Les conséquences d’un Pacte de Sang

Une très vieille connaissance m’invita à diner dans l’astral. On se croisait de temps à autre, très rarement, mais quand on se voyait, on avait toujours beaucoup d’affection l’un envers l’autre. On s’appréciait. Pour autant, nous nous n’étions jamais recontacté dans notre vie réelle. 

J’étais à peine arrivée, qu’il sortit une bouteille de vin pour m’accueillir dignement. Il s’empressa de me servir un verre. Il avait mis du coeur à l’ouvrage en me préparant un apéritif et un bon repas. Il avait l’air préoccupé et concentré à bien me recevoir… Soit. Je n’avais aucune raison de refuser ses efforts.

A l’instant où le liquide rentra en contact avec mon palais, mes énergies de détection énergétique s’emballèrent. Dans le vin, du Sang…son sang à lui… non-non-non !… Mon bras coupa net le mouvement de versement, mais c’était trop tard.

Demande de Pacte de Sang, s’exclama ma part sombre.

Elle prit immédiatement le relais sur l’ensemble de mes énergies. Une proposition de Contrat lui était soumise en direct. Lancer n’importe quel type de demandes ou de rituels à son attention était une très mauvaise idée.

Son mode automatique était lancé. Il s’agissait de déterminer la nature exacte des intentions avec lesquelles ma bouche était rentrée en contact. C’était comme se prendre une claque en pleine figure. Impossible de passer outre les données qui tombaient en rafales.

L’Horloge du Temps remonta en vitesse accélérée et décomposa tout le processus de création du Pacte, de son approche à la conformité du rituel, jusqu’aux véritables intentions émises par les énergies du demandeur.

Je zoomai en macro sur chaque molécule de sang qui flottait au coeur de la bouteille. La vision d’après, mon ami remplissait un contenant de son propre sang puis cherchait une manière de me l’offrir. La proposition ne pouvait être soumise qu’en effectuant un premier don officiel (qui devait obligatoirement inclure la Demande de pacte).

Il savait que s’il se présentait purement et simplement face à moi avec son offrande et sa demande formelle, jamais je ne l’aurais toléré. Jamais je ne l’aurais accepté. Il aurait été durement puni. 

Couvert par son odeur et sa couleur, le vin faisait une bonne cachette selon lui. Il le déversa dedans, puis il scella la bouteille. Il prépara ensuite les sets de tables et se lança dans les préparatifs d’un bon repas. Il était plutôt confiant dans sa stratégie d’approche mais redoutait grandement les retours énergétiques en cas d’échec. Il risquait gros… très gros.

Il vit mes sourcils froncer en pleine vision, il comprit que j’avais pris connaissance de tout le subterfuge mis en place à mon insu. 

– « Je suis désolé-je suis désolé !… c’était le seul moyen… mais je voulais que tu le boives…Tu n’aurais jamais écouté sinon…»

Non sans déc’ !…


Le temps continua de remonter. Il était assis dans une pièce en plein rituel en train de prononcer une quantité de mots précis qui avait pour but de créer, concevoir, et établir une demande de Pacte de Sang formel, en bon uniforme, à mon attention.

La qualité énergétique, l’implantation de la volonté, la structure rituellique, la formule magique, tout était passé au crible et testé par mes flux sombres qui faisait exprès de balloter son rituel dans tous les sens pour évaluer ses fondations.

Si les forces n’étaient pas correctement agencées les unes aux autres, ma part sombre se ferait un plaisir de lui faire tout exploser. 

Les personnes qui se lançaient dans de tels pactes étaient plus que déterminées. Parce que manipuler de tels flux… il fallait vraiment le vouloir. C’était un travail énorme, en plus des multiples risques de voir en payer de lourdes conséquences si leur implantation capotait.

Il avait dû en baver astralement pour atteindre son but. Il avait travaillé dur, c’était certain. Il avait très longtemps réfléchi avant de se lancer. Je perçus son désespoir et sa volonté mûrement réfléchie.

Le principe d’un Pacte de Sang était plutôt simple. L’hôte offrait son essence vitale, autrement dit sa force vitale. Soit cela restait un don pur et dur, soit une contrepartie était demandée (sans pour autant être accordée).

Le problème avec les énergies sombres, c’était qu’elles prenaient toujours plus. Il était impossible de gagner au change contre elles. Au mieux, les personnes s’en sortaient avec de lourds intérêts supplémentaires à payer. Mais avec les Pactes de Sang faits avec le Sombre, vous n’étiez jamais gagnants. JAMAIS. Tout ceux qui se lançaient dedans pensant qu’ils allaient pouvoir négocier, se trompaient.

Les entités voyaient toujours plus loin dans le rapport gain/efforts à long terme, voire très-très long terme. Le prix à payer variait du double au quintuple, voire beaucoup-beaucoup plus. 

Gagner contre le sombre était vain d’autant plus qu’on pouvait rajouter tout un tas de vices qui finissaient par modeler le contrat sans pour autant changer les termes.

Il y avait tout un tas de données que vous n’avez pas lors de l’établissement d’un contrat. Comme la fiabilité de l’entité, le niveau de dureté en terme de non accomplissement des parties, ou la possibilité de rétractation au cours d’une vie, tout cela rendait l’échange avec le Sombre très-très instable. Verrouiller un Pacte était compliqué, très compliqué. Et pire était pour ceux qui se lançaient dedans sans Protecteur.

Si j’avais un conseil à donner, c’était bien celui-là. Ne jamais faire de Pacte de Sang avec des énergies sombres. J.a.m.a.i.s. Sous n’importe quelle circonstance. Peu importe les promesses aguicheuses. Passez votre chemin. Votre énergie vaut bien plus que vous ne le pensez. Ne la cédez pas, même si vous trouvez que la vie est dure et que vous ne voyez pas d’issue. Vous perdrez bien plus que vous ne le saurez jamais.

Les énergies sombres n’étaient pas un jeu. Les miennes non plus.



Au final, la lecture des énergies n’avait duré qu’une micro seconde à peine, juste le temps que le sang dilué parcoure mon palais.
Toutes les données et analyses profondes (que je refuse de publier, sciemment) furent étirées dans l’espace temps, ce qui donnait un très synthétique bilan de
« Nourriture Gratos en Libre Service ».



– Ngh… Pacte de Sang Validé…

Le jeune homme entendit la validation explicite de son Offre, toutefois, il ne savait pas absolument pas comment notre relation allait se redéfinir… d’autant plus qu’il m’avait dupée pour atteindre ses fins…

J’intégrai aussitôt dans ma conscience tous les accords pour l’intégration de cette énergie vitale dans mes différents corps astraux, en incluant évidemment les termes du contrat correspondant. Je sortis de ma transe légère avec un sourire apparent. A chaque fois qu’il remontait des tréfonds celui-là, rien de bon ne suivait derrière.

– Plus, … il m’en faut plus…

Une onde noire jaillit de mon ventre et m’enveloppa de vents violents et sombres. Cette sphère mouvante fluctuait autour de moi lorsque ma part Sombre prenait le dessus. Les secondes étaient maintenant comptées. Plus les flux restaient en surface, plus il serait difficile de les contenir.

L’homme se retrancha derrière la table du salon. Il avait raison d’avoir peur. Même moi, à cet instant précis, je ne savais pas encore comment j’allais réagir.
– C’est un humain… pas une entité désincarnée, tentai-je de calmer mes propres ardeurs. Ne pas trop tirer. hmm….. Ne pas trop siphonner. Ne pas le malmener… hm…..

Il m’observait avec une nervosité palpable tandis que ma langue se délectait encore du nectar que je venais tout juste d’avaler. Je la passai partout, sensuellement, langoureusement, lentement. Mes énergies se préparaient à aller chercher leur dû. Je le transperçai du regard.

– Tu es fou, lui dis-je avec ma conscience humaine bien active. Tu viens de commettre la plus grave erreur de ta vie.

Il fit un pas de recul quand je fis un pas en avant. Une faim viscérale se réveillait avec l’activation du Pacte.

– Tu as entendu. Ma part sombre valide ton offre. Elle valide ton Pacte… Je vais me nourrir sur toi… mes énergies sombres ont accepté ton Don. Tu es totalement fou d’avoir fait un Pacte de sang avec mes énergies sombres… C’est de la véritable folie. Même moi je ne traiterai pas avec elles en direct. Contre elles, tu ne gagneras jamais.

Il se mit à trembler, mais contre toute attente, il déboutonna son col de chemise, puis tous les autres boutons les uns après les autres. Il connaissait parfaitement le déroulement de la tire. Il avait beau avoir peur, il était habité par une certaine hâte. Ce n’était pas la première fois qu’il choisissait de me donner un peu de ses énergies. Mais entre offrir ponctuellement son énergie en dépannage, et mettre en place un Pacte de Sang, il y avait là une énorme différence. Limite qu’il n’aurait jamais dû franchir.

– « Camille- camille, je suis désolé, mais je n’ai pas trouvé d’autres moyens. C’est la seule façon que j’ai trouvé pour pouvoir rester en lien avec toi… Je ne voulais pas te perdre… Je voulais rester à tes côtés…je voulais que tu sois proche…»

Je m’avançai au pas de loups. Il ne recula plus. Et il avait plutôt intérêt. On ne lançait pas une telle demande de Pacte en faisant ensuite son peureux au moment de payer son dû. Il assumait ce qu’il avait fait, il assumait vraiment. Il ne voulait pas changer d’avis. Ses mains tremblaient bien malgré lui… Il avait peur, mais sa volonté de se lier à moi était plus forte. Il ne pouvait plus reculer et de toute manière, il ne le souhaitait pas. C’était juste que de voir tout ce sombre actif à quelques mètres de lui réveillait tous ses instincts de survie.

Il ouvrit timidement sa chemise en sentant le désir naitre en lui. Son souffle devint dense, il eut l’air gêné. Il sentait la chaleur monter dans les jambes, les picotements dans le ventre, il avait même l’impression que l’air autour caressait la peau nue de son torse et de son visage. Il avait même l’impression qu’on lui touchait les lèvres.

– Comment as-tu compris que mes énergies sombres étaient de type vampirique ? (il ne répondit pas.) Hein ? Comment ? (il bredouilla de manière incompréhensible, et détourna les yeux comme un enfant qui aurait fauté. Je soupirai). On t’a aidé hein. Tu as dû avoir un guide pour te montrer la voie et te dire exactement quoi faire pour m’atteindre. Je déplore grandement ta décision. Faire un pacte directement avec elles est la pire des choses qui puisse t’arriver dans cette vie.

Chaque pas supplémentaire ne fit qu’exacerber ses émotions profondes. Il y était presque. Enfin… enfin il allait pouvoir sentir ce lien en lui… Il touchait au but… Pas une fois, pas spontanément, mais régulièrement… Avec le Pacte, il était garanti que je vienne le voir plus souvent. Avec ça, je serai à ses côtés, même un bref instant.

Ce qu’il ne voyait pas, c’était à quel point mes énergies sombres ne le traiterait pas toujours bien. Les flashs que je voyais étaient très clairs…

– « Je veux être lié à toi… je veux te sentir, alors tu peux… tu peux prendre…  Jaccepte de te donner… Je taccepte… »

– Tu ne sais pas ce que tu acceptes réellement. Tu n’as absolument aucune idée de l’ampleur de mon sombre.


Par une poigne vive, je lui agrippai l’arrière de ses cheveux et tirai sèchement dessus. Sa tête virevolta en arrière. Il laissa échapper un jappement gorgé d’envies. Toute sa nuque m’était offerte sur un plateau d’argent. Sa chemise pendait ouverte. Il ne se débattait pas, bien au contraire, il n’attendait que ça. Son torse se gonflait à vue d’oeil. Sa respiration s’accélérait. Il me regarda fiévreux, désireux, puis se focalisa sur un point au plafond en appréhendant la première tire contractuelle, un moment solennel pour lui, la garantie que le contrat serait effectif et que tout son investissement porterait enfin ses fruits.

Il est fou… Mes yeux s’étrécirent, mon sombre ne cessait de s’éveiller face au parfum de son sang qui coulait en lui et dont je connaissais maintenant parfaitement la saveur. Je l’avais approuvée. Cette odeur m’était maintenant officiellement réservée. Je m’en délectais d’avance. Un nouveau puit de nourriture à disposition… Mes besoins énergétiques étaient tellement énormes qu’avoir un puit supplémentaire accessible depuis la dimension terrestre arrangeait bien mes affaires. Mais à quel prix pour lui…

– Tu es vraiment fou. (il tourna les yeux dans ma direction). Tu n’aurais jamais dû. Je vais te siffler jusqu’à la moelle.Tu ne pourras pas t’en tirer. Mes énergies sombres ne te laisseront plus partir. Elles prendront ton Don jusqu’à la fin de ta vie. Tu ne réalises pas le prix que tu paies juste pour être avec moi quelques minutes de temps en temps. Ce Pacte sera ta plus grande erreur. Tu es foutu.

Mes lèvres se ruèrent dans son cou avec un grognement animal, mes canaux énergétiques actifs et ouverts au maximum. Mes dents se transformèrent en crocs et se plantèrent avec ardeur là où l’odeur de sang était la plus forte. Il se crispa sous la douleur mais la satisfaction de m’avoir enfin lié à lui le combla profondément. Il émit un long soupir de soulagement.

Enfin il m’avait pour lui… C’était durant ces quelques maigres secondes, qu’il sentait sa place à mes côtés.

Il aimait se sentir proche. Il voulait l’être encore plus. Il voulait que ce moment soit spécial. Car au coeur de son intimité, ça l’était, c’était précieux. Il voulait m’enlacer, me serrer fort dans ses bras. Il espérait ressentir de l’affection, de la tendresse à travers ce nouveau lien. Toutefois les émotions n’étaient qu’une faille exploitable pour le sombre. Il n’avait pas comme objectif d’aimer, mais de servir ses propres intérêts.

Le jeune garçon enroula ses bras autour de mon dos mais fit exprès de ne pas me toucher. Il les garda maladroitement levés. Il pensait que si je le sentais trop collant, il serait rejeté, et il n’avait pas tort. 

Je l’entendais pousser des gémissements presque silencieux. Son bassin se dandinait discrètement sous les montées de plaisirs couplées à l’effet de tire. Les flux montaient en lui et l’émoustillaient toujours un peu plus à chaque inspiration. Son sexe se mit à pulser. Ses mains s’étiraient vers moi en comme pour raccourcir la distance entre nous. Il voulait sentir ma peau glisser sur la sienne mais ne savait pas si cette proximité lui serait accordé.

Je n’étais pas tendre avec lui, pas cruelle non plus. Je tentais surtout de canaliser efficacement pour ne pas que la situation dégénère drastiquement. Le mieux était de satisfaire ma part sombre rapidement avec un premier shot énergétique efficace qui calmerait ses ardeurs et ses pulsions sombres au passage. 

Son membre était maintenant totalement raidi et son pantalon bien trop étroit. En plus de se sentir serré au niveau de l’entrejambe, il était coincé dans une position inconfortable, le buste complètement tourné vers le plafond. Comme un prédateur avec sa proie, j’étais celle qui le retenais ainsi avec ma tête plongée au creux de sa nuque et mes poings qui l’empêchaient de fuir. 

Il avait beau être en contact direct avec mes flux sombres qui ne cessait de tourner autour de moi, il ne pouvait s’empêcher d’aimer ce qu’il était devenu : un point de contact privilégié. Malgré tout, il redoutait les forces qui le traversait de par en par. Au moindre faux pas, les masses d’énergies deviendraient aussi tranchantes que du rasoir et le diamètre et la pression atmosphérique évoluerait au rythme du chaos souhaité.

Il connaissait parfaitement les risques encourus mais il n’arrivait pas à contenir sa peur. Même en ne faisant rien, mes énergies pouvaient se retourner contre lui. Ça aussi il le savait. Il marchait sur un champ de mines et il en avait parfaitement conscience. La peur rôdait toujours. Elle était là, constante, mais il ne voulait surtout pas que j’arrête de prélever, car cela signifierait que je n’aurais plus de raison de rester.

Il fallait surtout ne faire aucun geste brusque, aucun qui pouvait venir perturber l’échange qu’il avait si durement mis en place. Rien ne devait paraitre contraignant pour moi. Mes énergies sombres étaient tellement imprévisibles qu’elles pouvaient décider à tout moment d’annuler et dissoudre le Pacte sur un simple claquement de doigts. Chose qu’il voulait à tout prix éviter. Il voulait sécuriser le lien, et pour cela, me satisfaire était sa plus grande priorité.


Le plaisir qui ne cessait de se diffuser en lui, était en parfaite symbiose avec la puissance de drainage. C’était basé sur un équilibre des forces qui servait de contre-balance et qui facilitait la transition des flux.

Cela revenait à préparer le corps pour donner plus facilement. Ses énergies se mettaient à disposition, elles s’ouvraient et se soumettaient. Dans son cas, parce qu’il l’avait choisi.

L’aspiration de sang provoquait un vif effet de succion en plus de la sensation de sentir une force s’échapper de soi. C’était une vague, un effet de tsunami qui s’expulsait de force hors de son propre corps.

La douleur était provoquée par la plaie dans la chair, la profondeur des crocs, le niveau de couches énergétiques atteint, ainsi que par la puissance d’aspiration. 

Le siphonnage pouvait être presque agréable, ou au contraire, devenir une véritable torture selon la manière avec laquelle les flux étaient volontairement manipulés.

L’implication du désir sexuel était une aptitude que les énergies vampiriques utilisaient très fréquemment car elles permettaient aux hôtes de ne pas s’arrêter à la sensation de douleur. Elles évitaient aussi à l’hôte de se sentir vidé. L’envie de sexe les inondait comme une bouffée chaude et intense, sécurisante et rassurante à la fois. Elle servait de remplaçante, et ils aimaient ça. Ils aimaient se sentir envahis de pulsions, de sensations et de caresses, de désirs jusqu’à en jouir.

Ce n’était pas un envoutement, c’était un réveil maitrisé des énergies sexuelles individuelles. On les réveillait, et peu à peu, on les invitait à dominer le corps dans son ensemble. Le désir était donc réel. Il était présent naturellement, mais simplement révélé, mis en lumière. 

L’effet de tire s’intensifia d’un cran. Il prit cela comme un signe d’acceptation. Comment gagner en proximité et profiter de cette opportunité ?…
Il rapprocha ses bras millimètre par millimètre jusqu’à poser délicatement ses mains sur mon dos. En fait, il agissait avec moi comme avec une bête sauvage, en faisant attention au moindre de ses gestes.
Son attitude et ses émotions qui coulaient en moi en disaient longs. Il en voulait plus.

Mes crocs s’enfoncèrent dans les couches nettement plus profondes. Il s’extasia subitement. Il agrippa maladroitement mes vêtements en utilisant la secousse comme excuse pour enfin s’accrocher à moi.
Mais ce n’était pas encore suffisant pour lui. Il ne me sentait pas encore assez.

– « Prends… je-je te donne Camille… prends ce que tu veux… »


Qu’il l’exprime ou non, le Pacte avait été scellé. Bien sûr que j’allais prendre. Mais l’entendre me dire qu’il se soumettait pleinement satisfaisait ma part sombre. Elle n’attendait pas moins de lui. Le tout était de me maitriser un minimum pour ne pas le blesser. Il ne fallait pas que mon nouveau frigo claque trop vite…

Mes énergies finirent par une grande rafle inspirée avant de relever fougueusement la tête, rassasiée par le bon encas. L’homme sentit enfin ma poigne se desserrer. Je me sentais comme rafraichie après avoir bu un grand verre d’eau fraiche, lui c’était tout le contraire. Il se sentait vidé. Il n’avait plus de force. Il n’arrivait même plus à tenir debout correctement, il s’affala dans les bras quand je lui tendis pour l’aider à se relever.

Ses émotions le tiraillaient de tous les sens. Son corps avait l’impression d’être laissé à l’abandon, inassouvi, délaissé… Il ne savait pas quoi faire de toutes ces sensations qui le démangeaient de partout. Avec toujours beaucoup de retenue dans son geste, il frôla son entre-jambe sur l’une de mes cuisses et donna un léger coup de bassin. Il me regarda droit dans les yeux et gémit les lèvres à peine ouvertes. Il me suppliait. Il demandait à pouvoir jouir. Il fit retomber sa tête sur mon épaule.

– «  Hem… hum… Je veux… je veux te sentir… touche-moi… »

– Le Pacte est clair, répondis-je platement. Tu as fait un Don. Tu n’auras jamais rien en échange. Tu n’obtiendras jamais rien de spécial venant de moi. Tu me donnes, c’est tout. Tu comprends ce que cela signifie ? Tu es mon frigo sur pattes.

Il releva la tête, peiné. Les mots paraissaient cruels mais c’était la dure réalité. Le plaisir qu’il ressentait, était déjà en soi une faveur octroyée. Elle n’était et ne serait jamais acquise.

Avec la douceur et la lenteur d’une tortue, il s’avança et déposa sur mes lèvres un simple baiser. Il ne savait toujours pas jusqu’où il pouvait se permettre d’aller avec moi. Il se recula tout aussi lentement qu’il m’avait approchée.

– « Ne pars pas maintenant… je t’en prie… reste un peu avec moi… »

Je ne répondis rien et le fixai en silence. 
Il ne savait pas comment interpréter cet état figé. Voir ses réactions avait quelque chose de fascinant. Il était conscient des limites, et pourtant, il espérait faire osciller sa marge de manoeuvre pour rester plus longtemps à mon contact.
Et le plus troublant étaient les particules d’amour particulièrement pures que je sentais en lui. Je les voyais, si claires, si fines, dirigées sur moi.
La masse était légère mais tout de même présente. 

Il m’appréciait, c’était réel. Il aimait ma présence, c’était réel aussi. Je comprenais sa volonté de me sentir à mes côtés. Ces énergies d’amour qu’il éprouvait pour moi se sentaient en paix à mon contact, comme si elles étaient à leur place, comme si c’était leur raison.

Je le soupçonnais en silence d’être l’un de mes Guides incarnés. Cela expliquerait un grand nombre de points le concernant.
Mais si c’était le cas, cela changerait la donne. Mon sombre ne voudra certainement pas lâcher sa nouvelle source de nourriture, mais je pouvais mettre en place un balancier compensatoire pour ne pas léser un membre de mon clan. J’allais devoir très rapidement confirmer ce point…avant les 3-4 premières tires.

Il cherchait un quelconque signe d’approbation de ma part, en vain. Il ne savait toujours pas comment faire pour m’inciter à rester davantage à ses côtés. Il en mourrait d’envie. Le jean de ma cuisse se réchauffait par son sexe dur posé dessus. Il me désirait ardemment.

Il détourna les yeux, réfléchit quelques longues secondes à une nouvelle stratégie d’approche. Il décida que mon inaction était signe de permission. Après tout, aucun rejet n’avait pas clairement été démontré.

Il se sentit aventureux quand il déplaça ses mains derrière ma nuque. Courageux, certes, mais prudent. Il les agrippa entre elles sans me toucher. La nuque était un endroit du corps nettement plus intime et proche que le dos… Avait-il le droit ? Il l’espérait ardemment.

Il scruta attentivement la moindre de mes réactions, il n’en détecta aucune. Il hésita à nouveau, puis finalement, décida d’envelopper délicatement l’arrière de ma nuque. Il vérifia encore l’état de mon visage : stoïque.  Aucun rejet significatif, il s’élança alors. Il leva son menton et m’embrassa d’un baiser plus affirmé. Ses doigts me caressèrent avec la légèreté d’une plume. Il ne me tirait pas vers lui. Non, c’était lui qui venait à moi, lentement, doucement.

Il voulait absolument me faire comprendre qu’à travers ses actes, il ne me contraignait pas. Il ne prenait pas, il n’exigeait pas. Il respectait et il demandait. Il avait du culot et osait, mais restait toujours attentif à ce qui lui était permis.

Il ne regrettait rien. Dans ses énergies, je percevais toujours une étincelle de lumière à mon égard, une forme d’amour, c’est cela qui m’intriguait, et c’est peut-être cela qui le sauva finalement, parce que la nature de cette lumière en lui était à l’opposée des énergies sombres qu’il avait manipulées pour la mise en place du pacte. C’était léger, lumineux, doux en lui. Il n’était pas sombre. Il ne voulait pas être sombre non plus. Côtoyer le sombre n’était pas ce qu’il désirait à la base, et je ne percevais pas de dominante égotique malsaine. C’était cette lumière en lui qui l’avait motivé à trouver une alternative pour maintenir le contact.

En y réfléchissant davantage, je me demandais s’il n’était le premier garçon pour lequel j’avais éprouvé des sentiments à l’école primaire… Il n’était pas rien pour moi. Mais est-ce que j’appréciais sa présence pour les souvenirs qu’elle portait, ou parce que ses énergies portaient en elles quelque chose de spécial que je n’arrivais pas encore à définir ?

Peu importe… Il quémande super bien, presque à en devenir sexy. 


J’ouvris la bouche et glissai ma langue contre la sienne. J’engloutis son soupir de soulagement dans un coup de langue moite et sensuel. Pour la première fois, il osa réellement resserrer son embrassade. Son buste se colla à ma poitrine, son bassin se laissa aller contre ma cuisse avec plus de liberté. Il gémit intensément lors d’un coup de hanche affirmé.
Il était impatient. J’entendais le battement de coeur anticiper le plaisir et l’exaltation.

L’astral avait du bon. Après tout.. Une petite partie de jambes en l’air ne me ferait pas de mal…

On virevolta au sol sur des couvertures qui apparurent comme par enchantement.

Une fois notre besogne terminée et les énergies aplanies, il s’assit dans le lit improvisé et me regarda somnoler. Je n’étais plus envahie de flux sombres. J’étais apaisée et calme. Il me scrutait d’un coin d’oeil timide et anxieux. Combien de temps allais-je encore vouloir rester à ses côtés ? Il savait que je pouvais me rhabiller à tout moment et partir sans me retourner. Je trouvais que c’était un bon moment pour faire le point sur ce qu’il venait de se passer.

– Il y a une raison pour laquelle je ne me nourris que de mes guides désincarnés, pourquoi ils sont plusieurs et pourquoi ils tournent entre eux. Je les pompe tellement qu’ils ont été obligés de mettre en place un système de relais entre eux, et ça en plus des rayons ponctuels, des multiples puits de régénérations, et des dimensions hautes faites uniquement d’énergies. Aucun humain ne devrait faire de tel pacte avec moi, c’est de la folie. Tu es totalement inconscient. Si tu voulais garder le contact avec moi, il te suffisait de m’envoyer un message sur Facebook. Ça aurait été plus simple, tu sais… Moi aussi j’ai beaucoup d’affection pour toi. J’aurais été contente de te parler et de garder le lien… Tu n’avais pas besoin de mettre en place un tel rituel.

– « J’avais toujours voulu garder contact, mais je n’ai pas su.. et puis la vie-la vie a fait que… que tout s’est fait… ça ne s’est plus présenté, et puis je voulais te parler… je voulais… et je ne savais pas comment faire… j’ai paniqué… je ne voulais pas que ce ne soit plus jamais… j’avais toujours senti que j’étais proche de toi… et-et… »

– Tu n’as pas conscience du prix que tu paies avec ce Pacte. De l’énorme quantité d’énergie vitale que je vais te prendre au fil des ans. Mon Sombre a accepté ton offre. Il ne l’annulera pas. Tu comprends ce que cela signifie ?

– « Oui. Tu seras avec moi jusqu’au bout. Tu seras à mes côtés. Tu ne seras plus jamais loin de moi. »

Je roulai les yeux au ciel. mais quel petit con… Il me vit souffler lourdement. Sa main vint s’enrouler autour de mon avant-bras, inquiet.

– les humains sont fous… Vous êtes tous tarés de faire des pactes avec le sombre… vous ne gagnerez jamais avec le sombre… Hm. en effet. Tu n’iras nulle part. Tu es cuit.

Son air s’adoucit, il sourit et se rallongea à mes côtés. Il se blottit tout contre moi. Il caressa sa joue contre mon épaule chaude.

– Il va falloir que je trouve un moyen de canaliser la bête maintenant, je ne voudrais pas que tu crèves avant l’heure… mais tu te rends pas compte des énergies que ça va me demander en plus pour pas te siphonner de trop à chaque fois… Je te dis clairement, j’aurais préféré un message sur facebook, putain… La seule chose qui te sauve dans l’histoire, c’est mon affection pour toi et le fait qu’on ait un historique. J’espère que cela sera suffisant pour te préserver. Mais prie déjà pour que je vienne jamais te voir quand je suis énervée ou quand mes cuves sont dans le rouge, ou en mode combat, tu passeras un très sale quart d’heure, ça c’est garanti d’avance.


Si jamais j’apparais devant toi dans ces moments-là, surtout ne me refuse pas, même si tu es crevé ou que tu n’as pas envie, ou pas prévu. Soumets-toi pleinement, reste surtout bien docile. Ne choisis pas ce moment pour te confronter à mon sombre et avoir envie de te rebeller. Tu ne feras que m’exciter davantage. Ne te mets pas volontairement en difficulté… Ce n’est pas parce que, ça y est tu es lié à moi par le Pacte, que tu peux te permettre ce genre d’élans courageux, en faisant le coq, en pensant que tu peux m’imposer tes moments pour tirer quand toi tu en auras envie, ou quand tu te sentiras suffisamment en forme. Le lien ne te donne pas ce pouvoir sur moi. Mon sombre ne se soumettra pas, et tu ne contrôleras jamais la nature de notre relation. Dans tous les cas, il prendra, avec ou sans toi.

Que tu te sentes pousser des ailes est une chose, mais ne va pas penser une seule seconde que mon Sombre sera un jour de ton côté. Il n’es pour Personne, il n’aime personne. Reste toujours sur tes gardes. Ne lui offre jamais ta confiance ou ton amour, il l’utilisera contre toi. Pour lui, tu es devenu son jouet. Tu es celui qui t’es offert à moi, ne l’oublie pas. Il n’a pas besoin de toi. Il peut très bien se passer de toi. Je n’accepterai pas tes caprices, ni tes refus d’autant plus que maintenant mon sombre pense que tu lui appartiens. Plus tu lutteras, plus tu aggraveras ton cas. Tout se retournera alors contre toi. Tu en viendras à maudire ces moments de partage. Ma présence deviendra synonyme de torture, et je ne m’arrêterai pas de tirer. Les années se transformeront en calvaires. Je t’en prie… ne me teste pas. Je ne souhaite pas ça pour toi. Si tu veux éviter les problèmes, assure-toi d’abord de remplir ton dû.

Si tu as des choses à me dire, je peux écouter, mais pas dans ces moments-là. Jamais pendant la tire et jamais quand je suis en rade. Choisis un créneau en dehors et convoque-moi à l’heure du rendez-vous. … Tu sais, c’est pour toi que je dis tout ça… Je te donne le mode d’emploi pour que tu vives le Pacte au mieux…

Il hocha la tête d’un signe d’assentiment avant de s’enfouir plus profondément sous la couverture.

– pf. Quel merdier… Petit con…



16 Comments

  1. Y'a pas de se crée...

    Bonsoir Camille,

    Oui cette rencontre est classée ailleurs dans mes propres onglets.

    Ou sera un simple chapitre à un roman qui verra peut etre le jour un jour.
    How knows?

    Juste pour correction c’était un témoignage que moi je lui avait envoyé et non elle.

    Le rapport que je souhaitais faire en lien avec ton article était le suivant :
    Dans ton billet tu évoques un pacte de sang dans l’astral.Cela a eu un effet miroir dans la matière pour moi,car avec cette personne il s’agissait de donner le vie ensemble.D’où un pacte de sang à mon sens,du moins un lien de sang?puisque lié le sang de nos deux familles,nos deux géntiques.

    Voilà je conçois que cela ne fasse pas sens ou rebond à ton billet

    1. Rêves Lucides et Spiritualité

      Ah bah maintenant je comprends mieux là où tu veux en venir. Enfin, cela s’éclaircit !
      (Parfois deux phrases suffisent 🙂 )

      Est-ce que un Pacte de Sang peut aussi se faire à travers deux familles qui se lient à travers la généalogie ?
      C’est même un point très intéressant qui pourrait me motiver à en écrire une Page complète tant le sujet est intéressant.

      La réponse est Oui, aussi. Un Pacte de Sang peut être établi aussi de cette manière là. Nettement plus complexe par contre. A cause des lignées concernées et des entités mêlées à l’établissement de telles manipulations énergétiques (cela représente parfois des masses énormes, surtout au fil du Temps et des générations.)

      Intéressant d’avoir souligné cet aspect. Merci

  2. Y'a pas de se crée...

    Ce retour me réconforte.
    Remerciements partagés.

    Tu es la seule a avoir lu ce que j’ai eu inscrit,et ce qu’incarne cette nana en partie du moins.

    Et j’avoue que méler nos génétiques,la généalogie de deux familles si différentes de continents différents et peaux différentes m’enthousiasmait encore plus.
    Les enfants métis ont en général une beauté bien particulière.

    Bonne nuit
    Keep dreaming…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × cinq =

error: Content is protected !!