Astral, plage et océan…

 

fantasy_beach_1600x1200-1600x1200

 

Bonjour à tous,

Quelle horreur ! Je fuis mon propre blog ! Il est temps que je le reprenne en main…

Rahlalala, il va falloir que je me remette à blablater..

J’ai refait un peu mon site internet au passage… parce que c’est comme tout, lorsqu’on ne s’en occupe plus, ça ne risque pas d’évoluer.

Alors qu’est-ce que j’espère avec ce blog ? Quelle drôle de question… un partage tout simplement.

Il se passe des choses particulièrement bizarre chez moi en ce moment, et sur des sujets qui sont quelque peu délicat.

Alors j’ai un peu de mal à partager. Je suis très ancrée dans la Matière en ce moment et très renfermée sur moi, alors partager, oui, je le veux bien, mais sur quoi ?

J’ai l’impression que rien n’est extraordinaire, car ce sont pour moi des petites choses qui font toutes leurs différences.

Il y a deux jours de cela, j’ai rencontré au travers de mes rêves, deux nouveaux guides, enfin, nouveaux pas vraiment, sauf que là, j’ai pu leur parler directement.

J’aime parler à mes guides directement. J’ai l’impression que les mondes ne font plus qu’un et que la séparation n’existe plus. Et pourtant quand je me réveille c’est comme si des voiles se posaient à nouveau.

 

Ce qui fait la vie d’un rêve, c’est la Foi. Ce qui fait que l’on communique avec ses guides, c’est la Foi. Si vous croyez que vous pouvez les atteindre et qu’eux sont proches de vous, alors ça l’est.  Seulement chacun communique différemment avec ses guides. Je n’ai jamais compris pourquoi moi et je pouvais le faire et pas d’autres. C’est si évident quand je dors, si facile.

Il suffit que je me concentre bien et que j’appelle. Je laisse alors mes guides m’apparaitre comme ils peuvent en fonction du terrain sur lequel j’évolue.

Mais il n’y a pas ou peu de place à l’émotivité.

Les émotions créent des distortions dans les dimensions. Elles rendent la fluidité instable, ou plutôt, plus l’émotion est présente et moins le canal est ouvert. En réalité ce n’est pas qu’il n’est pas ouvert, c’est simplement que les émotions prennent trop de place et créé un mouvement des corps qui fait que la conscience est plus préoccupée par le mouvement que par le canal. C’est une réaction tout à fait normal, mais c’est pour cela que l’on recommande le zen. Les émotions font appel à la personnalité. 

Plus on sera émotif et plus on sera “instable” dans les dimensions.

Comment ne pas être trop émotif ?… et bien ça se travaille.

Au début, j’étais tellement toute excité dès que je rencontrais untel ou untel dans l’astral que d’un coup brutal, je revenais dans mon lit les yeux grands ouverts. Et puis, au fur et à mesure des expériences, j’apprends à accepter, à trouver tout cela normal. J’apprends à me concentrer, et surtout à rester focaliser sur mon but.

Mon but dans l’astral n’est pas de voir pour croire, mais de voir pour discuter, comprendre, apprendre. Alors pour cela, je dois tenir suffisamment la vibration parce qu’en fonction des êtres que je rencontre, la vibration n’est pas la même.

 

Tiens d’ailleurs, mais pourquoi je parle de tout cela ? Pour moi c’est une évidence. Va comprendre.

Cela fait plusieurs années que j’apprends à rester centrer, qui est difficile parfois tant ma personnalité est “vivante”… Mais on s’y fait.

Je ne cherche pas particulièrement à avoir une vie trépidente dans l’astral. C’est juste que pour moi, c’est un terrain de jeu avec des règles simples. Si tu veux jouer, tu dois être calme et concentré parce que comme tu es conscient que tu rêves, ou que tu es assis dans le canapé, à tout moment, si la conscience n’est pas bien maitrisé repart aussi sec au corps physique.

 

Le jeu devient alors : comment se déconnecter du corps tout en restant connecté ?

Et bien en prenant comme acquis que dans tous les cas, on ne sera pas déconnecté du corps physique, alors autant se focaliser ailleurs.

En cas de doutes ou de peurs, une demande auprès de nos protecteurs suffit.

Les sorties astrales pour moi sont assez bizarres, déjà, parce que j’ai l’impression de ne pas avoir besoin d’en faire. Je suis clairvoyante. Alors pourquoi partir quand tout vient à soi ?

C’est aussi une des raisons qui fait que je ne ressens pas le besoin de visiter l’astral. Mais il est vrai que j’y vais de temps en temps, lorsque je me sens appelée par des mondes. On peut alors y découvrir de bien drôles d’univers…

L’astral est-il dangereux ? Bah…. oui et non. Dans tous les cas, c’est formateur. Il faut prendre conscience que si la Lumière existe, l’Ombre aussi. Une fois qu’on est dans l’astral, les failles sont révelés, et même certaines sont affichés sur notre tête même, comme de grandes portes ouvertes. Certains peuvent en profiter. Est-ce bien ou mal ?

L’astral ne connait pas le bien ou le mal. C’est un monde évolutif. Chacun a un rôle avec une fonction. Tout est une question de Foi.

La confiance en son coeur est ce qui détermine le voyage et les issues des rencontres.

En général, je n’invite pas les gens aux voyages, tout simplement parce que pour moi, avant de voyager à l’extérieur, on peut déjà se découvrir soi. Mais pour d’autres, c’est en voyageant qu’ils se découvriront.

Le seul conseil que je puisse vous donner, c’est d’appeler un de vos guides pour voyager. Il sera votre protecteur et votre allier sur lequel pour pourrez compter.

Et voilà mon guide qui me souffle :

– ” Mais en attendant le voyage des mondes multidimentionel, pourquoi ne pas regarder ce qui est en votre coeur ? Savez-vous ce qu’il s’y trouve ? Avez-vous déjà essayé de regarder à l’intérieur ? Trouvez-vous cela compliqué ? Peut être parce que vous vous attendez à tant de choses précises que l’inextrémiste ne peut arriver. Vous êtes tellement persuadé que le coeur prend telle ou telle forme. Comme on peut entendre parfois “la lumière c’est ceci, l’ombre c’est cela”. Que d’aprioris… Mais qui est celui qui voit vraiment ? qui ressent vraiment son âme et son coeur battre ?” 

– Je me sens vivre, c’est déjà bien non ?…

– Certes, mais que vois-tu d’autres Petite ?

– Bah… là..la télé… nan j’rigole… ok ok.. je vais me poser plus sérieusement.

– Pourquoi tu as peur de ton propre fond d’océan ?

– Bah… il vient à moi et m’engloutit… Alors je bois la tasse alors que j’étais tranquillement là à nager avec des dauphins ou des sirènes ch’sais pas… Et puis d’abord, pourquoi il vient ?… Je ne lui ai rien demandé moi.

– Et pourquoi et pourquoi et pourquoi ? Tu n’as que des pourquois à la bouche.

– … je ne devrai rien faire alors et me laisser m’engloutir ?

– Ca pourrait être une vision, mais il existe une autre solution.

– Laquelle ?

– Tu n’as qu’à chercher. Evolue dans ton océan. Tu finiras par trouver.

– Hum… c’est pas franchement constructif là ton idée… tu viens juste pour me dire ça… je comprends pas.

– Et pourquoi encore, tant de pourquois. Dis-moi, as-tu déjà regardé l’Océan ?

– hum…oui ! de la plage !

– Mais de dedans… as tu regardé ce qu’il y avait au fond ?… regardes et seulement après, nous reparlerons.

 

Tiens, cela faisait longtemps que je n’avais pas parlé avec mes guides… j’avais oublié qu’à chaque fois, mes textes prenaient une drôle de tournure ! ….

Ravie d’écrire à nouveau… quelle surprise… encore et encore…

A mon Océan…

 

Bonne soirée à tous.

Enregistrer


Source: Les guides 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 12 =