui a besoin de moi que l’inverse. Tu comprends ?

Certes, j’aurai aimé qu’il ait aussi besoin de moi, que notre échange soit mutuel, mais après tout, certains n’avaient et n’auraient jamais besoin de moi. Par contre, la Source m’envoyait ceux qui seraient capable de m’assurer une aide non négligeable sur ma route. Peu importe donc, j’avais encore le droit d’aimer qui je voulais. Et son caractère sec et vif n’empêchait pas ses yeux de me dire combien il était droit et au service avec moi. Rien que pour ça, il méritait mon amour et ma considération.

Je souris, retendis la main et pris sa joue dans ma paume, la caressant avec beaucoup de tendresse.

– Hum… Ca m’est égal que tu ne m’aimes pas. Moi si. Je sais que tu es Bon. Je le vois en toi, je le sens en Toi. Tu as un bon coeur.

Ses paupières s’agitèrent d’à peine un millimètre, mais il n’argumenta pas plus. Peut-être me trouvait-il stupide, insouciante, ou gamine tout simplement. Je me fichais qu’il n’éprouvait pas d’Amour pour moi. Il était là déjà. C’était suffisant non ? Ma manière de le remercier sera de l’aimer avec ma douceur habituelle, mes câlins et mes sourires tendres, comme je le faisais avec le reste de mes guides.

Je finis par m’impatienter.

– “Le voilà, il vient te voir”, me souffla-t-on.

Je bondis de ma chaise et courus changer de pièce.

– Où ça ? (X) T’es oùuuu ?

– Là, juste devant Toi, me répondit-il.

– …

J’ai levé la tête en scrutant l’homme qui s’était arrêté devant moi. Merde, c’est qui Lui ?

– (X) ?…

– “Oui, je suis là Camille.”

– …

Putain, c’est qui Lui ? Je suis dans la merde…

– Je ne te reconnais pas… Bordel… T’es qui ? 

– “(X), c’est moi. Je suis là, en face de toi.”

Aucune de ses énergies ne m’était familière, sans parler de son apparence encore différente dans ce monde, mais ce n’était pas ça qui me dérangeait le plus. Ses yeux, son regard, rien n’était comme la fois dernière où je l’avais pourtant reconnu en un millième de seconde.

– Nan !! C’est pas possible, c’est pas possible… Pourquoi je ne te reconnais pas ? Vous jouez avec moi, c’est ça ?… C’est une blague ? Vous me testez ?…

– Camille…

Il pointa son doigt sur mon ventre et fit un geste particulier, et lourd de sens.

J’étais effarée, scandalisée.

– Nan putain, c’est pas possible… C’est pas possible…. !  Fais chier, si c’est vraiment toi, Pourquoi je suis incapable de te reconnaitre ?… Non non non ! NON ! Ca va pas ! Ca Va PAS !! Ce-n’est-pas-possible !

Sans attendre une quelconque explication, j’ai repoussé son bras, et sauté en avant, lévité et changé de dimension par la pensée tout en râlant à tue tête.

–  Ils se foutent de ma gueule, ce n’est pas possible… Tu vas voir comment je vais te retrouver… Ce n’était pas toi, ce n’était pas Lui, c’est la 2ème fois que je ne le reconnais pas, pourquoi ? Pourquoi ??

 

Exaspérée, mon corps me téléporta dans une dimension annexée à la ville de New York, au niveau de leur magnifique et “famous” Bridge. Aussitôt arrivée là-bas, je suis abordée par le transfert dimensionnel et intégrée à leur univers aux tons rose, violet et bleu prusse. Je découvris avec amusement un énorme bâtiment réservé à la gestion des âmes incarnés.

– T-t-t… Tu vas voir comment je vais t’trouver… je ricanais en jubilant d’avance.

La bâtisse faisait penser à la logistique d’un FBI énergétique, un peu, pour le côté chasse-et-pêche, et surtout, il tournait comme un ministère des affaires liées à tout ce qui touche de près ou de loin aux âmes en lien avec la Terre. Chaque étage avait un objectif particulier. Tombée dans un étage supérieur, au 6ème, avec un mec pour m’accueillir gentiment, tout me semblait glauque ici, et surtout, dépourvu de sens. Mais quelle vue sur la ville et le pont…!  Le vide de cet étage  pesait lourd dans ma conscience, ce goût de solitude bien ancré. Mais au-delà de ça, j’étais surexcitée de commencer la traque proprement parlé.

La présence semblait roder dans le fond, à peine formée, juste histoire de dire que je n’étais pas seule et en free style ici.

– Je viens pour trouver (X).

– Il faut aller au RDC. C’est là, l’administration.

Je ne sais pas si j’ai entendu une voix dans ma tête, ou si j’ai vu les lèvres bouger du type qui se trouver dans la pièce dénué de tout meuble.

– Bien.

Une pensée et Hop, je sautai en arrière pour atteindre le couloir et traversai les sols en laissant mon corps prendre la relève. Un simple objectif imprimé d’intention servait de combustion.

Le Ting d’un ascenseur à ma gauche  me fit réaliser que j’avais atterri au bon endroit. 4 ascenseurs étaient en réalité alignés, et tournaient à plein régime, tandis qu’à ma droite, grouillaient de mecs installés sur un open floor en effervescence. Chaque pôle gérait un type d’âmes en particulier. Tout était classé et rigoureusement maintenu en ordre. Les mecs étaient aussi bruyants et vivants qu’en salle des marchés. Ici, ça ne rigolait pas, tout le monde avait un rôle précis. Je zieutais vite fait les pancartes indicatives retombants des faux plafonds et me dirigeais vers les bons desks, quelque part dans le brouhaha de droite.

La majorité des bureaux ne faisaient pas plus d’un mètre de longueur, à l’américaine quoi. Certains placés par pôle de 4, et d’autres en rangées. Il fallait que je trouve la personne qui saurait me rendre un petit service… En tout cas, j’étais dans l’endroit rêvé. (X) était forcément dans les tuyaux de l’administration. Donc, ici, se trouvait sa trace.

Je me pinçais les lèvres. Je devais bien choisir. Il était crucial que je trouve le mec qui pourrait m’aider. J’ai sondé autant que j’ai pu, tous les administrateurs défilant sous mes yeux, et ce type, là, aux airs sympatique, ouvert, convivial et généreux m’a donné envie. En le voyant prendre son job à coeur avec une douceur palpable, la décision fut très vite assimilée.

– Ce sera lui !!

D’un pas vif, me voilà à quelques centimètres de son bras, à le dévisager d’un air suppliant.

– “Bonjour, que faites-vous ici ? Vous ne devriez pas être là normalement…” 

– Mais justement, j’ai un service à vous demander, c’est pour ça que je suis venue ici.

Il répondit par une jolie moue toute mignonne, un peu embarrassé, pesant les pours et les contres.

– “Je ne sais pas si j’ai le droit de vous aider.”

– Voilà ce que je vous propose : Vous me rendez un service, et je vous jure que je vous le revaudrai un jour. Je vous le garantis.

Bien décidé à le faire plier, ma tête se rapprocha au plus près de la sienne avec ma main sur son torse, le suppliant avec mes gros yeux de chatons et mes lèvres de petite moue impuissante au possible. Sa chaise glissa sous notre poids et le recul de mon avancée.

– S’il vous plait… Je vous jure, je suis quelqu’un de particulièrement fidèle et loyale avec tout ceux que je côtoie… J’ai vraiment besoin d’aide et je le sens que vous êtes la bonne personne. Vous pouvez m’aider…

Il céda sans broncher, et avec en prime, un sourire sincère et doux. Je savais que je ne l’avais pas choisi pour rien. Son tempérament ressemblait étrangement à mon premier mec, joueur, aimant les défis, sportif et le coeur sur le main avec un caractère efficace et entreprenant.

– Merci… Croyez-moi, vous ne le regrettez pas. Je vous promets que je vous le revaudrai d’une manière ou d’une autre.

– “Bon, Ok, on y va… Vous avez besoin de quoi ? Vous cherchez quoi au juste ?”

– (X), il faut me trouver sa localisation. Je galère partout pour le trouver.

Il réagit au quart de tour, pianota sur son ordinateur tel un geek passionné, dévolu comme personne, et s’exclama 10 secondes plus tard, les sons des touches s’arrêtant d’un coup net.

– “Le voilà !! C’est bon je l’ai !! On va lancer le sort immédiatement.”

On bascula dans un petit bijou de pièce technologique, une zone ronde, fermée, et dans laquelle, on balancait tous les sorts nécessaires à distance. La pièce était concue pour maintenir la magie et faire en sorte qu’elle ne s’impacte pas sur la dimension présente. Nous avions une sphère d’environ 5 mètres de diamètre spécialement adaptés au bouleversement énergétique de toutes sortes. Nous nous trouvions au dessus, sur un recul en forme de demi-cercle servant de passerelle et bénéficiant d’une barrière énergétique invisible. De là, nous pouvions tout aussi bien ordonner que lancer manuellement les manipulations énergétiques. 

La magie était activée par les prérogatives offertes par le job. Quelques clics suivis de la volonté de l’exécuteur de manoeuvre, et Hop ! le sort sombre était jeté sur une plaque contenant le nom de (X) qui avait été placé sagement au centre.

La magie sombre peut être belle, je le reconnais.… Les flux fonçaient à une vitesse fulgurantes, comme des pics saillants noirs émergeant de toute part et fonçant droit sur le nom, telle une furie fonçant sur sa proie.

– “C’est bon, on va l’avoir !! ….. Mais Euhh !! Qu’est-ce qu’il se passe ??!!!”

Les pics luttèrent, s’électrisèrent puis fusionnèrent en une grosse boule noire stagnante.

– Et oui… Vous pensez franchement que j’aurais eu besoin de vous ,si cela était aussi simple que ça ?! Je lui balançais d’un air sarcastique. Il va falloir bien plus que ça pour le choper, c’lui-là ! C’est pas pour rien que je viens vous voir pour vous demander un coup d’main !!

Rien n’était simple avec Lui. Je parcourais les mondes depuis plusieurs années, alors bon, il n’allait pas craquer sous un “petit sort de détection”. Pour lui, il fallait l’artillerie lourde ! Le mec ne s’était tout simplement pas rendu compte de la complexité de ma demande. En général, je ne demande pas de l’aide pour rien ou un truc bateau. Qu’importe, il s’était engagé à m’aider, il ne reviendra pas sur ses mots juste parce que la procédure-type n’a pas fonctionné. Je savais qu’il prendrait mon problème comme une énigme qui pimenterait son job.

La boule noire continua de vibrer puis se transforma en recyclant la magie sombre, la retournant taillées en deux très jolis coeurs noires, couleur chocolat, de la forme de deux gros gâteaux jonchant le sol, incluant la signature “LOVE LOVE My Chocolate ” alignée dans ma direction.

Le gentil garçon, surpris et tout penaud, me regarda, impuissant et consterné de voir que le sort n’avait, non seulement pas marché, mais qu’en plus, il en avait résulté une petite dédicace personnalisée avec le retour à l’envoyeur.

En voyant ça, j’explosai de rire. Ce petit con se fout de ma gueule, j’hallucine !! Il me nargue !! Et avec du chocolat, EN PLUS !! 

– Hahaha Moi aussi je t’aime mon Amour ! Et je vois que tu sais combien j’aime le chocolat !  Hahaha ! …. Mais Merdeuuuh  !! (X) tu m’as cramé !! ….  Tu m’énerves !! Tu m’ENERVES !!! … Mais Heennn, t’es-trop-mignôôônnnnn avec moi ! Même à distance, tu me traites avec douceur et amour… !

J’ai ri tellement fort que ça m’a fait rebasculé dans mon lit. 

– Roh !!! Merdeuuuh !! Hey, dis, pourquoi tu ne viens pas m’donner ces ptits coeurs en chocolat en vrai, au lieu de me narguer amoureusement à distance ?! Dis, mon Amour, est-ce que tu réalises combien tu me rends dingue ?

*Gros yeux de chatons*

 

 

 

 

 

 


Source: Rencontres d’entités 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-sept − 12 =