Construire et avancer

d85eba4bcff8ce3af7b0a8a2acdfdda756ec0a5c_6001

 

J’ai décidé de gérer mes projets à la maison comme au bureau. Il faut croire que travailler me manque. J’applique alors la méthode agile. J’ai au mur mon tableau blanc, mes colonnes et mes post-its. J’ai un emplacement pour le programme de la semaine, et un espace pour y écrire des mots d’encouragements.

J’entame donc mon sprint pour la chambre. J’ai 15 jours pour la finir. Tout simplement parce que je n’aime pas que les choses trainent et j’ai besoin de voir mes projets avancer et certains se clôturer pour pouvoir enfin passer à autre chose. Je râle depuis des mois, voire des années pour cette pièce, alors voilà. il y a ceux qui râlent toujours, et il y a ceux qui font ce qui disent qu’ils veulent faire.

Le plus dur a été de faire le premier pas et d’arrêter d’être en standby. Mon matelas a maintenant élu domicile dans mon salon, et cela me fait bizarre. J’ai l’impression d’être redevenue étudiante, à l’époque où je vivais dans mon petit appartement et dans lequel je n’avais qu’une pièce de vie. J’allais parfois squatter chez mes voisines et elles aussi avaient bien souvent un deuxième matelas au sol pour les special guests.

J’ai appris ces derniers temps, à tenir sur la longueur plutôt que de faire dans l’impulsivité et l’extrême épuisement. Mon dos me permet de tenir une cadence de 2 à 3 heures par jour, mais pas plus. Après, je m’énerve, j’ai mal au dos, et surtout, j’ai faim.

Créer un projet, ce n’est pas simplement penser à l’aboutissement, c’est trouver la force d’aller au bout. Soit on reste sur ce qu’il y a dans notre tête et on continue de rêver, soit on passe à l’action et on crée.

On pense souvent qu’il faut beaucoup d’implications pour créer de hauts aboutissements, en fait, tout va dépendre de notre façon de gérer le projet et du capital ressources et efforts que nous avons à disposition sur le court et long terme.

Tout comme parfois nous pouvons être surpris de ne pas trouver la force d’arpenter une montagne, il arrive aussi qu’au court d’un effort, nous réalisions que nous en avons plus sous le capot de ce que nous l’estimions au départ.

La réalisation d’un projet, ce n’est pas juste alors une idée de se sentir capable ou non. C’est croire en soi, et adapter son programme en fonction de ses compétences personnelles et des ouvertures en cours de route.

Si certaines portes se fermeront sur le chemin, d’autres s’ouvriront. Après, à savoir lesquelles s’ouvrent et lesquelles se ferment, … c’est une autre question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *