Just for a single shot

love-couples-wallpapers-fantasy

J’ai beaucoup de mal ces deux derniers mois. Je n’arrive pas à transmuter des énergies égotiques malgré les encouragements et avertissements reçus, sans compter les conseils offerts par mes guides. C’est juste trop dur. Je me sens lésée et perdue, alors je craque un peu.
Mon égo est une vraie teigne et oblige mes gardiens à trouver de nouvelles parades pour m’épauler dans le travail mais ce que je fournis comme énergie n’est pas encore suffisant pour aller au-delà.
J’ai besoin de chouchou chéri. En plus, je le vois de moins en moins en direct, mes guides ont entamé la rébellion pour me motiver à regarder ailleurs que dans sa direction, ce qui rajoute une couche à mon désarroi et ma perdition envers tout le reste qui n’est qu’insignifiant à mes yeux.

Du coup, un soir, j’ai pleuré misère. Des nouvelles merdiques, des mondes merdiques, des portes merdiques, travailler dur, échouer depuis plusieurs semaines à transmuter un gros bordel qui me ronge et de surcroit, pas un câlin depuis des semaines ?… C’était certain, me voilà au fond du trou et je comptais bien le crier sur les toits à l’univers entier.

J’avais besoin d’un petit remontant, un p’tit shot. Une petite dose de chaleur comme j’aime, de douceur comme j’aime. Et pas d’un autre. Là, non. J’en étais certaine. Avec ma crise de nerfs et mes petites larmes inattendues, chouchou craquera, c’est obligé. Il peut pas me laisser comme ça… si ?… nann… chouchouuu… me laisse pas dépérir, moi… *snob* *snob* ta chérie ki pô pluuuuuuu sî tô plaiiiit aiiiie pitiiiiié… c’est duuuur, c’est trroooop duur …. en plus t’es paaaas làaa…

Lorsque je repris ma lucidité plus tard dans la nuit, sa présence arriva à moi sous une énième forme physique inconnue au bataillon, mais cela ne m’empêcha aucunement de le reconnaitre avec une évidence déconcertante. Si ça pouvait m’faire ça à chaque fois, ce serait rêvé…

– oh… c’est toi… viens là… j’ai vraiment besoin de toi en ce moment…

Il s’approcha et m’offrit un baiser à la volée. Il n’avait pas un corps super sexy mais ses énergies étaient bien là. Alors bon, je ferai avec sans problème. Chéri, c’est chéri, peu importe la forme qu’il arrive à prendre pour venir me voir.

Je l’attrapai par les fringues gentiment pour venir le coller à moi et lui étirai le col de son tee-shirt pour plonger dans son cou comme une vampire s’apprêterait à le mordre.

– “Heu.. Hm… tu vas… hm…doucement hein… ? Non.. là… euh… c’est que… bon… je… “, dit-il embarrassé, sans trop savoir s’il allait se taper la furie en manque à gérer.
– ne t’inquiète pas, je viens juste sniffer ton odeur… rien de plus. Je serai calme, je ne prendrai rien, lui murmurai-je doucement à l’oreille tandis que je commençai déjà à me caler au creux de ses énergies. J’ai besoin d’une dose de toi. Juste un shot. Laisse moi juste te sentir un peu, juste te toucher un peu d’accord ? Je te promets, je ne prendrai rien d’autre. Juste ton odeur, ça va me calmer tout seul.

Il détourna la tête à moitié hésitant tandis que je humais sa peau à travers une première caresse franche. Le plus vite je l’aurai senti, le plus vite je ferai redescendre ma pression interne. Sentir sa peau effleurer mes lèvres et mon nez remonter sensuellement le long de son cou me cala dans ses énergies en moins d’une seconde. Je percevais l’exotisme de l’ananas, une pointe de sucré et une mer calme et docile avant d’être envahie par un milliard de plumes me cocoonant de par en par. L’effet velours me caressa autant sur sa peau qu’en moi. Je fondais en lui à un rythme inhumain. Ce mec a un truc inhumain envers moi. C’est pas possible. Il n’y avait que lui pour me faire un effet pareil en un temps record. Lui, et son bouton magique spécial “pour calmer Camille, appuie ici mais dis adieu à ton tee-shirt“.

Il me sentit soudainement m’avancer davantage sur lui et il tiqua un peu.
– Tout va bien, murmurai-je à nouveau en glissant mon autre main pour resserrer notre étreinte. Tu n’as rien à faire… je te promets… Je ne prends rien de toi.  Juste pouvoir te sentir me fait un bien fou… Tu vas voir, ça ira vite…encore un ou deux shots, après, je te lâche… Encore quelques secondes et c’est fini… je te laisse tranquille…

Il ne devait pas avoir très confiance en mes capacités à tempérer mes ardeurs sensuelles qui avaient une méchante et vilaine habitude, soyons honnêtes, de partir grave en cacahouètes. Faut dire, l’avoir à portée de mains alors que j’étais à bout, n’était jamais bon signe pour lui. En général, quand j’arrivais sur lui le visage en souffrance et le souffle haletant, c’était déjà trop tard. Et il le savait. Cela dit, j’apprenais à gérer mon problème de plus en plus tôt, en évitant de plus en plus d’atteindre l’état critique où au lieu de demander sagement, j’aspirai comme une furie assoiffée.

Mais même dans un sale état, quand je promettais quelque chose, je m’y tenais. Il n’aurait pas à s’inquiéter pour ça aujourd’hui.  J’avais encore un peu de marge avant de sombrer. Je ne ferai que le minimum syndical pour les émotionnellement pauvres et les plus démunis, d’autant plus que ma femme sauvage n’était pas d’humeur aujourd’hui. Ma priorité était le réconfort et la sécurité. Je n’y allais pas vraiment pour me ressourcer en soi, mais plus pour ressentir la paix que je ne trouvais pas en moi.
Et lui là, avait ce truc magique qui marchait sur moi comme un bonbon envers un gosse. Comment y fait ? Comment y fait pour qu’à la seconde où mes énergies le reconnaissent, elles s’apaisent au quart de tour ?…Non… ce mec est inhumain.

Le simple fait de le sentir m’apaisait. Un simple effleurage me procurait une libération quasi instantanée de tensions nerveuses qui parcouraient toutes mes entrailles. C’était juste son alchimie se mêlant à la mienne. Tout ce qui m’atteignait de lui me calmait. Il n’avait même pas besoin de lever le petit doigt. Comme si le simple fait de pouvoir toucher et sentir sa présence me permettait de respirer en oubliant tout le reste.

Au bout de trois grandes bouffées dans lesquelles je me suis accrochée à lui comme une moule sur son rocher en prenant grand soin de ne pas actionner mes pompes énergétiques, je relevai enfin la tête, et soupirai en me détendant un peu.

Mon côté sado aurait bien eu envie de le faire plier et mais sa réticence m’avait refroidie. Le voir tiquer face à mes énergies ne me plaisait pas. Je n’allais pas le mettre plus dans l’embarras et dans je ne sais quelle autre difficulté qu’il ne me disait pas.

– Nh… Merci… ça va mieux maintenant…, lui dis-je le regard détendu. Tu vois, je t’avais dit que je ne ferai rien de plus…Juste ta présence m’aide tu sais. Tu me calmes, le simple fait de te sentir à mes côtés m’apaise.

Il semblait satisfait que je ne me rue pas sur lui comme une sauvageonne et que je fasse preuve de civisme.
Je lui avais dit pourtant que je serai douce et calme aujourd’hui. Peut être mes énergies étaient peut être délicates parfois à gérer pour lui…*sifflote*
Mais c’est pas de ma faute. C’est lui qui me rend droguée à ses énergies. Maintenant que j’y avais gouté, il me fallait ma dose régulière, sinon je couinais comme une toxicomane en manque.

Comme un gosse pourri gâté. Je veux mon bonbon.
C’est comme ça. Il n’a pas qu’à être aussi bon, tendre et tout fondant avec moi. Voilà. Nah.
Nan mais sérieux… Chouchou, je t’avais prévenu… mes énergies… même pour moi, c’est un sacré merdier… mais bon… je vais voir ce que je peux faire pour toi… J’te jure, je travaille dur à pas te foutre à poil à chaque fois que je te vois ! Tu n’imagines pas le self-control que ça me demande… Mais arrête aussi de me narguer et d’avoir la Peau aussi Douce là, sous mon nez !… et puis franchement, la cacher sous ce tee shirt ridicule… faut pas t’étonner que j’arrache tes fringues… en fait, voilà… tout est de ta faute. Tout me nargue.

*sifflote*

3 Comments

  1. alexandre

    bonjoue camille,

    suis mdr J ai connu aussi cette sensation avec la femme que j aimais.Je crois que tu dois avoir connu ton copain dans une autre vie.Seules les ames soeurs ont ce lien la.Fais attention ,quand meme, a force, ce lien peut etre destructeur …J ai connu aussi cette sentation de manque d ‘elle comme un came en manque.Et puis, il y a quelques annees, j ai demande a mes guides a ce que j ai le dessus sur ce lien karmique.Bon,je sais ce que tu penses lol pas pour l effacer juste pour moins souffrir …Je crois qu’ils m’ont entendu.Car , je ne l’ai pas vu depuis un an et je ne pense plus chaque jpur a elle.Je pense que ton copain est tres sage et cherche a te proteger ,y compris contre toi meme..C est rare et cela prouve qu’il a acquis une certaine sagesse et qu’il t aime.Je te souhaite bon courage avec tes energies. Garde espoir car avec le temps, ca devrait s’arranger bises

    1. Spiritual Flower

      Salut Alexandre,

      Ne t’en fais pas pour nous, on n’est pas sans ressources. Lui comme moi. Et puis tu sais… je me permets certains caprices parce que je sais que derrière y’a des gros moyens. Sinon je ne couinerai même pas !

      Vous savez, je ne peux meme pas le spoiler un peu. Il est plus puissant que moi, et gère mieux ses énergies. En plus, il est très (trop) sérieux. Evidemment que je passe pour une immature ! C’est un bourreau du travail ce mec.

      *boude*

      Oh Lauviah !!J’ai une idée ! J’ai une idée !! Tididip titidiii !! *gros yeux de chaton*

      Il ne doit pas connaitre l’appel de la journée pyjama flemme cookie netflix. Je vais lui apprendre des vraies choses utiles et constructives dans sa vie d’Humain, moi, tu vas voir !

      Mais oui Alexandre, le lien peut être destructeur aussi. Tout dépend de comment on arrive à gérer les liens. Cela dit, tu vois, je ne m’inquiète pas trop en fait.

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × 1 =