Red shoe

 

 

lindsey-de-ovies-red-shoes

 

Bonjour à tous,

J’ouvre les yeux. C’est un monde gris. La dimension est particulière. On dirait que c’est le velux de la chambre. Je dois être entrain de dormir. J’essaie d’ouvrir les yeux en grand, tout en ayant peur de me réveiller rien qu’en pensant à ouvrir les yeux. 

Je n’aime pas ces dimensions intermédiaires, elles sont grisonnantes. 

Est-ce vraiment un rêve ?… ah oui… je peux enfin bouger. Je ne sais pas combien de temps de garderait conscience, cette dimension ne m’est pas facile à supporter car je sens que je peux vite rebasculer d’un univers à l’autre. Mais ca y est, j’y suis. 

La veille j’avais subi une attaque énergétique la nuit alors ce soir, je ne me sentais pas de taille à affronter les énergies sombres, alors lorsque j’ai vite demandé quel était ma reliance avec l’ombre, j’ai aussitôt rajouté une question sur la lumière derrière. 

Aurais-je été capable de voir mes propres énergies sombres ? Je ne crois pas. 

Il y a des jours où se confronter à soi-même est dur. On croit que l’on n’en est pas capable. 

Je ne sais plus ce qu’il s’est passé après, je me souviens avoir croisé quelqu’un, enfin …je crois. Ce que je savais c’est qu’au moins, j’avais eu le temps de poser mes questions, mes doutes. Pour moi, ca suffisait. Je sais que l’univers m’entend, mes guides m’entendent, mon âme m’entend toujours. C’est suffisant. Ils me répondront d’une manière ou d’une autre, comme ils le font depuis ces dernières années. 

Je me rends compte ces derniers jours que j’ai peur de moi et de ces énergies que je ne suis pas capable de gérer. 

D’ailleurs, je ne suis pas satisfaite de mon dernier petit mandala. Je pensais faire un mandala qui me mette en paix, et celui ci ne me calme pas. Pourtant, il est comme il est et je sais que tout est sorti comme il le devrait. Je n’ai pas forcé, j’ai laissé venir, mais je ne sais pas, ce n’est pas satisfaisant. Je n’arrive pas à  me sentir bien avec. Je crois que je vais en dessiner un autre. J’ai envie de vert aujourd’hui. Pourtant je sais qu’au moment où je l’ai fais, je ne l’aurai fait autrement. 

Je crois que je ne sais pas accueillir. 

Mes guides m’ont dit plusieurs fois que je suis parfaite comme je suis, mais je ne crois pas. Je crois qu’il y a des choses que l’on peut améliorer, que l’on peut vivre mieux, des choses qui sont à notre portée, si on veut bien les écouter et travailler. 

Si je peux aujourd’hui naviguer dans mes rêves aussi consciemment et parler à mes guides assez directement, c’est parce que j’ai travaillé pour et j’y travaille toujours pour sans cesse améliorer ce lien et en comprendre les rouages. 

J’ai remarqué que la plupart des gens ne sont que peu conscient dans leurs rêves, si , ‘ils ont la chance déjà de s’en souvenir pour d’autres. Je croyais que ma méthode était pourtant facile. Elle l’est quelque part, j’en suis persuadée. Mais le hic se situe au niveau de la maitrise et de l’ouverture, de la foi que l’on y place, je crois. 

Je crois encore aujourd’hui dur comme fer que je peux parler directement avec mon Esprit, même si je n’en suis pas encore là, je crois que mon Esprit me regarde et veille sur moi. Pourquoi ? par curiosité je crois. Nous sommes entrain de vivre. N’est-ce pas beau de regarder la vie autour de nous qui bouge ?

Pourquoi aimons nous nous asseoir à une fenetre et regarder les gens passer plutôt que de regarder son assiette fixement ? Pourquoi aimons nous le côté fenètre du train ? pourquoi dès qu’un mouvement ou un bruit se produit, nous sommes là à l’observer ? 

Je crois que notre Esprit fait avec nous ce que nous faisons avec la Vie. Il la regarde. Il nous regarde. 

J’aime cette idée de croire qu’il est quelque part, je ne sais où mais là toujours à sa portée, parce que je crois que moi, c’est ce que je ferai. Même si la vibration de l’Esprit est autre que celle de la matière, je crois que quelque part, tout se rejoint forcément, sinon, il n’y aurait pas de lien. Mais ce lien moi, je le sens qui existe je ne sais pourquoi. D’ailleurs, je ne l’ai jamais compris. 

Je crois que l’on cherche tous notre raison de vivre car on veut comprendre la vie et lui donner un sens. Arrivons-nous à vivre ? Qu’attendons  nous d’elle ? 

On dit que l’on ne veut rien, et pourtant, on rêve, on espère. 

Je ne connais pas ma raison d’être ici. Je ne comprends même pas ma vie. Mais… je vis. Enfin… je crois. 

On veut essayer tant de choses tant la vie, mais dans tous les cas, on vit. n’est-ce pas là suffisant ?

Je crois que lorsque l’on aura compris que l’on est la vie au lieu que l’on soit en vie, la relation que l’on aura avec nous-même prendra une autre dimension. 

Sommes-nous prêt ? Je ne sais pas. S’agit-il d’être prêt ? Je ne pense pas. 

Être prêt signifie simplement que le moment est là maintenant et que la porte s’ouvre. 

Je crois qu’au final, on est toujours prêt. Mais chacun pour des choses. 

La vie ne s’arrête pas comme ça, ne se fige pas comme ça. 

Tout est affaire de moment, mais maintenant est le moment, maintenant est prêt pour vivre. Maintenant, la vie vit. 

Et moi ? qu’est-ce que je vis maintenant ? 

Des déceptions je crois. Je sens que des illusions tombent et que d’autres sont là. Je sens aussi cette impatience qui me ronge et me brûle les doigts. Est-ce peut-être pour cela que l’on se sent perdu. Parce qu’on regarde toujours au même endroit en restant buté devant. 

Mais au milieu de cela, il y a des petits objectifs de tous les jours que l’on essaie d’atteindre, pour se tester et voir jusqu’où on est predisposer à aller. 

J’ai décidé que j’arriverai à faire 1 semaine sans me ronger les peaux des doigts ni toucher à mes doigts en m’arrachant ce qui a le malheur de dépasser. J’avais envie d’avoir de jolies mains, des mains de femme. Pour être cette Femme. 

J’y suis presque. Au final, j’ai fini par faire une manicure et mes ongles sont tout jolis. Ils poussent bien et je me sens mieux avec je remarque, que lorsque je les coupais à ras. 

Drôle comment de petits détails peuvent nous faire sentir mieux dans notre corps, dans le regard que nous avons de nous-même. 

D’ailleurs, j’ai décidé de mettre du fric dans ma garde robe et de la refaire. De la refaire pas juste pour le côté pratique de devoir porter des fringues propres et corrects au bureau, mais des fringues pour la femme en moi, pour que lorsqu’elle les mettent, elle se dise, “putain, je suis belle comme ça !”

Voilà, c’est ce que j’ai envie de me dire tous les matins. 

Et puis c’est drôle, je trouve que je ne fais pas 30 ans. Remarquez, c’est l’année prochaine, mais bon…j’anticipe lol ! Dingue, comment j’ai une bouille d’ado…. je comprends pourquoi à mon ancien taf on croyait que j’étaisencore étudiante. Je crois que je fais jeune. Peut-être c’est parce que je me suis encore une gamine dans ma tête à faire mes caprices et à vivre l’enfant que je suis. 

Mais voilà, la femme a envie de vivre avec son corps. Alors garde robe oblige. chaussures oblige. coiffure oblige. Je vais y aller cette semaine, même si je n’ai pas envie de me les couper court, j’ai quand même envie de changer. 

Je crois que j’ai envie de me sentir Femme, celle que je suis mais que je n’exprime pas. 

 

Bises

Enregistrer


Source: Autres Dimensions 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 + sept =