Chant et ressources

white angel

 

 

Lorsque je mets mes boules quies pour dormir et que je m’allonge enfin dans mon lit, il y a des fois où c’est là que les sons arrivent. Les plus cartésiens me diraient qu’il est alors impossible pour moi d’entendre, mais moi, c’est à ce moment là où d’autres bruits arrivent. Pas toujours mais parfois, des bruits qui ne viennent pas d’ailleurs, mais d’un je-ne-sais-où. De l’immeuble ? De la rue ? D’un autre monde ?

Alors que je sens mon corps partir, j’entends des oiseaux comme en plein journée, des oiseaux qui gazouillent comme après une rosée du matin. La première fois, cela m’a fait bizarre, alors j’ai rouvert les yeux vite fait bien fait pour voir si ce n’était pas des bruits qui venaient de la chambre, ou peut-être d’oiseaux posés sur la maigre corniche de ma fenêtre à 3 heures du matin et qui auraient soudainement guêttés le soleil se lever plus tôt que prévu ? Mais non. Le silence, quelques bruits de voitures par ci par là, une ambulance qui passe, un mec bourré. Mais pas d’oiseaux. Soit.

Je referme les yeux et je me sens à nouveau rebasculer avec le bruit de ces oiseaux. Ils me bercent. Ils me rappellent ces souvenirs d’enfance quand les mésanges étaient dans notre nid d’oiseau sur la fenêtre de la cuisine quand nous étions enfants.

Je pars dans des bruits qui, ici, n’ont pas lieu d’être et qui pourtant, vivent comme s’ils étaient là, plus vrais que natures.

J’ai aimé entendre ces gazouillis. Je me suis endormie avec ce sourire et cette fraicheur d’une nature proche et vivante en moi comme un deuxième souffle.

 

Cette nuit, m’avouant déjà vaincue pour une milliardième tentative de face à face avec Gabriel, j’ai décidé que j’avais plus d’un tour dans mon sac pour parvenir à établir une connexion directe avec lui. (c’est pas au chat qu’on apprend à faire la crémière ! oui enfin… vous avez compris c’que j’veux dire ! ) Bref, je décide de faire autrement.

Aussi, lorsque je claque des doigts, j’émets l’ordre par simple volonté d’entendre la musique émanant de Gabriel sur la chaine hifi qui se trouvait à ma disposition dans la pièce où je me trouvais de passage.

La décence aurait voulu que je lui demande gentiment de se manifester, mais j’étais dans un moule de pratique d’une certaine magie personnelle alors je n’ai pas pu demander, mon esprit était dans un tout autre système de manifestation.

En un éclair, la chaine s’allume. et BIM !

Ah… Cela faisait longtemps que je n’avais pas entendu un orchestre classique et une voix d’opéra aussi épurée. J’augmente le volume. Ah… ca aussi ça faisait longtemps que je n’avais pas mis le volume plus fort de ce à quoi je me permets d’habitude.

Je souris de l’entendre. Et j’écoute. J’écoute attentivement en fermant les yeux. Gabriel communique.

– humpf. Je ne peux pas te voir mais tu m’entends très bien hein…

Je rouvre les yeux dans la pièce, savoure le chant qui continue en fond, et repars aussitôt dans mon aventure entamée qui me vida plus tard totalement de mes énergies.

Je me suis retrouvée lamentablement m’effrondrer sur le sol en m’éclatant la gueule dans des marches d’escaliers totalement incapable de gérer mon corps astral. La loose quand même. Et je me souviens même de l’effet de se taper la tranche de la marche sur le front avec tout le poids de mon corps s’écroulant dessus… C’est pour dire !!! Lamentablement j’vous dis !!

Mais euuh !! C’est pas de ma faute, j’ai un peu trop tiré sur mes énergies et ce truc là avec mes mains à cause des vilains qui ont voulu m’chercher des noises au mauvais endroit et au mauvais moment. Mais, je les ai éclaté comme dirait Gad Elmaleh.

Mais c’est drôle aussi, je contaste à chaque fois que je m’écroule lamentablement parce que je suis complètement à sec niveau carburant, quelqu’un vient me porter et me renflouer. Bon là, ce n’était pas mon gardien ce coup-ci mais il a su faire l’affaire celui-là.

Voyant mon état pittoyable, je crois qu’il a eu pitié de moi et a fini par céder. Il ne comptait pas le faire au début mais il me voyait tellement à bout qu’il voyait bien qu’il ne pouvait pas me laisser comme ça non plus surtout que mon corps refusait toujours de bouger en dépis du fait qu’il me secouait.

“Rouvre les yeux, allez ! Bouge, ne sombre pas”, qu’il disait. 

Je tentais d’ouvrir un oeil, ou deux, mais la pression était lourde, mon corps refusait tout simplement de répondre à mes demandes. Je pouvais bouger légèrement mes extrémités ici ou là, mais sans grande conviction. Mon corps ne faisait vraiment que ce qui l’arrangeait.

Il me tira péniblement, me traina jusqu’au sofa  et tenta de me secouer une nouvelle fois sans succès. Il soupira.

– “Allez là, t’es sérieuse, franchement, à ce point là ?…  ” Il me secoue encore et encore, mais il n’y a rien à faire, mon corps veut pas se bouger, je suis léthargique, consciente, présente, mais mon corps refuse mes demandes, comme s’il faisait grève (le p’tit con qui a décidé qu’il n’avait juste plus envie de s’bouger l’cul)

Il me retourne tant bien que mal face à lui (bouger un corps inerte, c’est dur hein), se baissa afin que l’on soit au même niveau des épaules, et me lance les fameux mots magiques.

– “Bon d’accord, allez, humpf… J’accepte de partager les énergies de mon chakra cardiaque avec toi. Vas y c’est bon. Prends.” qu’il me dit redressant mon torse et le rapprochant davantage du sien.

Mon corps a très bien compris ce que cela signifiait. J’esquisse un sourire en lançant le processus de réveil en un millième de seconde. L’accord avait été dit, les maitres mots prononcés. La transaction est autorisée et acceptée par les deux parties, il n’y avait aucune raison de se faire prier.

Ma poitrine eut des spasmes d’enclanchement comme le ferait un hoquet et l’aspiration s’activa comme un aspirateur en marche.

Le canal était magnifique, doré, légèrement cuivré, comme un tube allant de sa poitrine à la mienne et la vitesse de transfert dépendait de ma capacité à aspirer comme nouveau souffle ce qui me venait de lui. Il ne m’a fallu que 5 secondes où j’ai tiré un maximum du flux qu’il m’autorisait. Je voyais le transfert du prana se faire. Juste sublime.
Tel un vampire, j’ai pris tout ce que j’ai pu, j’ai tiré tout ce que mon chakra me permettait de puiser ailleurs et en un clin d’oeil, j’étais à nouveau sur pieds, et lui avachi et amusé quelque part. Je le regarde et je souris, tout ressourcée et fraiche comme après une douche.

– Salut ! que je lui dis à nouveau sur pieds et toute pimpante, m’étirant les muscles. Ah, ca fait du bien ! Bon bah voilà à nouveau sur pieds ! Je lui dis en souriant.

– “Hum… J’espère que tu t’en rappeleras la prochaine fois quand j’aurai besoin d’un service hein.”

– Ouais ouais…. Comme tu es allongé sous moi et que tu embrasses d’ailleurs toujours aussi bien… je te le rends en nature si tu veux, je lui dis en lui faisant quelques papouilles passagères.

– “Non merci, désolée, mais ça ne m’intéresse pas avec toi.Je préfère que tu te rappelles de ce que j’ai fait pour toi aujourd’hui.”

– Ouais ouais, ça va, j’ai compris. Tu m’as rendu service. Je te le revaudrais même si cela fait longtemps qu’on ne se cotoie plus trop d’ailleurs.

L’espace de quelques secondes, ma mémoire se débloque et la parole revient sur le passé et notre relation amicale. Lui et moi, nous étions de vieilles connaissances mais nous ne nous étions pas manifestées depuis un moment l’un envers l’autre. Aussi, je trouvais cela amusant qu’il veuille tout de même m’aider aujourd’hui. Je sais aussi qu’on ne se voit pas beaucoup mais ça arrive qu’on se dépanne ici et là. Qu’on se rende des petits services comme il dit.

 

Mais bouh quoi !! Pourquoi le mien ne se recharge pas tout seul !!! D’abord, pourquoi il se décharge autant et aussi vite !! Cela m’a déjà fait ça il y a deux jours aussi après un soin magique en rêve !! Ca m’énerve !!!

Ahem…. Gabrieeeeeeeeel !??!! Même les piles énergizer dure plus longtemps que ma capacité !! C’est nul !!!  Bouhh !!!!! Autant je kiffe ces pouvoirs, autant, le réservoir est bien trop petit là ! Et franchement, j’en ai marre de m’écrouler au sol comme une poupée qui a des piles mortes soudainement !

Mais tiens au fait, si je m’écroule encore, je pourrais appeler mon Gardien c’coup-ci ? … Hein dis dis dis ! Non parce qu’il est sacrément beau, fort et sexy et j’irais bien dans ses bras sauvée par le gong…Ca peut se négocier ça, hein dis dis dis !??


Source: Magie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =