Les petites cases grises

 

Bonjour à tous,

 

Ce matin, j’ai enchainé pas mal de rêves conscients mais j’ai réalisé surtout au moment du 1er, que j’avais déjà fait ces rêves il y a longtemps de cela, peut être, au moins 5 ans. Je me souvenais de la globalité du déroulement des scènes, de ce que je pouvais trouver dans certaines pièces et que ça allait me faire peur. Alors comme je présentais que tout se reproduisait, j’essayais de ne pas aller là où la fois d’avant cela m’avait fait peur, et en même temps, j’appelais mes guides pour me sortir du merdier dans lequel je me sentais.

C’était comme si j’avancais de décors en décors tout aussi farfelu celui d’avant que celui d’après. Mais j’allais aboutir quelque part un peu comme une découverte.

Sachant cela, chaque fois que je me suis réveillée, je me suis à nouveau rendormie en espérant pouvoir aller au bout, comme la première fois où j’avais fait ce rêve. Qu’y avait-il au final ? Je ne saurai le dire et pourtant, je savais qu’il y avait quelque chose à reconnaitre.

A court de mes tumultueuses aventures, je vis un visage familier et sachant qu’il répondait à ma demande, je savais qu’il était un de mes guides, mais qui ?

Je vis le nom de Gabriel sur un bout de papier dans ma tête. Puis il me dit “Tu aimes bien les cases, mais tu finis par rester coincer dedans.”

Un autre être apparut à côté, il ressemblait vaguement au jeune homme qui me servait de guide la semaine dernière et qui me dit qu’il s’appelait Sammael. Je crois que c’était lui. Il laissa à peine Gabriel finir et lança “Mais tu es parfaite comme tu es.”

Je suis très cartésienne de base malgré ce que ma famille peut penser, j’aime les faits, les choses concrêtes et mathématiques. D’ailleurs, il y a encore quelques années de cela, je ne croyais en rien, et encore moins aux Anges. Alors si vous m’aviez dit que je communiquerai avec eux directement, je vous aurai esclafée au visage pleine de moquerie.

Mais malgré le fait que je m’ouvre de plus en plus à la spiritualité, j’aime les choses conformes, triées, rangées. Cela me permet de classer mes données, de comprendre ce que je comprends et ce que je ne comprends. Bref, j’ai toujours un mental très fort. C’est d’ailleurs pour ça qu’une grande partie de mes dons se passent en rêves conscients, pour me permettre de limiter l’emprise de mon égo et de mon mental lorsque je suis réveillée.

Au cas où vous n’auriez pas remarqué, j’ai un caractère fort même s’il est vrai que je m’adoucie beaucoup avec le temps.

Sortir des cases, ne pas ranger dans des cases est pour moi difficile. J’ai besoin de concevoir les choses, mais il est vrai que dans la vie, on ne rentre pas dans des formatages. Et pourtant, quelque part, moi, je crois que la vie est mathématique. Je crois aux Mathématiques, je crois aux Sciences; Pas celles que nous connaissons, même celles utilisées par la Vie pour régir le monde.

Pour moi, certes, le tout est tout, mais les mathématiques permettent la structure et dans un monde en création perpetuelle, il y a nécessairement les mathématiques qui rentrent en jeu.

Bref, je m’égare.

Mine de rien, ma nuit a été très éprouvante surtout que c’est une intolérance alimentaire qui m’a réveillé pliée de douleure et qui a fait que je n’ai pas pu aller travailler aujourd’hui… J’avais mangé des petits gâteaux au beurre…. Comment peut-on oublier de checker dans la liste le “beurre” comme ingrédients contenant du lactose !? Bordel, faut l’faire ! Je ne mange tellement plus de beurre (l’ayant remplacé par les rares cas, par de la margazine 100% végétale) que du coup, je n’ai pas tilté lorsque j’ai vu beurre…. Et paf. 8 petits gâteaux ont eu ma peau.

“Les cases grises” quel titre moche… vous ne trouvez pas ?…. Et si je leur trouvais d’autres couleurs à ces cases, à mes cases ? ….

On aimerait bien pouvoir faire en sorte que tout rentre comme on le concoit, mais pourtant, ce n’est pas le cas. Des choses nous dépassent, des choses sont au-delà de notre conscience et de notre façon de faire ou de vivre. Et pourtant, malgré nos failles clairement vues par nos guides, on est parfait comme on est.

Ah…. le paradoxe de l’Amour. J’ai du mal à me sentir parfaite comme je suis avec toutes mes failles… Et pourtant, elles sont moi, elles sont ce que je suis en fonction de qui je suis. Mais, je me dis aussi, qu’on peut peut-être vivre mieux sans ses failles, sans ces dissonances que nous ressentons qu’elles soient physique (santé) ou psychique (moral)

Je me demande alors pourquoi mes guides m’aident s’ils me trouvent déjà parfaite comme je suis. Parce que je leur demande de m’aider à comprendre mes problèmes peut-être. ou peut-être parce que c’est moi qui décide de vivre une vie qui soit plus en accord avec mon bien-être. peut-être.

Je lis ce bouquin sur une cité intraterrestre de la 7ème dimension (et oui, j’avoue, c’est très rare que je lise, mais celui là, je l’avais beaucoup aimé lors de ma 1er lecture alors je le relis)

Ces esprits si parfaits qui travaillent pour la Source, pour la Vie et qui vivent en accord avec elle. A côté, je me sens ridicule dans mon mode de vie. Nous sommes tellement loin de s’accepter dans nos différences et de vivre avec. Et puis je ne comprends pas le fait de honorer les titres énergétiques. Le respect envers les hautes vibrations, il y a des choses que pour moi, je ne comprends tout simplement pas.

On peut respecter sans pour autant avoir à honorer. Pourquoi devrais-je me sentir plus honoré que ce soit une Mere de la création que si je reçois la visite d’un Ange. Pour moi, les deux énergies sont tout autant là et je les reçois de la même manière. Je ne me sens pas loin de la guidance que je cotoie, et j’ai envie qu’ils soient proches de moi comme je le ferai avec un ami intime, ce genre de lien où l’on peut être soi sans avoir à se cacher.

Honore-t-on vraiment nos amis lorsqu’on les voit ? Je crois que c’est juste dans la joie et notre proximité qui fait que l’on est content de les voir. Alors certes, on pourrait voir cela comme une marque d’honneur après tout… Peut être.

Pour moi, être proche, c’est être ami. J’ai envie que ma guidance soit proche de moi, alors les traiter comme des amis est pour moi la seule chose que j’arrive à faire comme marque de confiance et d’ouverture. Mais chacun voit midi à sa porte après tout. Peut être ne suis je donc qu’une petite fille ignorante. Peut être. Après tout, que sait-on vraiment de la vie nous qui croyons toujours tout savoir ?

Je sais par ci, je sais par là… les gens croient savoir beaucoup de choses, et pourtant, ils sont si malheureux. Je pense que lorsque nous auront vraiment des aperçus de sagesse, alors nous les mettrons vraiment en application dans nos vies parce que nous comprendrons la valeur de celles-ci.

Remarquez, être ignorant ça a du bon. Je n’ai pas forcément envie de connaitre tous les pesticides qu’il y a sur mes fraises ni comment elles sont arrivées là dans mon panier de courses.

Les gens recherchent la connaissance, mais sans la sagesse, la connaissance ne peut servir adéquatement. Enfin… je crois…

Bizarrement, je crois que celui qui a des connaissances apprendra sur son chemin la sagesse, car la sagesse aide à structurer et à mettre en place de façon propice.

Doit-on être sage ?… je ne sais pas, mais je crois que parfois, être sage nous aide à retourner une situation que l’on pensait mal barrée…

Cela dit, un vrai sage connait la valeur d’un grain de folie.

 

Bises

Enregistrer


Source: Les anges 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

16 − 3 =