Le stress qui génère

Le stress qui génère

Je me rappelle de ce rêve, il y avait cette femme en état de choc, en pleine crise alternant  arythmie et tachycardie. Elle paniquait, elle pensait qu’elle allait finir par mourir de ses problèmes cardiaques.

Deux personnes vinrent l’assister et tentèrent de la maitriser, puis une tierce voix sortant de nulle part dit soudainement :

– “C’est ton stress et tes angoisses qui les provoquent. A cause de ça, rien d’autre. 

Je compris de suite qu’il me parlait, et que cette fille, c’était moi,  lorsque le soir je psychotais sur mon rythme cardiaque sans arrêt, et surtout depuis que mon père avait failli mourir à cause de ça. , je me disais sans arrêt que ça pouvait m’arriver aussi. A chaque fois que j’avais une crise d’estomac, ou que je me sentais pas trop bien, c’était le début d’une angoisse qui finissait en palpitations effrénées ou en arythmie qui me foutaient les j’tons.

Je rouvris les yeux au quart de tour.

– hum… j’ai compris… Je vais m’en occuper. Je vais apprendre à me calmer et à gérer mes angoisses, il le faut, je ne peux pas continuer à me faire dominer par mes peurs, ça peut pas continuer comme ça…

Depuis, un mois a passé,  et plus de crise. J’ai totalement pu arrêter de vérifier mon pouls de manière compulsive et de céder à la panique de la mort ou de ma propre déchéance. Je crois que quelque chose en moi a abdiqué. Si la mort doit venir, alors qu’elle vienne. Sinon qu’elle me foute la paix.

Cela dit, c’est vrai que quand j’y réfléchis, ce rêve m’a vraiment aidé à mieux appréhender mes crises et à les voir autrement. Il m’a aussi permis de comprendre combien le corps était capable de se modifier sous l’emprise du stress. Aujourd’hui, je suis contente d’avoir eu le courage de dépasser cela. Ces crises étaient vraiment pénibles à gérer.

Apprendre à gérer son stress et son angoisse est une épreuve et je suis heureuse d’avoir mes rêves pour m’aider à gérer mon quotidien.

Même si tout le monde n’a pas le même accompagnement astral que moi, et la médiumnité pour aider à gérer ses petits tracas de la vie quotidienne, il faut prendre conscience qu’au final, ce n’est pas les autres qui font le travail à notre place, c’est nous seul.

Nous sommes ceux qui trouvons la force d’aller au-delà, de nous dépasser, et de se dire, je peux y arriver.

Mes angoisses m’avaient poussées à avoir un certain nombres tocs plus ou moins intempestifs, à faire des vérifications 4 fois en l’espace de quelques minutes, tout ça, tout ça… Mais voilà, à un moment, il faut comprendre que notre vie n’est pas à être commandée par nos peurs. Nous sommes plus que ça. Nous sommes plus forts que ça. Et lorsque nous en prenons conscience, nous nous retrouvons plus sereins, et plus légers aussi. Et puis, au final, nous réalisons que nous sommes capable de beaucoup de choses que nous avions oubliés quand nous étions en état de choc.

Il nous suffisait juste de s’en rappeler. Et pour ça, il fallait essayer, il fallait le vouloir, et oser. Oser se dire “Je suis autre chose, je suis plus que ça, je vaux mieux que ça.”

Bises

Enregistrer

Enregistrer

Source: All

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 + 10 =