Clé du pardon

Je parle à mes guides de mes difficultés à gérer mes problèmes qui me touchent malgré tous mes efforts à vouloir aller mieux et trouver de nouvelles solutions. J’ai bien compris qu’un problème ne risquait pas de changer si j’agissais avec mes habitudes. Je dois donc casser mes conditionnements et voir plus large, essayer de nouvelles choses et voir si la même situation se reproduit encore.

Mais je ne vois que cette montagne devant moi, cette montagne de tous mes efforts accumulés et aucun résultat visible d’une quelconque amélioration. Je suis fatiguée d’avoir toujours le même problème depuis des années. 

Alors le soir, je parle à mes guides une fois bien au chaud sous la couette. C’est une ambiance comme si on était tous là autour d’une table à boire le thé ensemble. 

Une fois mon sac vidé, j’essaie de me détendre et d’écouter, voir si je sens une présence qui me répond. 

Mon esprit divague alors doucettement pour aller éteindre mon mental jusqu’à essayer juste d’écouter mon corps respirer. 

Je laisse mes pensées me traverser.

“Parfois il suffit simplement de lâcher prise et de s’accepter tel que l’on est.”  *CLAC !* 

un bruit vif dans ma mâchoire se fait entendre et me fait ouvrir les yeux en sursaut. J’ai l’impression d’avoir claqué mes dents en un dizième de seconde. 

Mais non… enfin, je ne crois pas.

Puis plus rien.

Flûte alors ! c’est toujours pareil ! Bien des fois je galère pour les entendre, mais eux, quand vraiment ils veulent que je les entends, ca ne leur demande qu’un claquement de doigts ! pff !!

Je viens de choisir un titre pour cet article : la clef du pardon. Alors que je me pose la question, j’entends déjà la réponse. 

L’acceptation est liée au pardon. On se pardonne de ne pas être ce qu’on aimerait tant vouloir être.

Pardonner, c’est arrêter de s’en vouloir ou d’en vouloir aux autres pour ne pas arriver aux attentes que l’on a. 

Le pardon va alors de paire avec l’acceptation. C’est un baume de paix afin que l’acceptation puisse prendre place. 

Avant d’accepter, il faut pardonner.

Je crois que je dois pardonner à moi-même. Quand je me regarde, j’ai tant d’attentes et d’exigences. Est-ce que je m’accepte ? 

En réalité, je ne crois pas, mais on y travaille. 

On cherche tant à changer les choses, à être différente, meilleure, à être une femme plus “digne” de ce que j’ai en tête. 

Réalise-t-on vraiment à quel point on essaie de tout faire pour ne pas être ce qu’on est au fond de nous ? On regarde ailleurs, et on s’y compare, on pense que les autres sont mieux, ou que la vie des autres vaut mieux. Au final, on cherche mieux, certes, cela va avec la recherche du bonheur, mais peut-on trouver le bonheur lorsqu’on est en guerre en soi et envers les autres ?

Arrêter une guerre, c’est accepter qu’on a fait des erreurs de jugements, accepter de repartir sur de nouvelles bases en se disant que le passé servira de leçons, arrêter une guerre, c’est pardonner. 

 

Bonne soirée 

Enregistrer


Source: Les guides 5

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

15 − trois =