Pour la connaissance

demon_of_knowledge_by_ariduka-d96nmo0

 

Il n’y avait pas besoin de se poser la question en les voyant avoir besoin d’aide.
Le langage du coeur dans l’astral fait que n’importe quelle langue devient accessible. Même celles que l’on n’a jamais apprise dans la vie présente. Et au delà de ça, il arrive que l’on récupère une langue ancienne, au fin fond de notre mémoire génétique.

Je ne savais pas ce que je faisais là, en pleine rencontre avec une tribu des îles. Il faisait un temps magnifique et l’air marin était revigorant. C’était rare que je me retrouve dans une dimension aussi jolie et légère vibratoirement parlant. Et quelle lumière ici… Tout semblait chaleureux. Tellement chaleureux que j’aurai aimé vivre ici.

L’océan avait une couleur pure, tout comme le sable et la nature environnante, loin des pollutions et des activités néfastes de la main de l’homme. Il y avait ici un petit village, propre, fonctionnel et entièrement fait de matériaux offert par la nature.
Assises sur des troncs devant une case, des membres du clan. Ils semblaient avoir un problème pour communiquer. Personne autour d’eux ne pouvaient les comprendre. Et pourtant, ils avaient besoin de quelque chose, d’un petit truc qui m’échappait et me rendait maladivement curieuse. Je n’allais pas les laisser comme ça. Et puis franchement, j’admets que je pris ça aussi comme un petit défi égotique.

Alors que tout le monde se sentait démuni, j’eus envie aussi de me pavaner un peu. De temps en temps, prouver aux autres que c’est possible là où tout le monde pense que c’est impossible a tendance à m’amuser, en plus de rassurer mon égo (mais ça, faut pas le dire, shhh…. )

Bref. Ils avaient besoin de quelqu’un pour dialoguer avec les anciens. Les mots qui sortirent ensuite de ma bouche furent tout droit tirés du Maori. De l’ancien dialecte. C’était rigolo. Je ne comprenais rien à ce que je disais mais je savais leur sens énergétique. Car mes intentions étaient claires comme de l’eau de roche et ma bouche faisait juste le “traducteur google”. Je comprenais également ce qu’ils me répondaient car je lisais les énergies avec mon corps tout entier. Le mot tel quel ne signifiait rien dans ma tête, mais énergétiquement, je comprenais ce qu’ils voulaient dire.

C’était une sensation bizarre et assez dérangeante quelque part, de comprendre sans comprendre, de savoir sans savoir. Il me suffisait de penser à ce que je voulais dire et le mot sortait tout seul, presque sans effort.

Ainsi, je m’incorporais à la tribu sans problème , je permis aux anciens de faire une canalisation et de contacter des énergies de guérison. Impossible de me rappeler exactement pourquoi, mais je savais la tribu embourbée dans un drôle de dilemme. Alors bon, autant rendre un petit coup de main, là, vite fait bien fait, que c’était sous mon nez. Cela faisait une pierre deux coups. Et puis toute la situation était comique. On aurait dit que j’étais dans mes univers personnels car je reconnais un certain nombre de visages de personnes relatives à ma vie présente. Très bizarre d’ailleurs, ces transpositions.

En l’espace d’un petit quart d’heure et quelques incantations magiques, les anciens furent satisfaits. En partant, quelqu’un m’interpella.

– “Ca ne t’intéresse même pas de savoir ce qu’on va devenir ? On pourrait mal tourner ou décider de détourner ton aide.”

– En réalité, ça m’est totalement égal. C’est votre choix. Ce que vous en faites ne tient qu’à vous. C’est à vous de décider ce que vous avez envie devenir. Construisez votre vie comme vous sentez. Moi, j’ai fait ce que j’avais à faire ici. Le reste, c’est à vous de le construire.

– “Pourquoi alors ? Pourquoi aides-tu les gens ?”

Je me retournai vers l’horizon en montant sur un bateau.

– Uniquement pour l’accès à la Connaissance. Le reste m’importe peu.

Il resta là, les yeux écarquillés tandis que je plongeais les miens rivés sur l’horizon. Je ne portai pas les gens. Je n’avais fait que dire ce que je ressentais. Je suis attirée par la Connaissance, par le Monde et la Magie qu’il porte en lui. J’aide en débloquant certaines situations, mais ma place n’est pas de porter les autres. Je nourris ma soif de savoir.

Peut-être était-ce égoïste. Peut-être. Mais mon développement ne repose pas sur le bonheur des autres. Mais uniquement sur le mien. Et moi, je me sens bien quand je manipule des magies que j’affectionne dans un contexte que je trouve juste. Le reste, est pour moi un détail. Certes, j’aime voir les gens bien et sourire. J’aime les voir en paix. Mais ce choix ne m’appartient pas.

Comme aujourd’hui, je constate les noeuds autour de moi, je partage certaines connaissances, et j’aide temporairement. C’est toujours très ciblé. En plus d’être ciblé, je ne me préoccupe que des sujets où j’ai quelque chose à y gagner sur le point de vue de manipulation des énergies. Je ne suis pas une personne qui aide “gratuitement” et qui vit dans le sacrifice. Je comprends le don de soi. Je le fais. Mais je fais en sorte d’avoir un équilibre toujours permanent dans l’approche de façon à ne pas me sentir lésée astralement. Je donne à hauteur de ma personne, de ce qui me touche et de ce qui me nourrit dans mon évolution personnelle.

Je ne peux pas être la personne qui va porter mes lecteurs. J’offre des clés, simplement des clés. Le reste, c’est à chacun de s’en servir, ou non. Mais c’est un choix qui n’appartient qu’à lui.

Bises

Enregistrer

Enregistrer

10 Comments

    1. Spiritual Flower

      Coucou Wille !
      Euhh…. l’écriture du livre est compliqué à cause de mes galères à gérer mes aléas… ça a tout décalé zt je ne peux deja meme pas finir le tome théorie ! J’te jure, ca me saoule ! Ca devrait se décanter pour le début de l’été, mais du coup, le tome 2 risque d’être décalé à 2018 ^^

      Bises

  1. alexandre

    Bonsoir Camille,

    J ai le même point de vue sur la vie.En fait, je crois que dans l ombre,  chaque personne pense la même chose .Car, la connaissance accroit le pouvoir et donc permet une évolution plus rapide..

    Après, je pense que tu as raison concernant les clés.

    Avec l’expérience, j ai pu constater que ,de toute façon, ce ne sont pas les”outils”qui sont dangereux mais uniquement la façon dont les gens s’en servent…  En fait, la connaissance agit comme un miroir, un révélateur de l’âme des gens d’où la sélection très pointue dans les groupements ésotériques anciens et modernes. Je te souhaite de belles découvertes  bises

    j’a

     

  2. Fleur

    Un grand merci pour toutes tes clés (bon, souvent je ne vois pas la serrure) et tes réponses Camille !

    En parlant langage, hier il y avait une émission sur les langues sur France culture (16h00) sur les origines dans le temps et dans le “corps” !

    D’ailleurs avec le recul, c’est quand même plus facile d’expliquer la possibilité de la complexité des langages et l’acquisition rapide par un enfant quand on prend en compte les histoires de vécus avant la naissance …

    Bises et Merci !

    petite question : pourquoi ne peut-on pas fermer les oreilles comme on ferme les yeux ? évolution à venir ?

  3. Emilie

    Bonjour Camille,

    Hier j’ai loupé la diffusion du film sur les guerriers maori “the Dead Lands”. Je n’ai réussi qu’à voir la fin et c’était assez violent. D’ailleurs le film est interdit au moins de 16 ans et je ne suis plus vraiment sure d’avoir envie de m’exposer à des scènes de massacres.  J’ai trouvé très agréable de lire ton histoire concernant une tribu qui recherche la paix  et accepte de résoudre un problème sans faire couler le sang.

     

     

  4. Spiritual Flower

    Salut les filles,

    Vous me donnez envie de voir ces deux films / reportages. Moi non plus je ne suis pas pour les guerres et les massacres, mais comme ce n’est pas la première fois que je rêve de maori, ça me pousse à me renseigner un peu sur ce qu’ils étaient.

    Fleur, perso, moi je ferme déjà mes oreilles avec des boules quiecs. lol !  Plus sérieusement, si on garde les yeux ouvertes, on n’a pas besoin d’oreilles. Je pense que c’est plus dans le cadre de la survie. Les oreilles nous permettent de nous reconnecter au corps en cas de danger. C’est un point de repère qui nous permet de nous prévenir et donc d’éviter de nous surprendre trop violemment. Quand on n’entend pas et que quelque chose se passe sur notre corps, le traumatisme devient plus virulent car on n’a pas eu le temps de s’y préparer.

    L’évolution des oreilles fermées, pourquoi pas, mais quand on aura la conscience ouverte lol ! Et là, y’a du boulot héhé

    Bises

     

  5. Fleur

    Re-coucou,

    oui j’en étais arrivée à la même conclusion sur la “surveillance” avec l’ouïe.

    Mais justement le soucis c’est qu’on se les bouche quand même, mais ce n’est pas naturel. Je suis une grande utilisatrice de boules quiès et là ça ne va plus, j’ai mal.

    Et quand on se sent en sécurité, il arrive que l’on dorme à poings fermés, du coup pourquoi ne pas choisir de dormir à oreilles fermées …

    Et c’est vrai que je me demande depuis un certain temps pourquoi je ne sens pas quand quelqu’un arrive. ça se développe ? Toi qui a la conscience plus ouverte que moi par exemple, tu sens si quelqu’un arrive derrière toi alors que tu as un casque sur les oreilles ?

    Bises

    1. Spiritual Flower

      Coucou
      Moi ? Une conscience plus ouverte que toi ? Je ne pense pas. Je sursaute à chaque fois qu’un bruit est plus fort qu’un autre. Si je pouvais sentir quelqu’un qui arrive dans mon dos alors que j’ai un casque, ce serait un miracle !
      Mais je suppose que la conscience de l’environnement dans lequel on se trouve se développe, mais je suis loin d’être un sioux….

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × deux =