Une âme récalcitrante

soul_reaver_by_sneznybars-d5wqcon

 

Je tournai en rond depuis un petit moment dans des gares à faire un je-ne-sais-quoi. J’étais au beau milieu d’une quête personnelle quand j’ai rencontré, sur ma route, une âme défunte qui trainait dans les parages. Nous étions dans un train et elle errait alors qu’elle n’avait rien à faire là.

Yeux étrécis, je me dirigeai droit sur elle avec un truc en tête, mais je ne savais pas quoi exactement. C’est en entendant sa surprise et son effroi en me voyant que j’ai compris en un quart de seconde.

– “Non… ! Non ! Attends !! S’il te plait !! Je.. Je veux pas y aller !! Je ne veux pas partir maintenant ! Je veux rester plus longtemps encore !

– … trop.tard… Maintenant que je suis là, je vais te faire passer.  Fallait pas te trouver sur ma route.

– “Non !! Pitié !! Laisse-moi !! Je veux pas y aller !! Pas encore !! Pas encore… !!”

– Il est l’heure pour toi, tu n’as plus rien à faire ici.

– “Mais attends, s’il te plait, j’ai encore des choses à faire ! Je peux faire des choses pour elle et je peux… je pourrai… “

– … Tu auras toujours des choses à faire. Tu auras toujours des choses pour te retenir. Ça suffit tout ça. Tu t’arrêtes là. C’est terminé pour toi.

Je levai mon bras, et avançai doucement vers lui, paume ouverte, prête à lui poser ma main sur son front.

– “N… nnon !! Non…. Arrête, … Arrête !!!”, s’écria-t-il en reculant paniqué.

– Inutile de chercher à m’arrêter, c’est futile…

L’âme de cette homme dépitée bondit sur moi, prêt à me sauter à la gorge et me ruer de coups.

– “Je ne te laisserai pas faire… Je ne te laisserai pas m’approcher !!”

– Ca sert à rien, répondis-je avec douceur tout en l’esquivant dans un mouvement fluide. C’en est fini pour toi. Au.Re.Voir.

Un opéra s’enclencha dans mon esprit. La musique démarrait et les mots sortirent de ma bouche. Mon âme chantait l’air à tue tête. Quand ça faisait ça, moi-même je savais. L’issue était scellée et les forces divines s’enclenchaient. L’action dirigée par mon autre Moi se diffusait et il n’y avait rien à faire pour arrêter ça.

Ma paume se rapprocha de son front en slow motion tandis que lui écarquillait les yeux de désarroi absolu. Au premier millimètre de contact, mon canal s’ouvrit, mes pompes l’aspirèrent totalement.

Je le regardais une dernière fois tandis que mon corps récupérait toutes ses énergies avant de la renvoyer à la Source.

– Bonne… route…, murmurai-je avant de fermer les yeux, finir le processus d’aspirations et tourner ma tête vers le ciel, bras ouverts.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *