Visite de Troulsdi – bar des Vampires

Vampire

 

Bonjour à tous,

On m’a traité de barge en rêve lucide, alors celle-là, on me l’avait jamais faite ! Bon j’avoue qu’après mûre réflexion, le lieu avait l’air pas très commode et pas très bisounours (ça s’dit ça ?) et que j’ai l’art et la manière (et l’habitude) d’arriver partout comme une fleur avec écrit “bisounours lucide” sur mon front. 

Mais j’vous jure !! J’ai rien fait moi !!! Je ne comptais pas du tout voyager dans un autre monde juste pour sexer un peu ! C’est à cause de mon tout petit (ridicule) Appel. Si je n’avais pas eu envie de sexe aussi, je n’aurais pas eu à chercher un partenaire pour extérioriser ces énergies-là !!

Pfff !! Et pourquoi mon corps s’est mis à bouger tout seul quand j’ai dit “J’ai envie d’un partenaire. Trouves-moi celui qui est pour moi maintenant.”

En toute sincérité, je pensais que ça allait faire comme d’habitude, que j’allais être projettée en face d’une personne et qu’on allait vivre un moment orgasmique et puis que je me réveillerais après comme une happy flower assouvie dans mon lit.

Et bah non.

Faut croire que mes énergies sont parties le chercher loin celui-là. Non mais trop loin même !!! C’est abusé !! Franchement depuis quand y’a besoin de partir dans d’autres dimensions pour ce genre d’appel ? Non mais sérieux !! Y ont de la chance là-haut, je n’ai pas pu râler comme à mon habitude, j’ai été complétement subjugée par la Beauté des mondes qui se révélaient au fur et à mesure de l’avancée du voyage. Ca m’a tellement captivée que j’ai zappé de râler… Vous l’croyez ça ? *soupire*

Je suis partie d’un lieu qui ressemblait vaguement à la maison de mon père, mais au milieu d’une immense étendue de verdure. J’ai balancé mon Appel et mon corps a répondu immédiatement, comme d’habitude d’ailleurs. Le lien est quasi immédiat. Voyons le côté positif, je ne me fais pas prier pour passer à l’action.

Mon corps lévita et fut propulsée comme un missile à travers la plaine.

– Bon… à priori, il n’est pas juste à côté celui-là… Soit.

Je pris de la hauteur. Je pouvais sentir l’effet de la vitesse sur moi, la pression que je subissais à l’intérieur de mon corps avec la propulsion.

– Ah bah merde alors ? T’es sérieux ? Tu vas pas m’faire aller dans l’espace pour ça quand même ? Nan t’es pas sérieux ?… Pas dans l’espace hein !?Je suis encore traumatisée par mon dernier voyage dans l’espace alors l’appréhension me fige un peu.

Mon corps se stabilisa à une vitesse de croisière juste au-dessus des nuages. Peu à peu, d’autres voitures apparaissaient. Et puis soudain, j’ai réalisé que j’étais en fait sur une voie navigable inter-dimensionnelle.

– OUaaaaaa, mes yeux de petite fille se sont littéralement écarquillés.

Le paysage était suréel. Les nuages étaient bien formés, fermes, denses, des cumulonimbus semaient un ciel bleu incroyable. Juste sur leur surface, se tenait une voie stellaire naviguable. C’était une autoroute qui menaient à différentes plateformes dimensionnelles. J’étais devenue tellement curieuse que mon seul soucis était de rester lucide pour pouvoir admirer ce qui défilait sous mes yeux. 

Ma vitesse semblait beaucoup plus rapide que celles des “voitures” sous moi. Pour une fois, le voyage restait agréable, la vitesse était moins rapide que lorsque j’étais dans l’espace, et tant mieux, ça m’a permis d’observer le paysage. C’est comme si j’étais dans un avion, à quelques centaines de kilomètres au-dessus de la route. Ce qui me fit comprendre l’ampleur du voyage est lorsque nous avons traversé un ilot de pierres stagnant dans l’air avec au-dessus, une gigantesque arche en pierres taillées qui allait de part et d’autre des voies. Je crois que c’est à cet instant que j’ai compris que nous arrivions dans un autre lieu dimensionnel.

Peu de temps après l’avoir passée, mon énergie a organisé une descente douce en bifurquant sur une sortie de droite. Mes yeux se sont fermées d’un coup alors que j’arrivais au niveau des autres voitures. Je n’avais vraiment pas envie de retourner sous ma couette maintenant. Je voulais vraiment découvrir ce lieu que j’étais venue chercher. Je sentais mes énergies calmes et à priori, je semblais stable et sur mes deux pieds. Je devais être sur un sol. J’ai soufflé un grand coup avant d’ouvrir les yeux à nouveau.

Avec un peu de difficulté, j’ouvris mes paupières à demi et à ma grande surprise, ce n’est pas ma chambre que j’ai vu, mais une porte en voute dallée et un chemin en pierres. Ma vision était en jaune et verte. Cela devait être les couleurs de la dimension en question. Il m’a fallu au moins 5 secondes pour que je puisse à nouveau percevoir les couleurs adaptées à l’humaine que je suis (Nan mais sérieux, le bicolor, c’est joli 2 secondes après c’est chiant !).

– Ah !! Cool !! Je peux voir ! Je peux voir ! Je ne suis pas retournée au lit ! Bon… allez zouh !! !

Je me suis élancée sur le chemin, motivée. Je n’avais pas oublié mon objectif premier et la raison de mon appel.

J’arrive face à la devanture d’un bar. Tout était très joli. J’aime le style des anciennes pierres pavés de toute manière. Un homme sort  pour m’accueillir. L’entrée était sous un léger renfoncement après avoir descendu deux trois marches.

– “Bonjour ! … Que faites-vous là ?… Euh… Vous savez dans quel genre de lieu vous mettez les pieds ?”

– C’est là que je veux aller.

– “C’est pas un lieu pour vous, vous êtes sûre que vous voulez vraiment y aller ?”

– T’occupe !  c’est là que je veux aller.

– “Bon et bien… bienvenue à Troulsdi, au bar des vampires.”

C’est en passant la porte que je réalisais consciemment que c’était un lieu commun de rassemblement de Vampires. L’énergie présente était forte, très forte même, mais bizarrement, familière et douce. Je pouvais sentir que ma vibration était différente des  autres mais le lieu restait agréable, et chaleureux quelque part. Je n’avais pas peur d’être ici, j’avais confiance en mes capacités. C’était presque comme un de nos bars français gothique. Quelques tables de billards, des vêtements gothiques moulants, sexy pour les femmes et des hommes mis en valeurs. La déco était dans les tons rouges et éclairée, assez fraiche et sympa d’ailleurs.

– “Ah ! te voilà ! Qu’est-ce que tu deviens ? Tu n’es pas venue avec Orianne aujourd’hui ?” une femme en train de jouer au billard m’interpella lorsque nos regards se sont croisés.

C’est qui d’abord Orianne ? Et pourquoi elle semble me connaitre ? Putain, ça s’trouve, je viens souvent ici… J’espère qu’elle ne va pas m’souler celle-là, y faut que je tienne encore longtemps ma lucidité dans ce monde.

– Pas maintenant s’te plait, laisse-moi.

– ” Mais et Orianne alors, tu n’es pas venue avec elle ?”

*STOP ! * Je lève mes mains, claque mes doigts au niveau de sa tête et émis un simple ordre hypnotique. Il fallait qu’il soit mentalement suffisamment puissant pour qu’elle me lâche la grappe. Elle me soule à me parler. J’ai pas le temps pour ça. Je ne prendrai pas le risque de perdre ma lucidité sur des informations futiles.

Elle se figea une seconde mais voulut revenir à la charge encore une fois. C’était une fois de trop. Lorsque une autre personne arriva pour me sauter dessus presque en même temps. Mes deux mains ont commencé à faire leur show avec cette force là qui sort d’ailleurs et que j’utilise souvent en rêve. J’ai fait taire cette femme avec deux claquements de doigts plus fort que les précédents et l’autre mec a valsé à travers la pièce parce qu’il a voulu me sauter dessus.

– ‘Tain, y vont pas m’faire chier maintenant hein ? que je m’dis en m’affalant sur le fauteuil placé devant moi.

Je n’avais pas fait attention, mais ce fauteuil était placé sur un piedstal, surplombant toute la zone du bar et des tables de jeux. J’étais avachie, énervée et impatiente. Je me souviens aussi ressentir une certaine mélancolie et tristesse en me demandant qui était donc cette personne que j’étais venue chercher jusqu’ici.

Alors que j’étais profondément ancrée dans mes pensées à moitié humaines, je n’ai pas eu le temps de réaliser que quelqu’un me voulait du mal. Il m’envoya une grosse attaque sombre qui a traversé la moitié du bar. Elle était rapide son attaque, bien sombre. C’est rare que j’ai peur en combats dans un rêve lucide. Et pour le coup, je n’ai pas eu le temps de réfléchir au degré de l’attaque et si j’allais en subir quelconques effets. Je n’ai même pas eu le temps de lever le sourcil ni de ressentir le moindre effroi.

A l’instant où cette attaque a foncé sur moi, pendant une fraction de seconde, une vision me percuta mentalement et je ne vis plus que ça. Il y avait cet autre personne cachée dans l’ombre, cet homme qui ne voulait pas que sa présence soit décelée par quiconque. Il avait l’énergie d’un père envers sa fille pour moi. C’était assez particulier comme sentiment. Il avait ce côté paternel protecteur qui se révela lorsqu’il me sentit en grand danger. Il n’avait plus le choix. Il devait agir. Il ne pouvait pas rester là sans rien faire.

C’est rare lorsque je sens l’énergie paternelle envers moi, aussi elle m’a beaucoup surprise, tellement surprise même que j’eus envie de l’appeler papa. J’avais ce sentiment profond que c’était mon père. Jamais je n’avais ressenti ça avant.

L’attaque n’a pas eu le temps de me percuter que j’ai été téléportée par son corps qui est venu dans les airs me récupérer à la vitesse de l’éclair, tel un magicien avec sa cape à faire disparaitre les gens.

Il m’attrapa dans ses bras, arrêta l’attaque avec une de ses mains et quelques ordres féroces jetés à la salle et puis nous disparûmes aussi vite qu’un coup de vent.

– “C’est l’Hypnotiseur !!C’est Lui, Il est revenu, Il s’est montré ! ” j’entends une personne qui crie dans l’assemblée. Il avait l’air connu, et reconnu pour ses pouvoirs.

L’homme a réapparut dans son antre, derrière un cloitre, et m’a déposé gentillement au sol de l’étage derrière le clochet de la vieille horloge.

J’ai souri et alors que j’allais lui demander si c’était mon père, il m’hurla dessus.

– “Non mais tu es com-plè-tement barge de venir ici !??!!! “ Il n’était pas en colère, juste effaré de voir à quel point je pouvais être insouciante et kamikaze parfois.

Ca me fit rire. Il est rare que je sente le danger en rêve de toute manière. Pourquoi ne l’avais-je pas senti, c’était encore un mystère. Est-ce parce que j’étais insouciante, ou que j’avais confiance ? J’ai ri. C’était peut-être un peu des deux. Pour moi, il n’y avait pas de danger. Pour moi, je n’étais pas en danger.

Je me sentais me réveiller.

– Ah ! Il faut que je me rappelle où je suis ! je dis en cherchant dans ma poche le ticket du bar, et je lis sur l’entête, Troulsdi. Sérieux ? Troulsdi ? c’est chelou comme nom ! Attends laisse moi le temps d’lire avant que je ne me réveille ! Je veux pouvoir me rappeler ! Troulsdi, je dis en tentant de lire le reste de l’adresse.

Une fois le mot bien ancrée, je rouvre les yeux à nouveau dans la chambre, avec le sourire aux lèvres.

– Franchement, tu crois que je l’ai fait exprès ? Haha Mais je te l’accorde, j’ai un côté barge en rêves mais tu sais, me crier dessus ne change rien au fait que je ne fais que suivre mes énergies. Pourquoi aurais-je peur de suivre là où mènent mes énergies ?

La plupart de mes énergies fonctionnent en automatique alors le peu où je suis lucide, en réalité, ça doit représenter peut-être 1 millième du % de ma Conscience totale. Comme si moi, conscience de l’humaine incarnée, je pouvais me rappeler de tous les lieux (et les conneries) que je fais avec mes énergies non-incarnées.

Déjà qu’il m’a fallu  des années pour réaliser qu’une part de moi était toujours avec mes guides alors si en plus je dois me souvenir de tous les lieux que je visite toutes les nuits !… ahem ahem…

Et puis, je crois que je devrais apprendre à écouter mes guides lorsqu’ils me disent d’apprendre à gérer mes émotions. Je devrais apprendre à être plus douce de l’autre côté et faire attention avec les forces que je provoque avec mon côté impulsif et répulsif.

Plus tard dans la nuit, j’ai continué à utiliser ce don que j’ai, le même d’ailleurs que l’Hypnotiseur. Plus tard, on m’expliqua qu’il fallait bien penser à associer le geste avec l’ordre afin d’ancrer la puissance du verbe. C’est en continuant d’exercer cette magie avec mes mains que je réalisais qu’en fait, ce n’était pas de la télékinésie que je faisais en rêve comme je l’avais toujours appelée ainsi, mais de l’hypnose contrôlée par mes mains, comme lui avait fait. En fait, je réalisais que mon pouvoir était similaire au sien.

Et ce qui est drôle c’est que j’y arrive particulièrement bien quand je suis en stress, alors ces cons là, ils m’ont mis en situation de gros stress et puis ça m’a soulé alors j’ai commencé à m’énerver. C’est dingue la force qu’on est capable de trouver quand un truc nous agace non ?

Mais oui oui oui oui oui… Je travaille aussi sur la douceur ! Ca se voit pas ? Bouhhhh J’y travaille aussi pourtant !! Avant je ne disais jamais merci ou s’il te plait à mes guides ! Y’a du progrès ! Je ne leur criais que dessus en les ordonnant “chacun son taf, fais le tien et protège moi !”

OOOmmmm comme je suis devenue douce et presque docile ! OOOOOOmmmmmmmmmm

 


Source: Autres dimensions

2 Comments

  1. Anna Toll

    Bonsoir,

    J’aurais une question à propos des rêves lucides et des vampires. Quelqu’un m’a raconté avoir fait des rêves lucides à une période de sa vie où il volait et luttait contre sa condition de vampires. Très triste dans ces rêves il se rappelle qu’il se maitrisait pour ne pas s’en prendre à des mères de famille tranquillement installées dans un parc public d’un paysage connu (alpes de provence) au-dessus des quelles ils volaient.

    Quel genre d’âme fait de telle rêve ?

    Bien à vous,

    Anna Toll

     

    1. Spiritual Flower

      Bonjour Anne,

      Le genre d’âmes qui est lié aux énergies sombres.
      Mais le sombre ne veut pas dire le mal.

      Après parler de “genre d’âmes” a, à mon sens, une connotation assez réductrice qui me touche.

      Il existe une multitude d’âmes aux essences diverses et aux missions différentes et selon la personne et ses affiliations, il expérimentera sa voie.

      Bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize + six =