Rapatrier les Anges perdus

En ouvrant les yeux, je tournai la tête à droite, puis à gauche. Mes paupières avaient encore du mal à s’ouvrir complètement.

– “Bienvenue à bord“, dit une forme humaine en venant à ma rencontre.
– On est où, là ?
– “Coincé entre ici, et là”, fit-il en m’envoyant une carte spatiale en télépathie.
– Comment ça, coincé ? Pourquoi ne pas affreter le vaisseau ici ? (je lui envoyai une station orbitale à priori inhabitée) Elle semble disponible et pas loin.Si vous continuez tout droit et passez la matière noire, elle juste à mi-chemin derrière. Cela vous fera une base de repos.
“On ne préfère pas… Elle pourrait être à l’ennemi, et sait-on jamais…”
– Je la vois inhabitée dans ma vision. Personne ne l’utilise pour le moment. Sa structure semble encore en état.
– “Et si ils y étaient vraiment ?… Nous ne pouvons pas prendre de tels risques… Alors on erre depuis un moment.”
– Et tu ne peux pas utiliser les ailes, les déployer et cramer de la matière noire pour avancer ? Ca devrait vous propulser.
– “On ne peut pas. Notre vaisseau est de cette forme (il me la dessina sur le sol), et non en forme de coeur, comme ça. Si cela avait été le cas, nous aurions eu une technologie différente, mais là…”
– Vous êtes combien ici ?
– “Environ 2000 entités.”
– Hm, quelles races d’essences y a-t-il à bord ? Il y a des Anges ?… On dirait que oui.. J’en sens à bord…
– “Oui, on les a d’ailleurs tous répertorié sur un carnet de bord pour garder le suivi quand ils sont montés.”
– Fais-moi voir ça.

Il fit apparaitre le carnet, et me le jeta presque à la volée.
– “Hmf, ils sont pas mal !” fit-il sur un ton nonchalant.
– Pas mal ?… Nan mais vous avez un carnet spécial où figurent uniquement les anges ? … Pourquoi les séparer du reste des passagers ?… Et vous les avez tous ici par ordre alphabétique en plus ?… Mais… J’en sens plus de 200…Faites-les venir ici ! Je veux les voir. Tous !

Il me regarda, puis ignora mes paroles avant de vouloir changer de sujet.
– “Pourquoi cela t’intéresse, les Anges ? Tu en es un, toi ?
– Qu’est-ce que cela peut te faire que j’en sois un ou pas ?
– “Si tu en es un, tu ne devrais pas avoir peur de le dire. Alors ?
– Non, je n’en suis pas un.
– “Tiens“, dit-il en faisant apparaitre une manette avec des boutons et un cadran visible. “Appuie là, on va vite le savoir.
J’haussai les épaules, et souris à demi. Ces tours ne fonctionnaient jamais sur moi.
– Voilà. Content ?
– “Hm. Tu n’en es pas un. Nous voilà fixés.”

Je ne savais dire pourquoi, mais mes filtres s’étaient activés. Mes énergies avaient sciemment refusés l’accès à la magie de cet outil de reconnaissance énergétique. Et sur le coup, je ne comprenais pas pourquoi. Par contre, je continuais de jouer le jeu. Comme d’ailleurs, 99% du temps en fait. Soit les énergies réalisaient ce que j’étais, soit non. Cela importait peu au final. Seuls comptaient mes objectifs, et là, quelque chose clochait. Sourcils froncés, je commençai à m’impatienter. J’émis un appel sans équivoque.

– J’appelle l’ensemble des Anges présents sur ce vaisseau. Répondez à l’Appel, Venez à moi.
Rien ne se passa. Mon regard se durcit. Je toisai la forme humaine.
– Pourquoi n’entendent-ils pas mon appel ? Ce n’est pas normal. Ils devraient être capable de m’entendre et répondre immédiatement. Qu’est-ce qu’il se passe ici ?

Un silence de mort prit place.

– Bon, repris-je agacée. Amenez-moi au Commandant. Tout de suite.
– “Il n’est pas ici”, répondit une autre forme humaine.
– Alors amène-moi à lui.
– “Mais…”
– Amène-moi au centre de commandement de ce vaisseau. Immédiatement. Le Commandant est là-bas, n’est-ce pas ? Prends tes affaires, Allez bouge ! Va chercher un moyen de locomotion. Avance ! Je te suis juste derrière.
– “…”
– “C’est bon, on va t’y emmener” dit un autre. Puis il feula. “Avec toi, on est toujours obligés de suivre et exécuter les ordres vite, hein. Pas moyen de passer outre. “
– Exactement ! Je n’aime pas attendre.
– “On a compris“, grogna-t-il, “c’est bon, on t’y emmène au Commandant… Suis-nous, on t’y emmène. “

Je fis un aller retour dans mon lit, me retournais dans la couette, et refermai rapidement les yeux espérant repartir vite. En rouvrant les yeux, j’étais à l’arrière d’un Pickup.

– Hm…Je… j’ai enfin pu rapatrié à nouveau ma conscience humaine. On est où là ? Combien de temps s’est passé depuis tout à l’heure dans le vaisseau ?
“Tu nous a demandé de t’amener voir le Commandant, on est en route.”
– On en a encore pour combien de temps ?
– “Le trajet dure 5 heures.
– Merde… J’ai une visio avec une amie dans 1 heure 30, et je serai obligée de revenir dans mon lit. On en est où du trajet ?
“On arrive bientôt là. On a fait le plus gros. Pourquoi tu veux voir le Commandant ? Cela ne changera rien de toute manière. Deux autres personnes sont venues avant toi, il n’a rien écouté. Ils sont repartis bredouille.”
– Ne t’inquiète pas, moi il m’écoutera. Fais juste ton boulot.Amène-moi là-bas, le reste, c’est mon problème.
– “Et pourquoi avec toi, ce serait différent ?” grogna-t-il.
– T’occupe et roule. Je ne sais pas combien de temps ma conscience humaine va tenir, alors ne traine pas. Ah…. ?! Qu’est-ce que…. (Quelque chose dans les champs attira mon attention, je me redressai, et me tins debout, en gardant le point visé alors que la voiture nous éloignait) Il y a quelque chose, qui… C’est bizarre… Quelque chose m’attire, mais…
– “La route va secouer un peu, tu devrais t’installer correctement.”
– Arrête la voiture.

Il n’arrêta pas. Sur une simple intention, mon pieds décolla du sol, et je fis un bond hors de la plage arrière. Je pensais que j’allais léviter et partir comme une fusée, mais mon corps était trop dense dans ce monde. Cela fut au final, un simple saut, qui me fit atterrir en douceur sur le bas côté de la route. L’intérieure du vaisseau était une bulle spatio temporelle qui avait recréer tout un écosystème à part entière. C’était fascinant. C’était comme un micro univers à l’intérieur d’une coque stationnaire dans l’espace. Autour de moi, de la nature, des routes bétonnées, de la nature, des arbres, et des odeurs…

– Hm… J’ai perdu le point… Mais cette odeur, c’est quoi ?… Là, je sens du mimosa ! Du mimosa à plein nez ! (Je scrutai tout autour de moi, les arbres en fleurs. Du mimosa partout.) C’est vraiment du mimosa, je le sais, je déteste cette odeur, mais là, elle est si présente, cette plante est si…. Comment une telle odeur peut exister si forte ici ?…

Je fis quelques pas le nez vers le ciel en essayant de traquer le point de départ, mais les arbres étaient tellement nombreux que je n’arrivais pas à en déterminer l’origine. Cela semblait venir de tous les coins. Le temps que la voiture fasse demi-tour, j’étais pensive, sur le bas côté, à remarcher dans sa direction pour récupérer le moyen de locomotion. L’odeur s’étoilait peu à peu, jusqu’à presque disparaitre de mon odorat.

Rapidement, une nouvelle odeur tomba dans mes narines et attirra toute mon attention, celle du Pin. Quelle douce odeur ! Et pourquoi m’attirrait-elle autant ? Tout mon corps semblait vouloir suivre cette piste. Cette fois-ci, j’allais la traquer et découvrir son origine. Quand les hommes arrêtèrent enfin la voiture et descendirent à mon niveau, c’était déjà trop tard, je m’engouffrai dans une nature luxurante des bords de route, et fondit dans un labyrinthe d’odeurs qui se tassait avec la flore de plus en plus impénétrable. A chaque pas dans sa direction, celle-ci semblait gagner en puissance, en affirmation d’être. Une magie belle la faisait vivre. C’était certain. Cela émanait d’un Être…

– Le pin, murmurai-je, comment une telle odeur de Pin peut exister dans ce monde ?… Comment une telle odeur aussi forte et puissante peut exister ici ?! Je dois suivre mon corps, lui peut me guider dans ces petits chemins. (Je tendis le bras et m’adressai directement à ma main comme si mon corps et moi étions deux êtres distincts) Guide-moi mon corps, guide-moi à l’origine de cette odeur, amène-moi à cet être, à cette magie.

Je lâchai le contrôle mental sur mes membres et suivais mes impulsions. Mon corps voulait tourner à gauche, puis à droite, enfin se faufiler entre une rangée d’arbuste, et l’odeur m’inonda presque au point de me brûler le nez.
– Il est là, juste derrière, je le sens. J’arrive !

Les brouissailles firent soudainement place à une entrée de jardin taillée, et une maisonnette. Une dizaine de personnes restaient debout dans le couloir, porte d’entrée grande ouverte, et semblaient avoir élu domicile ici, dans l’encolure de portes à suivre la vie autour aller et venir. Tous me virent apparaitre comme un cheveu sur la soupe. L’un d’eux, stupéfait plongea presque aussitôt à l’intérieur de l’édifice.

– Aaaah !! CA Y EST !!! Ils ont reçu… ont répondu !! Là, devant la maison !! Viens, viens vite ! s’écria-t-il en s’engouffrant dans la maison. Visiblement, il voulait prévenir le principal concerné.

J’avancais, et souris. Cette magie épurée portait des traces angéliques… Un Ange était dans les parages…Je n’étais même pas encore arrivée au seuil de la porte, qu’un homme déboula en trombe et stoppa net un pas après le paillasson, les mains cachant sa bouche estomaquée.

“Hen…Seigneur, Seigneur… enfin”,articulait-il, puis ses yeux se posèrent sur moi et il me dévisagea en silence, les yeux ronds. Plus aucun son ne put sortir de sa bouche.
ah, voilà qui je viens chercher ici, pensais-je en ayant enfin compris. Et si Pin est un Ange, Mimosa aussi alors. Et ils doivent être éparpillés ainsi un peu partout avec leur signature énergétique délimitant leur espace.

ll s’écroula soudainement au sol, et recroquevillé, il se prosterna pour me saluer.
– “Vous… vous…. merci… merci de venir pour moi… je vous honore… je vous salue…êtes venu de si loin… vraiment… merci… je… vraiment… pour moi… pour nous….”

Il se tut et attendit que je parle.

Ses mains posées à plat sur la terre tremblaient. Son front lourd sur le sol, semblait accablée par l’attente et la libération tant espérée. Un Ange qui me saluait de cette manière, c’était triste, et touchant. Il n’y avait aucun mérite à le voir toucher le sol ainsi. Il avait dû vraiment en souffrir pour en arriver à pleurer toutes les larmes de son corps. Même la terre se collait à ses mains et son visage humide…

– Allons, fis-je d’une voix douce, je n’ai pas besoin de ça. Relève-toi. (Il leva la tête et vis que je l’invitai à se remettre debout d’un signe de main.) Je suis là maintenant. Tout va bien.

Il reprit son visage en coupe, toujours choqué de me voir face à lui. Comme si la réalité n’est pas réelle. Je fis un pas dans sa direction, et il sursauta et fit demi-tour, affolé. Les autres nous regardaient maintenant avec attention. Le petit Pin n’y croyait pas ses yeux, et partit se cacher comme un enfant appeuré.

Sans demander la permission, j’activai le pas et passai le seuil d’entrée en suivant son parcours. Il désincarna ses énergies, et alla se cacher dans un premier placard. Il sentit mes énergies approcher, puis se téléporta dans un autre, puis encore un autre, tous étant positionné dans le petit couloir longeant l’entrée de la maison. Ma main glissa sur les meubles, à moitié amusée par ce petit jeu innocent.

– Je te sens, lui dis-je sur un ton aimant. Je viens pour toi. Je sais que tu te caches… (J’avancais dans le fond du couloir, et m’accroupis au sol. J’ouvris la porte du 3ème placard) Te voilà !

En acceleré, son corps passa d’un simple homme, à un homme agé. Ses énergies, perturbées, me montraient le temps qu’il avait passé ici, des années, une partie de sa vie à veillir et attendre, encore et encore. Quand il rouvrit les yeux, il vit ma main se poser sur sa joue.

– Tu croyais quand même pas qu’on allait te laisser tout seul ici ? J’ai mis du temps à venir, désolée, mais ça y est, je suis là. Allez, viens avec moi, ici ce n’est pas ta maison. Tu y as habité un temps, et tu as bien géré, mais maintenant, tu vas pouvoir retrouver ton chez toi.

Il plongea dans mes bras et je l’aidais à se relever. Il reprit ses énergies d’homme de la quarantaine et les stabilisèrent sous cette forme. Ses sanglots se calmèrent tandis que je lui aggripai le bras fermement pour lui faire sentir que je ne comptais pas le lâcher tout en nous guidant vers la sortie.

Autour, les êtres s’étaient ammeutés et nous prenaient en vidéo, en photos, et l’agitation naissante me fit comprendre l’ampleur de la situation. Apparemment, l’ange avait attendu ce jour pendant longtemps, très longtemps. Et ce jour était enfin arrivé. Le bruit allait maintenant courir vite. Je devais ne pas trainer et rassembler tout le monde rapidement. Je ne pouvais pas prévoir si les rumeurs allaient nous être favorables ou non.

En mettant le pieds dehors, je séchais ses joues.
– J’ai besoin de reformer le Choeur. On va le former. Tu te rappelles ce qu’on est ensemble ? (il me regarde de ses yeux encore luisants) Ensemble, on est une force, on est une Famille. Ensemble, On est l’Unité. On n’abandonne personne.J’ai besoin de mes Frères. J’ai besoin de toi et de tous les autres. Tu comprends ? We are Unity. And I need all my Brothers together with me. Allons retrouver nos Frères maintenant, hein ? Je nous ramène tous à la Maison, d’accord ?

Il acquieça par un reniflement couplé d’un hochement de tête.

Le plan était donc simple comme bonjour. Je retrouvais les petits poucets égarés, je reprenais le contrôle de la flotte avec la puissance du Choeur, et tout le monde rentrait au bercail. Il n’y avait plus qu’à aller chercher les 199 autres maintenant.

Personnellement, j’avais très hâte de voir la gueule du Commandant au moment où on allait tous débouler. Comment avait-il pu laisser autant d’anges dans cet état et ne rien faire ? Etait-ce voulu, ou dûe à une malheureuse ingérance ? Qu’importait, mon sourire sadique m’annonçait déjà la couleur. Il allait le sentir passer.

6 Comments

  1. Vimala

    Bonjour Camille,
    Rêves lucides…
    Votre post m’a vraiment troublé et ému aux larmes. Je vais continuer à parcourir votre blog et me laisser guider.
    Merci à vous et belle journée .

  2. Vimala

    Bonjour Camille,
    Waouh je vais faire une pause parce que là je suis plutôt en mode palourde que l’on aurait trépanée. Je vais cesser de cliquer sur les liens telle une camée qui chercherait sa dose…
    Plus sérieusement, j’ignorai que l’on pouvait faire des rêves lucides en étant conscient, mais bon, en même temps, il y a plein de choses que j’ignore.
    Ce que je vis, ce que je vois, c’est quoi tout ça ? J’avoue que ce ne sont pas du tout des questions que je me posais, ça fait parti de moi. C’était juste des genres de films que je pensais “faire”, et vu que je ne gênais et ne faisais de tort à personne, eh ben je n’en parlais pas dis donc. Et puis c’est un endroit où je me sens si bien ! Alors bien sûr, je ne vous parle pas de délires fantasmagoriques de jeunes pucelles décérébrées,  ( j’ai fait et fais, mais c’est pour me déconnecter de la réalité, hein  :p ) naaaan ! Mais bien de mondes parallèles je dirais, du style espace, galaxie avec vitesse de croisière mach 1, mach 2. Enfin rien de comparable à ce que vous décrivez . Moi c’est en phase embryonnaire, tranquillou, mais bizarrement je m’y retrouve… allez comprendre !
    Le hic, c’est que lorsque je me suis interrogée sur si je faisais des rêves lucides et bien ma réponse spontanée était : NON ! Et là on me montre un rêve que j’ai fait il y a des années … Rrrrrgh
    Non mais sérieusement ça a un nom ce que je vis ?????
    Parce que ah oui bien sûr pourquoi faire simple alors que l’on peut faire compliqué ? ??
    Les fois où j’en ai fait et bien je vous le donne en mille …. et bien c’était avec du monde of course ! ( Sous réserve que ça en soit, bien entendu )
    Du style, fermer les yeux respirer profondément. … ( ce n’était pas de l’hypnose ). Ben je suis déjà partie les gars,  mais je suis consciente de tout ce qui se passe ici.
    À la base, ce n’est pas une volonté de ma part, je ne le décide pas, mais paf je suis ailleurs et ici en même temps. Et je me sens si biiiiieeeen malgré ce que je peux vivre ou voir. Et là, la voix de la personne dans la réalité  : <>
    Ben je kiffe grave !!! Bien sûr, je ne le dis pas et me contente d’un ” ça va “.
    Et elle d’ânnoner ses salamalecs. Ce qui a sérieusement tendance à m’irriter parce que évidemment les 2 mondes ne sont pas à la même fréquence si je puis dire. L’un, la densité, les énergies, les couleurs sont différentes… et ça va viiiiite Et l’autre, notre réalité c’est lourd, lent et le contraste est flagrant. Ce qui ne me gêne pas en soit. Non ce qui m’agace, c’est de devoir lui répondre en même temps que je vis autre chose ailleurs, vu que c’est rare ( je ne choisis pas le moment où  ça m’arrive. Enfin je ne sais pas encore comment faire disons ). J’ai juste envie de vociférer ” maiiiis taiiiiis touuuââââ  #$@%&£ !!!!! ” mais au lieu de ça je me contente d’une réponse d’endive : heuuuuu….mmmmh ça va, je me sens bien. ”
    Oui parce que j’ai très vite compris qu’il fallait se taire si je ne voulais pas que l’on réétablisse l’inquisition ou gagner un aller simple en psychiatrie, mmmh plus 21e siècle!
    Bref voyant poindre l’AVC hier soir, je décide de me changer les idées en quittant votre blogue. Et c’est fraîche comme un gardon ce matin que je décide de de… Ben d’y revenir pardi ! Mon côté maso j’imagine.
    Me viens soudain ” voyage astrale ” Arrrrrgh !
    À l’époque je pensais qu’il fallait dormir pour en faire, mais ça c’était avant ( comme les rêves lucides…tient donc ), jadis comme au temps où Sylvie faisait des consultations.. . Humm ça ne me rajeunit pas.
    Mais alors qu’elle est la différence entre voyage astrale et rêve lucide conscient ???
    Bon je clique clique clique et là pirouette cacahuète je tombe sur … un échange entre Sylvie, Shaka et vous sur les rêves lucides, voyage astrale, méditation. …!
    Que… que… quoi ????
    Et bien j’ai finis en position latérale de sécurité.
    Au départ moi,  je voulais juste apprendre à me connaître, me reconnecter à mon Être. Voilà ce que l’on récolte à vouloir se fuir ! Mais bon tout arrive à point !
    Eh bien vu que je ne suis pas une évaporée, je vais laisser décanter tout ça gentiment et accueillir.

    Ouh là qu’est-ce qui m’a pris de me répandre ainsi ?
    Je vous prie de m’excuser de m’être épanchée sur votre page. On va mettre ça sur le dos du confinement .
    Non c’est faux, la vérité c’est que ça fait des années que je me cache et me confine du monde. Je me suis juste permise, j’ai osé…
    Milles excuses !
    Bonne soirée. 

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Vimala,

      Eh bien, je vois que cela vous fait de l’effet !
      Vous me rappelez moi, le jour où j’ai trouvé le blog de Sylvie et que pour la 1ère fois, je me sentais moins seule. J’étais excitée et cliquais partout telle une addicte.

      Oui, il existe plein de types de rêves. Même différents types de rêves lucides. Tout dépend la dimension dans laquelle on atterrit et le travail que l’on a à y faire.

      Vous faites des sorties astrales, des voyages de l’esprit en projection astrales. Tout est normal. Certains le font plus facilement que d’autres. Voilà tout.

      C’est une belle connexion que vous avez là. Et ravie que mon travail vous aide sur votre route. Cela me rappelle pourquoi je continue d’écrire alors que je vois des commentaires saillants sur amazon me concernant. Cela fait chaud au coeur.

      Merci à vous donc pour votre partage.

      Bises

  3. Vimala

    Bonjour Camille,

    Je pense que pour beaucoup d’entre nous, la découverte du blog de Sylvie nous a fort marqué .
    Moi je me rappelle de vos commentaires sur ce dernier qui me faisaient réfléchir et surtout bien rire.
    Je suis ravie de retrouver votre patte et de découvrir votre univers.

    ” Vous faites des sorties astrales, des voyages de l’esprit en projection astrale (…) ”
    Il y a une part de moi qui comprend et l’autre qui va creuser la question hi hi hi.
    Vous en parler peut-être dans votre livre ? Bon je verrai bien!

    Merci pour votre blog et vos partages. Je sais que vous le faites avant tout pour vous mais sachez que pour des personnes comme moi, eh bien cela me permet d’apprendre à me connaître, comprendre et grandir.

    Pour ma part, ce n’est pas le sentiment de solitude qui est touché, mais celui de “l’isolement “. C’est sans doute pour cela que votre post ( Rapatrier les anges perdus ) m’a troublé.

    Pour finir et si je peux me permettre, continuez de prendre du plaisir dans ce que vous faites et surtout restez telle que vous êtes.
    Vous aidez et faites rire beaucoup plus de personnes que vous ne soupçonnez ! 😉

    Bise

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Vimala,

      Pour être honnête, je ne sais même plus ce que j’ai écrit dans mon livre… Cela fait longtemps que je ne l’ai pas ouvert. D’ailleurs, il faudrait que je réfléchisse à sortir le 2ème depuis le temps…

      L’isolement renvoie à la solitude, au fait de se sentir seul et abandonné.

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 + dix-huit =