Vivre pour soi

Aujourd’hui, je me rappelle qu’il est bon de vivre pour soi.

Pas pour les autres qui transposent sur nous leurs propres espoirs, rêves et aspirations,

Pas pour nos proches qui voient en nous ce qu’ils aimeraient voir en eux,

Pas pour nos mères et nos pères, qui voient en nous leurs schémas, leurs espoirs oubliés et leurs rêves rattrapés

Aujourd’hui, je prends le temps de me rappeler ce que je veux moi, sans prendre en considération ce qu’attendent les autres.

Ce que j’aime, ce que je veux construire, ce que je veux voir apparaitre dans ma vie.

Il y a ce que les autres croient impossibles ou non atteignables. Il y a ce que les autres pensent atteignables pour moi et veulent pour moi.

Mais ce qui compte et ce qui restera sera ce que moi je voudrai.

Tous les jours, nous subissons la pression du monde, la pression de se réaliser, la pression d’être, de faire et d’effectuer, la pression d’être à l’image de la création. Mais que savons-nous de la création si ce n’est un vaste champ des possibles ?

Je suis un champ que la vie sème, mais qui est entretenu par mes souhaits, ma vie et ma passion, par mon travail et mon investissement aussi.

Si la vie passe, je me rappelle que je suis celle qui décide comment nourrir la terre et choisis quelle fleur j’aimerai y voir pousser.

La Terre est aussi Ma Terre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 2 =

error: Content is protected !!