Passage vibratoire

18106_fantasy-clouds-landscapes-stars-lanterns-artwork-nightlights-passage_2560x1600

 

Bonjour à tous,

 

Il y a deux soirs, j’étais claquée, cela faisait longtemps que je ne m’étais pas couchée aussi tard.

Vous savez ce qui se passe quand votre corps est exténué ? Et bien il craque et s’effondre comme une loque au dodo. Seulement, moi, je profite de cette fatigue psychique pour décrocher du mental, le laisser dormir et pouf , passer de l’autre côté consciemment, simplement en ne retenant aucune pensée mais juste en me posant dans les ressentis physiques qui glissent vibratoirement d’un endroit et d’un état à un autre.

J’ai senti plusieurs zones s’activer, ma colonne vertébrale vibrer à différentes zones du dos, parfois je la sentais s’enfonçait dans mon lit et vibrer plus fort. Je pensais que j’allais pouvoir sortir astralement, mais non , un truc bloquait, la fréquence trop changeante.

Hier soir, j’me fais la même chose, sauf que sans savoir pourquoi, ce coup ci, je passe dans une espèce de dimension intérmédiaire, noire , ou j’entends plein de personnes parler fort et brailler dans tous les sens. Ca s’agitait sec ici.

 

En faite, je ne savais pas si c’était des parts de moi hyper agitées ou une zone astrale grouillante de gens qui sont juste chiant et bruyant.

” silence, s’il vous plait, calmez vous un peu,sinon je ne vais pas pouvoir rester bien longtemps … ca va finir par me faire rebasculer… “

les gens continuaient de brailler, ils me parlaient, ils se parlaient, enfin j’arrivais pas à isoler les paroles tellement que y’en avait dans tous les sens.

“qu’est-ce que je fais ici, qu’est-ce que je fais ici ?”…. “y faut de l’aide, y m’faut un guide….” ….

je continue à errer en vain, fatiguée du bruit, et je me retrouve ensuite je ne sais comment dans une galerie de peinture où je vois des toiles énormes signées d’un de mes contacts facebook.

blackout.

je me réveille.

 

Evidemment, premier réflexe, je la contacte.

Mais cela ne change pas mon problème.

 

Purée, je dois avoir de sacrés conflits intérieures pour être bruyante autant au point de me demander moi-même le silence….

Quand même… mais, plusieurs zones d’ombres subsistent dans cette histoire.

 

A vrai dire,en ce moment, j’essaie de ne pas penser. OUi, voilà, le silence quoi. A quoi ca sert de penser, vous avez vu l’énergie que l’on y met? alors bon, je vais pas ruminer… du moins , j’essaie. Moi voilà.. peut-être était-ce moi justement qui avait beaucoup à ruminer.

 

Enfaite, je me sens tellement nulle et improductive dans l’art que je me dis que ne pas penser aide. Je crois qu’à force de voir des rêves de peintures, ca me donne des illusions. Peut-être que je ne suis pas douée dans ce domaine après tout. Mais peut-être dans un autre…

Si seulement ces fichus rêves de peintures pouvaient s’arrêter.

 

De toutes les choses belles que j’ai vu dans mes rêves, je n’arrive à rien sur ma feuille. A rien retranscrire. Rien n’est assez beau ou ne représente ne serait-ce qu’un % de cette immensité aperçu.

J’essaie tout, mon dernier achat c’est les encres et pourtant, je m’imagine en faire depuis tout à l’heure et je n’ai qu’un sentiment de déception en tête.

 

Je voulais prendre des cours, mais voilà, je fais des rêves qui me font comprendre que ce n’est pas bon pour moi. En même temps, autodicte jusqu’à aujourd’hui ne m’aide pas vraiment….

Je voulais écrire, canaliser, parce que ça au moins, je crois que c’est possible. Je sais que je suis médium et que je peux tirer les fils… mais non, je n’arrive pas à trouver un thème sympa. pourtant vous allez m’dire que y’a que l’embarras du choix, mais non…. c’est l’envie qui manque on dirait…

 

ah, cette fichue envie qui est là que quand elle veut…. quelle faignasse….

Je sais que je suis dure avec moi même… au moins, cette semaine, je me dis que je n’ai qu’à aller bosser, au moins, ca ce sera productif, à défaut de faire des choses belles, je gagnerai de l’argent.

 

parfois, je déteste mon ingérence, mon impatience et mon exigence.

Je crois aussi que le pire bourreau qui existe est soi-même.

Je le ressens à la puissante vague d’émotions face mes propres mots de cet article, à la tristesse qui me touche du fait que je m’insulte moi-même, de la douleure que cela représente cette dureté en moi.

Elle me rend triste de voir que je ne suis pas encore assez bien. Et pourtant, le pire, c’est que malgré mes efforts dans la découverte et l’expression de moi-même, je n’ai pas la sensation d’avoir raté quelque chose ni d’avoir manqué un truc… j’ai juste suivi mes envies… enfin je crois….

 

L’homme veut accomplir de grandes choses, mais il n’arrive même pas à voir la grandeur des petites choses.

 

– “voir et écouter le ciel, c’est un beau jour.”

– c’est pourri.

– “Voir et écouter le ciel, c’est un beau jour n’est-ce pas ?”

– non . c’est pourri.

– “Voir et écouter le ciel, il chante en ton honneur. “

– ah et pourquoi il chanterait pour moi ?

– “Voir et écouter le ciel, il danse en ton honneur… “

– et pourquoi ça? …..

– “voir et écouter le ciel, tu ne comprends donc pas ?”

– il m’aime ?

– “Voir et écouter le ciel, il t’Aide. Nous te saluons.”

– je n’arrive même pas à m’écouter moi-même.

– “Le ciel est doux, tu aimes le Ciel, dis, tu aimes ?”

– hum. oui … *marmonne* c’est vrai que je l’aime…

-“Le ciel danse pour toi, le ciel chante pour toi, regardes-le.”

– plus tard.

-“Regardes-le avec tes grands yeux ouverts.

– …

– “Oui, comme ça, parles lui, lui te répondra toujours.”

– pourquoi tu me dis ça ?

– Voir et écouter le ciel, c’est beau n’est-ce pas ?”

– hum… *souris*

 

Bonne soirée

 


Source: Peinture

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − dix-huit =