Accès et ficelles

Bonjour à tous,

Il est vrai que je suis un peu moins présente ces deux derniers mois. J’essaie de finir ce que j’ai entamé et ça me fait un agenda assez chargé. Je vois tellement de mots à la semaine qu’honnêtement, écrire en plus des articles me prend trop d’énergie. Ca me manque cela dit. Mon blog et mes aventures me manquent. Je n’ai même pas eu le temps de réécrire la plupart des évènements, ne serait-ce pour arriver à me rappeler de tous les petits détails. Mais ce n’est pas grave. A un moment, il faut accepter de se focaliser sur un objectif précis, même si cela fait qu’on est moins présent ailleurs. Je suis tellement dans mes projets que lorsque certaines personnes me demandent de revenir sur des histoires passées ou des choses expliquées il y a, ne serait-ce que plusieurs semaines, j’ai beaucoup de mal à me remettre dedans.

Je remarque aussi avec amusement qu’il y a peu d’expériences où je reste figée dessus. Je les vis puis les laissent partir pour la plupart. Je ne retiens que celles qui savent capter mon attention et me donner envie de m’y investir personnellement. En réalité, il y a peu de dossiers qui me donnent envie. Très peu. A tel point que ces derniers temps, le soir, je n’ai rien à demander. Rien à râler. Rien à exiger, rien à ordonner. Ca me fait bizarre. Mais c’est comme ça. Ce qui compte le plus à mes yeux est pris en charge et se développe bien. Le reste n’est que superflu pour moi. Après, ça ne m’empêche pas qu’on me sollicite en rêve, mais ça… c’est une autre histoire. D’ailleurs, si je pouvais bannir les fois où l’on vient me voir pour m’expliquer les énergies des membres de ma famille, ça m’arrangerait. Je ne peux ni leur parler de ça, ni les aider à aller mieux. En fait, je suis comme une conne impuissante, qui en plus de ne pouvoir rien faire, doit compatir et ne peut plus râler après eux. Quand on sait ce qui se passe dans le subtil, comment voulez-vous leur en vouloir ? Donc, voilà, bibiche doit fermer sa gueule, accepter et compatir. Et rien que les trois associés m’agacent. La réalité, c’est que cela m’ennuie de ne rien pouvoir faire pour les aider. Mais le problème se situe aussi à plusieurs niveaux. Je réalise aussi que ma ligne de conduite ne me permet pas d’agir comme ma tête le voudrait. Mes guides, d’ailleurs, ne me laissent pas faire certaines choses. Si mes appels sont puissants, ils sont aussi très vite filtrés et d’autres me renvoient le fameux vide sidéral suivi d’un petit néant. Vous savez ce moment où il ne se passe rien du tout ? Mais genre, rien de rien de rien de rien ? Souvent, je finis par un simple petit vœu à l’univers, mais je ne peux rien de plus car toutes mes autres tentatives sont gelées. Cela dit, c’est aussi à cet instant que je réalise que je ne peux pas aider ceux qui n’acceptent pas mon aide, et puis ceux qui ont leur chemin à suivre. Mais surtout, je réalise que j’ai ma vie à gérer et que celles des autres n’a pas à devenir un poids pour moi. Et c’est surtout sur ce dernier point que je travaille.

Mes guides restent, malgré tout, très mignons et attentionnés comme toujours. Il y a deux jours, alors que je fermais les yeux pour aller me poser au fond de moi, quelqu’un me dit :

– “Tu as un don, le don de la connaissance, tu le sais.”

– Ah, maintenant que tu en parles… C’est vrai oui. El-niah me l’avait dit aussi que je pouvais simplement tirer les ficelles et puis vous me l’avez rappelé en venant tous l’autre fois.

– “Et si tu commençais à t’en servir vraiment ? Essaie de l’utiliser et tu verras bien ce qui te vient. “

– …Hm… Faut que je vois.

 


Source: All

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *