Débloquer les accès d’un enfant non-incarné

35b16d8a6633882c5d9fa1c76ad8e17c
Une porte claqua ouverte et une voix criarde d’enfant me surprit soudainement.

– Maman-Maman, s’écria l’âme de ma fille pas encore incarnée en déboulant sur moi tandis que je dormais encore.

J’ouvris un œil, relevai le buste et constatai une maison familiale dans les tons tamisés. L’endroit portait une signature assez proche de la dimension terrestre sans toutefois l’être. Ici, je connaissais bien, c’était la maison de ma grand-mère où il m’arrivait encore de loger, ma mère ayant reprit l’usage des lieux depuis son décès. Par contre, l’agencement et le mobilier avait légèrement été modifié pour ressembler plus à ce qui était en place à l’époque, quand j’étais adolescente.

Je n’étais plus surprise de croiser ma fille et nos relations étaient déjà bien ancrées de l’autre côté. Il lui arrivait de me parler d’elle, de ce qu’elle attendait de sa vie, de ce qu’elle souhaitait créer ici-bas. En somme, elle préparait sa descente. Mais pas que. Il y avait aussi ces fois, où elle me demandait des trucs, comme visiblement à cet instant, quelque chose semblait la titiller vu son engouement à venir me chercher.

Moi, grognon, car comme à mon habitude, je n’aimais pas que quiconque me sorte du lit de manière aussi virulente.

-Woh-woh-woh… qu’est-ce que je t’ai déjà dit, Mimi ? Si tu veux me parler, tu baisses d’un ton.

-Mâa-…..

– Tch-tch-tch, regarde où je suis, tu vois bien que je suis dans un lit et que tu me tires de mon sommeil. Tu le vois, non, et tu sais que j’ai les oreilles fragiles. Ne crie pas quand tu veux me parler.

-Mâââaaamaaannnn, fit-elle en murmurant de tout son cœur tout en sautant sur le lit et en s’enroulant autour de mon buste comme une moule sur son rocher.

-Oui Mimi, qu’est-ce que tu veux ?

-J’aimerai utiliser mes pouvoirs, repondit-elle d’une voix suppliante.

Mes yeux s’étrécirent.

– Pourquoi faire ? Non.

– Mais mâaamaannn… j’aimerai pouvoir faire…

– C’est Non, Mimi. Utiliser ses pouvoirs, c’est être capable d’en prendre les responsabilités, et d’assumer les conséquences qui vont avec. Il faut savoir faire preuve de sagesse et les utiliser à bon escient. Je ne t’ouvrirai pas la porte maintenant.

– Mais mâmann…

– Non, c’est non. Et ne compte pas sur moi pour que je te donne les accès de si tôt. Ca ne risque pas d’arriver avant un bon moment. Alors tu as largement le temps de t’occuper autrement, va. Tu vas vivre et profiter, et tu apprendras doucement et tranquillement, à ton rythme.

Elle mit sa bouche en canard et prit une petite moue. Dans l’encolure de la porte, je perçus soudainement une énième présence, celle de mon fils, lui aussi non incarné. A vrai dire, tous les deux venaient souvent ensemble me voir, comme si, la porte s’ouvrant pour l’un, l’autre en profitait aussi pour passer une tête. Et j’aimais beaucoup mon petit garçon. Jusqu’ici, il ne m’avait demandé ni de trucs tordus, ni annoncé des catastrophes à venir, ce qui me faisait toujours un immense baume au coeur en le sentant venir. C’était comme un cocon crémeux, doux, calme et aimant.

– Mon petit chat, m’exclamai-je avec tendresse, viens me voir.

Ses énergies se modelèrent aussitôt en un chaton noir adorable tout plein. Il arriva en trombe et bondit lui sur la couette.

– Attention avec tes griffes, je suis nue, tu vas me blesser mon petit chat. Ne bondis pas sur ma poitrine avec tes pattes comme ça. Reste là mon petit trésor, dans la couette toute moelleuse.

Il accepta ma main, se roula sur le dos et garda ses griffes à peine sorties pour lui permettre de jouer avec mes doigts qui grattouillaient son bidon tout doux.

– Mimi, fis-je en caressant le visage troublée de ma fille, tu ne veux pas plutôt m’aider à faire un gâteau ? Je comptais utiliser les 3 poires que j’ai acheté hier et en faire un crumble. C’est si bon, j’avais envie de me faire plaisir en faisant un bon dessert.

– Hm…. Tu voudrais que moi je t’aide à cuisiner, maman ?

– Oui ma chérie, je pourrai penser à toi, et en coupant les poires, tu pourrais m’assister de là où tu es. Cela fera un bon gâteau pour maman. Hein, ça te dit, Mimi, de m’aider ? Je serai contente que tu m’aides à le faire, et cela te permettrait de participer de là où tu es.

– Oui d’accord, je veux bien, maman.

– Je suis contente, Mimi, maman va se régaler, tu vas voir, on va faire un bon gâteau toutes les deux.

Plus tard, au levé, je souris en voyant mes 3 poires achetées la veille dans ce but. Je n’avais plus qu’à m’y mettre et l’appeler quand je serai prête à cuisiner.  Lorsqu’enfin je fus disponible dans l’après-midi, en coupant les poires, je pensai à elle, à son frère, mais aussi, à leur père. Non parce qu’ils venaient me voir et je trouvai maintenant ça normal, mais étais-je la seule à les accueillir dans l’astral, ou le futur papa les rencontrait aussi ?…

Cela faisait drôle malgré tout de savoir que mes futurs enfants me scrutaient de là, m’accompagnaient, se manifestaient quand ils avaient envie, et surtout sentait la rencontre arriver avec le père. Mais après tout, cela ne pimentait pas un peu nos retrouvailles ?…

10 Comments

  1. Fleur

    Coucou Camille,

    Ta fille ne va pas demander à papa en douce quand tu lui as dit non ?
    Un peu de douceur dans l’attente.

    Bises

    (une fille, un fils, le papa et … un chat noir, un beau résumé de ma vie)

     

    1. Spiritual Flower

      Hello Fleur,
      Alors toi aussi tu as ce résumé là, je me sens moins seule héhé

      Sinon, elle peut toujours essayer. Mais vu comment je garde sa porte, j’émets de gros doutes quant au fait de voir son père me piétiner salement. Parce qu’il sera obligé de forcer l’entrée. Mais qui ne tente rien, n’a rien. Hehe

    1. Spiritual Flower

      Hello Fleur,
      Heeennnn trop mignon ! Merci beaucoup !
      Là, je prends un peu de retard dans mon training parce que je refais ma chambre. On peut pas peindre partout en même temps hehe

      Bises et bon weekend

  2. Aluna

    Hey coucou!

    C’est super ta relation déjà avec eux! Moi ma fille, ma relation était spéciale avec elle dans l’astral quelques mois avant sa conception (je la voyais pas comme une enfant, mais comme un amour perdu en Atlantide qui jalousait mes amoureux lol ) ^^

     

    Bonne formation! et bon gâteau au poire alors!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =