Cachée dans l'ombre

Cachée dans l'ombre

 

Bonjour à tous,

Je n’écris pas beaucoup ces derniers temps, j’ai beaucoup de mal à me canaliser et à voir où j’en suis dans mes dossiers ouverts avec de fortes tendances à m’éparpiller et vouloir prendre la fuite sur un grand nombre d’entre eux.

Je devrais être capable de moins m’inquiéter pour mon avenir, pour mes projets mais le temps avance tellement vite qu’au final, je réalise que j’ai passé de nombreuses heures à ne rien faire si ce n’est pas créer, pas construire et pas avancer dans ma vie.

Réaliser que l’on concrétise quelque chose, accepter notre horloge interne et notre façon de se mouvoir dans la vie est difficile je trouve, justement à cause des attentes que le monde a. Je devrais arriver à m’en défaire un peu. C’est dur la vie d’artiste. Je n’ai pas la sensation d’être prête alors tout me parait être une épreuve et tout me parait insurmontable.

J’ai été une excellente assistante logistique, aussi, je sais comment monter des projets et les mettre en place, les concrétiser, les aboutir. Et pourtant. Avec les miens, c’est différent. Je devrais me mettre une structure professionnelle. Je pense que j’arrivais à conclure beaucoup plus de choses ainsi. Le monde a du bon. A attendre de nous, il nous pousse et nous oblige à tout le temps fournir. Alors, lorsque l’on se retrouve face à soi-même, nous avons tendance à justement lâcher prise, principalement à cause de la pression constante demandée par l’environnement en constante évolution, en besoin constant.

Suis-je en train de respirer ou suis-je en train de fuir ? Je connais ma propre réponse, seulement, je crois que j’aurais aimé que tout soit plus facile.

Lorsque je regarde ma situation comparée à l’année dernière, je ne suis moins hypocondriaque, beaucoup moins psychorigide sur la fermeture de porte et les boutons de gazinière. Je ne les vérifie plus 3 fois avant d’aller dormir ou de partir de chez moi. Quelque chose a changé et en bien je trouve. 

J’essaie de travailler à la concrétisation de mes  projets et du coup, je vais mettre mes livres en auto-publication. J’aimerais les rendre disponibles d’ici 1 ou 2 mois à la vente en ligne. Cela me parait être une bonne alternative pour le moment.

Mes guides et moi avons une relation très bizarre en ce moment. J’ai beaucoup de mal à les écouter. Je peux les entendre quand je me calme, mais je suis rarement calme ces derniers jours. Mes rêves lucides sont passés en nombre minimaliste maximal et c’est comme ça aussi que je remarque que je suis dans une sale période.

Est-ce peut-être dû au fait que je risque de péter un câble une fois lucide de l’autre côté et qu’ils veulent me préserver de cela. Peut-être. Est-ce aussi parce que tout simplement, je refuse une partie de la communication. Je ne veux pas les voir, je ne veux pas les entendre, je ne veux même pas les savoir à mes côtés. Je veux qu’ils dégagent tous, tous sauf un. Voilà, je suis redescendue à un environnement minimaliste moi aussi.

Ils m’ont dit lors de notre dernière communication que je devrais parler à cet Ange qui est venu me voir, que je devrais l’écouter. Mais je n’y arrive pas. Je ne veux pas l’écouter. J’ai peur de l’écouter, j’ai peur de ce qu’il veut me dire. Je veux mon Gardien c’est tout.

L’autre va me gronder encore, ils vont encore me faire la morale, je le sens gros comme une maison. Je ne veux pas savoir sur ma fuite ni ma colère, ni mon comportement. J’en veux pas de leur leçon à deux balles qui va encore m’obliger à les écouter et à changer parce qu’évidemment, ils auront encore raison. Je veux qu’ils me laissent tranquille. Je suis fatiguée.

Tiens, je viens d’avoir une idée.

Je propose à mes guides un troc de bon procédé. Je veux bien travailler avec le papillon seulement si vous me permettez d’être lucide face à mon Gardien.

Sinon, bah… je fais grève. Et l’autre là, elle ira voir ailleurs.

J’ai besoin de Lui. C’est tout. C’est comme ça. A prendre ou à laisser.

En fait, non. Ce n’est pas un troc. Ce n’est pas un caprice. Je te le demande. Je te l’exige. Ne me demande pas de bosser avec ton papillon interactif si tu ne m’accordes pas 10 min de ta présence consciente. Au cas où tu ne l’as pas encore remarqué, c’est notre lien qui détermine mon humeur avec tout le reste. S’il est pourri ou mal entretenu, le reste se dégrade. Tu es ma carotte, tu es mon tremplin. Tu es ma lumière quand je sombre. Si je n’ai pas accès à toi, le reste m’importe peu. Tu es le premier maillon de ma chaine. Tu es mon pilier. Sois là. C’est dur pour tes énergies de t’ajuster ? Bah tu sais quoi ? Je galère aussi et là j’ai vraiment besoin de toi. J’essaie vraiment de te le demander gentiment. ok? Accepte.

 

Bises


Source: Vie quotidienne 1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 − six =