VIP

1 Bf8Vrany8k_95OkmJc9C4A

Salut à tous,

On a tous envie un jour d’être un VIP, un very important person, cette espèce de statut illusoire qui dore notre égo et nous fait sentir être meilleur que le mec lambda.

Oui, on a tous rêvé un jour de briller mais surtout d’être reconnu par le monde qui nous entoure comme un être d’exception, un être qui sortira de l’ordinaire et qui aura au final quelque chose de “plus” que les autres.

Quelque part, on a simplement oublié qu’on était surtout le VIP de soi-même, mais comme le matin, il y a de la buée sur la glace de la salle de bain, alors peu à peu, avec le temps qui passe, nous floutons l’image que nous avons de nous-même. Nous y apposons un filtre de médiocrité, un filtre qui nous rappelle que nous faisons partie du troupeau et que nous appartenons au troupeau, qu’il convient donc d’être au niveau du troupeau.

Et pourtant. Nous avons tous en nous ce VIP intérieur. Mais nous ne le voyons plus.

Où est-il passé ? Qu’avons-nous fait de lui ?

Peut-être, souvent même, lorsqu’il a commencé à pointer son nez, nous l’avons jugé ou rabaissé parce qu’il ne voulait pas être comme tout le monde, parce que lui aussi voulait rêver. Il voulait voir plus grand, voir ‘outside the box’. Et puis on a eu peur.

On a peur du regard des autres, peur de l’échec aussi, peur de se dire qu’on risquait de se planter et qu’on payerait cher notre “outrage” à l’émancipation.

Tout comme ceux qui sont doués pour la parole mais à qui on demande de se taire ou parler moins fort.

Malgré tout, notre enfant intérieur ne cherche pas l’émancipation en soi, il demande la liberté d’être qui il est au-delà des limitations imposées. Mais quelle place lui autorisons-nous vraiment ?

Dans l’affaire, le VIP, c’est lui. On devrait pouvoir le voir pourtant. On devrait pouvoir comprendre que le plus important, cela a toujours été lui.

Je vois ces hommes et ces femmes au travail courir après le statut. Je vois tous ces gens courir après l’illusion de l’image d’entreprise, pour obtenir un rôle qui pourra les rassurer dans l’image qu’ils ont d’eux-mêmes. Comme si une reconnaissante extérieure leur offrirait la sécurité, ou le regard qu’ils ne trouvent pas en eux, ou qu’ils aimerait faire émerger d’eux-mêmes.

Et puis, alors que je les regarde courir après le temps et la reconnaissance avec un moule de plus en plus fort qui au final les façonnent tellement qu’ils en perdent leurs propres libertés, je me pose la question.

Vaut-il mieux être le VIP de quelqu’un d’autre ou le VIP de soi-même ? et à quel prix ?

Que cherche-t-on à atteindre et dans quels buts ?

Au final, on en revient toujours au même.

Ce qu’on veut, c’est accomplir. Mais accomplir quoi ? Se réaliser comment ?

Et je regarde ces gens se fatiguer, comme moi, à chercher quelque chose qui en fait est juste là.

 

3 Comments

  1. Sylvie
    Bonjour,

    Parfois, c’est l’autre qui nous aide à nous souvenir que l’on est un VIP.

    L’autre par sa gentillesse et ses attentions qui nous rappelle que l’on est une personne importante.

    Alors c’est sûr, c’est à chacun d’apprendre à apprécier ce qu’il voit dans le miroir et encore plus ce qu’il a en lui-même et entre ses propres mains mais quand c’est l’autre qui nous tend un miroir plein de douceurs chocolatées, on est obligé d’apprécier aussi.

    Bise 😉

     

  2. Liliane Lapierre
    Bonjour Camille,

    Une bonne réflexion ce VIP..

    Le VIP interieur il fait de temps en temps “surface” ,je me sens bien puis la vie reprend son cours, le regard des autres, et peut être aussi peur du changement….

    Merci pour ce recit…

    Je vous envoie les chants des cigales  ….bises

    Liliane – Hélène

  3. alexandre
    Bonsoir Camille,

    J ai adore ton article car il décrit bien les problèmes lies a l émancipation personnelle. Très peu de gens osent prendre ce chemin ;a ma connaissance ,seuls les tziganes sont réellement libres de toute attache. Eux même s appellent entre eux “ROM”ce qui veut dire homme libre. Je crois que c est une question de choix,de résistance vis a vis des tentations illusoires de nos sociétés actuelles, en un mot de notre pureté intérieure. Je conclurais  par une phrase tire d un livre que j ai bien bien aime”la véritable maitrise, c est la réalisation de la simplicité” bises

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

un × quatre =