Vivre et comprendre un rêve lucide

1643062-bigthumbnail

Bonjour à tous,

Je suis contente, depuis mes derniers avertissements, je n’ai pas subi une seule attaque. C’est dans ces moments-là où je me dis que quand même, j’ai beau me plaindre, j’ai une excellente prise en charge de mes guides… Et je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde. Je râle tellement sur mon blog que je pense qu’il est tout aussi important pour moi de dire les choses quand elles se passent bien, et conformément à mes attentes.

J’aimerai revenir sur le commentaire de Saryak qui m’a touché. Mes guides et mes anges gardiens ne m’imposent jamais rien, sauf quand ils estiment que certaines choses suivent un objectif plus grand que la volonté de mon égo et encore, je les soupçonne de filouter pour éviter de faire trop réagir mon égo. Même si nous avons notre volonté propre, il y a aussi la volonté de l’âme. Nous avons nos objectifs humains, mais aussi divins. Et nous venons sur terre avec un objectif prédéfini, que l’on en soit conscient ou non. Aussi, on peut dire qu’on travaille dans l’ombre de nous-même à la réalisation d’un schéma plus grand.

De toutes mes rencontres en direct avec mes guides, ces 15 dernières années, ils ne m’ont jamais soumise à quoi que ce soit. Ils m’ont ouvert des portes, et m’ont laissé le choix de la passer, ils m’ont proposé des choses et m’ont laissé choisir. Ils m’ont averti de certains achats, mais m’ont laissé acheter. Le plus souvent, ils tentent de limiter la casse parce que je suis une vraie brutus dans l’astral, et un peu moins dans la vraie vie. J’ai appris à être plus douce envers moi avec les années. Mais dans l’astral, c’est une autre paire de manches… Cela dit, comme je l’ai déjà expliqué, l’astral et les taux vibratoires particuliers font que les couches sont très maigres, et parfois, même très souvent, je ne peux que difficilement contenir mon personnalité. Et pourtant, croyez-moi quand je vous dis que je travaille dessus depuis des années. Alors disons que j’ai appris à l’accepter. Et si je l’accepte, je ne vois pas pourquoi mes guides ne l’accepteraient pas tout autant.

Je n’ai pas un tempérament patient à la base. Je suis expéditive et assez extrême. Je prends des décisions impulsives et la plupart du temps sur des coups de tête qui sont réfléchis en quelques secondes mais que j’assume, parce que sur le moment, ça me parait être juste. Alors je me fis à mon jugement, et vais au bout.

Dans l’astral, il ne faut pas oublier qu’il y a plusieurs codes à prendre en considération. Le langage humain, et le code divin. Le problème, c’est que mes voyages et mes échanges avec mes guides s’ajustent automatiquement à mon propre système de pensées, pour que je puisse l’interpréter et le comprendre. Et c’est là que la compréhension est délicate, parce que moi-même, je ne comprends pas tout. Il ne faut pas oublier que le vocabulaire est choisi par mes guides pour véhiculer une idée pour pourra être compréhensible par mon mental. Aussi, l’idée peut être une métaphore, un concept pour parler d’un ensemble. Comme par exemple, lorsqu’hier, il était question de “tuer”.

Tuer, n’est pas ici à prendre au sens propre du terme. C’est une image amenée à nous faire prendre conscience qu’une part devra mourir. Tout comme pour construire dans la vie, nous avons besoin de casser l’ancien, il en va de même dans l’émotionnel ou le physique. Prenons le cas par exemple d’un os qu’on casse exprès pour qu’il se recolle correctement en chirurgie. Souvent, nous prenons les choses à vif parce que notre émotionnel rattache des mémoires aux mots, ce qui atteint notre affect. Voilà aussi pourquoi la plupart du temps, je m’enflamme aisément dans l’astral, parce que ce que je vois ou j’entends touche mon affect et vient faire réagir ma personnalité. Au final, est-ce que je comprends tous les tenants et aboutissants de la situation rencontrée ? Non. Mais je la vis en tant qu’humain qui essaie de faire avec.

La vérité, c’est que nous croyons tout savoir parce que nous pensons avoir acquis suffisamment d’expériences pour avoir la lucidité de tout comprendre,  alors qu’au final nous ne savons rien ou très peu de choses, car beaucoup nous dépasse totalement. Si je me fais vraiment chier pour m’ajuster à mes guides et à les voir en direct, il faut savoir qu’eux aussi se font chier pour s’ajuster à mon taux vibratoire pour permettre la rencontre. Alors, tout est ajusté, pour moi. Pour me permettre de comprendre un minimum et de vive la rencontre. Je m’en suis rendue compte lorsque je passais dans l’astral et que parfois, souvent, il m’arrive d’avoir des éclairs de lucidité et puis HOP ! Plus rien au réveil. L’accès avait été de nouveau refermé. Tout s’ajuste et s’adapte en fonction du message qui a besoin d’être véhiculé sur le moment, qui a besoin d’être transmis.

Nous en tant qu’humain, essayons de poser des mots sur des choses qui nous dépassent. C’est bien en soi, mais que vivons nous vraiment de l’au-delà et des forces qui nous animent ? Tout et très peu en même temps. Moi-même, je m’en rends compte.

J’ai appris avec les expériences à ne pas juger trop à la hâte, parce que plusieurs fois, je me suis fait violemment avoir sur des termes ou des situations que j’avais mal comprises. Voilà aussi pourquoi, je vous retransmets les choses telles quelles, exactement comme moi je les vécue. Après, je ne vous explique pas forcément les petits détails ou mon raisonnement lors de telles ou telles situations, certes, je pourrais, mais n’est-il pas “amusant” de voir la manière dont chacun vit et perçoit différemment ?

Malgré tout, je pense que vous l’aurez compris, je n’ai pas une relation banale avec mes guides. Je ne vis pas dans un monde à la oui-oui avec eux. Je vis des choses qui sortent de l’ordinaire et de ce qu’on peut lire à droite à gauche. Et malgré le fait que je les vive de plein fouet, je garde à l’esprit que beaucoup de choses m’échappent aussi. Comme la notion de “tuer”, de “mourir” et de “combat” dans l’astral. J’ai beau avoir vécu certaines expériences vraiment troublantes, ces notions m’échappent parce que je ne comprends pas encore la notion de diversités vibratoires au sein des mondes et les différentes couches énergétiques que cela affecte.

Tout comme le jour où j’ai découvert que je pouvais atteindre des univers en distorsions. Cela implique beaucoup de choses sur la façon dont le monde se construit et s’imbrique, autant sur l’échelle des mondes en évolution que sur la notion de temps et d’espace. Mon esprit est très scientifique et cartésien quand je voyage, et je prends note de tout cela en même temps. Maintenant, si nous rajoutons la notion de mort, de tuer, ou de naitre, regardons le problème sous un autre angle. De quel monde s’agit-il ? De quel corps s’agit-il ? Rien que ces deux pauvres petites questions ébranlent tout le jugement de l’égo et mettent un gros point d’interrogation en plein milieu de notre cerveau.

Voilà pourquoi je ne décris pas mon raisonnement lors de mes expériences. Parce que j’essaie de garder l’esprit ouvert pour la suite des évènements. Et surtout, pour éviter d’avoir mon mental qui s’ébranle à la prochaine découverte qui cassera à nouveau tous mes schémas, une fois de plus. Mais bon,  j’ai déjà arrêté de compter le nombre de fois où j’ai du revoir toutes mes conceptions du monde…

 

Bises

7 Comments

  1. Cel

    Coucou Camille,

    Je te lis et un morceau me saute aux yeux :

    “Même si nous avons notre volonté propre, il y a aussi la volonté de l’âme. Nous avons nos objectifs humains, mais aussi divins. Et nous venons sur terre avec un objectif prédéfini, que l’on en soit conscient ou non. ”

    Je sens que mon âme s’est incarné avec un objectif prédéfini, et qu’il y a un appel de sa part à aller vers ça. Un appel plus fort que celui de ma volonté propre. Le problème c’est que cet appel reste absolument vague, sans direction. Et j’ai beau cherché et demandé, je reste dans un flou absolu… On dirait que ça fait partie du process, mais du coup, il est impossible pour moi de mettre en place une volonté même égotique… J’ai l’impression que tout ce que je peux faire est de me laisser balloter. De corriger la barre quand mon âme me crie que cela ne va pas, mais sans me dire quoi faire à la place…

    Je me demandais si tu avais déjà écrit sur ce sujet ? Où si tu as une section qui se réfère à cette problématique ? Je me vois incapable de continuer mon travail, et je me retrouve face au vide.

    Bises

    1. Spiritual Flower

      Coucou Cam,
      Je n’ai pas d’article ou de page proprement définie sur ce sujet. Je m’en occupe ce soir ou demain.
      Mes guides me poussent à faire des pages et à les mettre sur mon blog, alors franchement, tu tombes à pic. Ca va m’obliger à bosser.

      Bises

  2. Cel

    Coucou Camille,

    C’est génial, merci beaucoup d’écrire sur le sujet !  🙂

    J’ai hâte de lire ça, je vais de ce pas sur ta page, et je te posterais un comm’ si jamais j’ai des questions.

    Je trouve que tu as déjà pas mal étoffé ton site, il y a plein de pages que je n’ai jamais lu. J’ai notamment beaucoup aimé celle sur le mal être au travail. Cela m’a conforté dans la décision que j’ai prise de demander une rupture conventionnelle. Je quitte mon travail, pour essayer de suivre la voie de mon coeur, même si j’ai du mal à la comprendre…

    Beaucoup de noeuds remontent pour moi en ce moment. C’est fou le nombre de sujets simultanés sur lesquels on peut être bloqués à la fois, lol ! Si tu as envie d’autres sujets d’inspiration, je peux t’en citer quelques uns : dealer avec une grosse blessure issue d’une vie antérieure (comment on fait quand on ne comprend pas quoi et d’où ?), et plus généralement, comment guérir la femme blessée en soi ?

    J’ai jeté un coup d’oeil, mais je ne crois pas avoir vu une section liée au féminin. C’est un sujet fort délicat je trouve, et je ne suis pas sûre qu’il te plaise, lol. Comment toi tu as fait pour te réconcilier avec ton féminin ? Je suis tombée par hasard sur un de tes vieux articles où tu évoquais justement le fait d’avoir du mal avec les autres femmes, par exemple.

    Bises

  3. Cel

    Recoucou,

    Je pensais te laisser un commentaire sur la page, mais en fait il n’y a pas de section commentaire, alors je reviens par ici.

    Merci pour cette page sur le sujet 🙂

    Évidemment, ce n’est pas ce que mon égo a envie de lire, lol ! En effet, il voit rouge et ressent ce flou plus qu’artistique comme une perte de temps. Une perte de temps pour mener à bien ce que je suis censée faire. Mais quoi ? Pff, aucune idée. Je finis par penser que ce n’est qu’une illusion de l’égo.

    Mais peut être que cette illusion est une forme de protection pour ne pas lâcher le fil. Car des fois, j’ai le sentiment de tellement en baver que je me dis à quoi bon ? Si je n’ai rien à faire de spécifique ici, autant que ce rien se fasse dans une autre vie sans mon moi “personnalité” égo. Si je n’ai aucune utilité, alors ciao.

     

    “Si j’avais un conseils à vous donner pour vous aider à retrouver le fil de votre raison de vivre et à vous sentir dessus, serait de suivre vos envies. C’est tout. Ne vous prenez pas la tête avec le reste.

    Nan franchement, ça change rien. Ca fait que mettre un mot sur l’ensemble, mais ça ne change pas qui vous êtes et ce que vous aimez, ni les choses auxquelles vous aspirez.”

    Merci pour ce conseil. En fait, je me rends compte que ce problème là, celui de ne pas savoir quel est l’objectif de mon âme et où vers aller, se réfère à un autre problème plus profond. Celui de ne pas avoir d’envie, ni d’aspiration. Comme un blocage de mes énergies créatrices, et hop on retombe sur cette foutue brûlure en lien avec ma féminité d’une vie antérieure… Merci pour la prise de conscience….

    Bises,

    PS : je n’ai pas trop compris l’image de l’arbre et du tronc

    1. Spiritual Flower

      Coucou ma belle,

      Oups, j’avais oublié de cocher l’activation des Coms sur l’autre page. Je viens de le faire, je vais t’y répondre dessus (j’ai doublé ton dernier commentaire sur le sujet)

      Pour te répondre concernant le sujet du féminin, en réalité, la solution n’est pas si compliquée que ça. Elle prend juste du temps.

      Il faut pardonner et réapprendre à s’aimer telle que l’on est, réapprendre à découvrir la femme que l’on incarne et à l’accepter avec ses failles et ses défauts. Apprendre à être en paix avec elle.  Le reste suit bien souvent.

      En effet, j’ai toujours eu beaucoup de mal avec les femmes, mais depuis que je travaille sur moi et sur mes propres failles, mes rapports changent et s’adoucissent avec le temps.

      Le problème n’était pas les autres, mais moi, le fait que je n’arrivais pas à me sentir femme, et que je ne me reconnaissais pas dans ces femmes qui m’entouraient, et qu’en plus, je ne les aimais pas.

      L’Amour permet de guérir.

      Mais il faut lui laisser le temps d’agir et de mettre un baume sur nos cicatrices.

      Je n’éprouve pas le besoin de créer de pages sur la Féminité. Du moins, pas ce mois-ci. Mais je vais voir si la graine germe et si d’autres choses me viennent qui approfondiraient davantage le sujet.

       

      Bises

       

       

       

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix-neuf + treize =